Forum des Handiablées

Bienvenue sur le forum des supporters de l'équipe féminine de Metz Handball

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Pages:  << [1-10] 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 [21-23] >>

Re: Revue de presse 2019/2020 [122393]

ml29

Voir son profil

Activité : 3 / 5
1173 messages postés


Posté le : 11/12/2019 à 10:35 (Lu 3843 fois)
Répondre
Citer

https://www.lemonde.fr/sport/article/2019/12/09/dopage-la-russie-exclue-quatre-ans-du-sport-international-ses-athletes-menages_6022194_3242.html

Re: Revue de presse 2019/2020 [122695]

ml29

Voir son profil

Activité : 3 / 5
1173 messages postés


Posté le : 19/12/2019 à 08:17 (Lu 3614 fois)
Répondre
Citer

https://www.lequipe.fr/Handball/Actualites/Gael-pelletier-president-de-nantes-chef-de-chantier-du-h/1091613

Un club et un Président à prendre en exemple(s)..........

Re: Revue de presse 2019/2020

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11948 messages postés


Posté le : 19/12/2019 à 09:36 (Lu 3551 fois)
Répondre
Citer

rl du 19/12/2019

Laura Flippes : « J’ai beaucoup appris à Metz Handball »
Messine depuis 2013, Laura Flippes a pris la décision de rejoindre le Paris 92 la saison prochaine. La joueuse de 25 ans explique son choix, en grande partie motivé par la présence de son ancien formateur, Yacine Messaoudi.

Vous avez décidé de rejoindre le Paris 92 pour la saison prochaine. Pourquoi ce choix ?

« Le projet du Paris 92 m’a vraiment plu, il m’a intéressée. Et cela a été renforcé par la présence de Yacine Messaoudi , mon entraîneur formateur à Metz. Ça a vraiment été un plus. Il y a le club, le projet de monter dans le top 3 de la Ligue féminine, mais je ne cache pas que mon affection pour Yacine m’a poussée à signer ici. »

Cette décision a-t-elle été dure à prendre ?

« Oui, forcément. C’est ma septième saison à Metz. Ce n’est pas une décision que j’ai prise du jour au lendemain. Il y a eu beaucoup de réflexion. Ce n’est pas évident de quitter son club formateur. »

Il y a la présence de Yacine Messaoudi mais également celle de votre ancienne coéquipière Tamara Horacek. Vous ne débarquez pas en terres inconnues à Paris…

« C’est sûr, je suis contente de la retrouver ! Après, si elle n’avait pas été là, ça n’aurait pas changé mon choix de rejoindre le club. »
« Le Mondial ? C’est vraiment douloureux… »

Quels sont vos objectifs personnels pour vos derniers mois à Metz Handball ?

« Être la meilleure possible, et aider le club à remporter tous les titres. »

Que retenez-vous de vos sept ans à Metz ?

« Je retiens beaucoup de choses, clairement. C’est le club qui m’a permis de grandir, qui m’a permis d’être en équipe de France, de jouer la Ligue des Champions… J’ai beaucoup appris à Metz. »

En parlant d’équipe de France… Avez-vous digéré l’élimination au premier tour du Mondial au Japon ?

« On n’a pas le choix de digérer, il faut avancer. Ce n’est pas évident car c’est vraiment douloureux. »

Comment expliquez-vous cet échec ?

« Je ne sais pas. C’est difficile d’en parler… »

Re: Revue de presse 2019/2020 [123026]

ml29

Voir son profil

Activité : 3 / 5
1173 messages postés


Posté le : 01/01/2020 à 07:48 (Lu 3315 fois)
Répondre
Citer

http://sport24.lefigaro.fr/scan-sport/actualites/les-10-evenements-sportifs-immanquables-en-2020-987553

Re: Revue de presse 2019/2020 [123102]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11948 messages postés


Posté le : 06/01/2020 à 08:12 (Lu 3037 fois)
Répondre
Citer

rl du 08/01/2020

Les trois grands chantiers de Metz Handball
Les Messines, qui ont montré de belles choses à Dijon samedi (23-29), ont deux semaines de travail devant elles pour régler les trois grandes problématiques du moment, avant le retour de la Ligue des Champions, le 25 janvier face à Rostov.


Retrouver de la stabilité

Metz Handball a signé une première période quasi parfaite, samedi à Dijon (23-29). « La meilleure depuis un petit moment », reconnaît l’entraîneur Emmanuel Mayonnade. « Tout était positif : on a bien défendu, on a monté des ballons, on a retrouvé un jeu plus fluide sur grand espace, plus de légèreté, de justesse technique aussi. C’était excellent. »

Voilà la bonne nouvelle de cette première sortie de l’année : les championnes de France n’ont jamais été inquiétées. Le bémol : elles ont (encore) connu un petit quart d’heure d’errance en seconde période. « Ça a été plus poussif et on sait pourquoi. On tergiverse, on perd des ballons, on se met en difficulté parce qu’on est un peu moins tranchant », décrypte le technicien. « On a repataugé dans le duel avec la gardienne de but, avec des impacts qui n’étaient pas très bons. Et on se prend les pieds dans le tapis tout seul, avec des situations un peu emmerdantes qui permettent à l’adversaire de repartir de l’avant. »

Rien d’alarmant puisque le match a été globalement « contrôlé » mais Metz le sait : ces trous d’air ne pardonneront pas en Ligue des Champions. « On a déjà progressé par rapport au match contre Nantes mais les deux semaines à venir vont nous permettre de retrouver une vraie stabilité sur la totalité d’un match », positive Manon Houette.

Les Messines vont profiter d’un calendrier allégé jusqu’au 19 janvier pour effectuer un gros travail de fond. « On aura qu’un seul match par semaine, le dimanche à domicile. On aura deux grosses semaines pour se concentrer sur nous. On n’a pas été dans cette configuration depuis la préparation estivale », explique l’ailière gauche. « On va beaucoup courir, mettre beaucoup de rythme. On va vraiment se mettre en difficulté, se pousser, pour trouver de réelles valeurs à l’entraînement », confirme Emmanuel Mayonnade.

Accompagner les joueuses en souffrance

La problématique est réelle. Certaines joueuses messines souffrent d’un sérieux manque de confiance. Orlane Kanor en est l’exemple le plus évident. Après un Mondial compliqué avec les Bleues, l’arrière gauche de 22 ans a connu une reprise difficile avec Metz (1/8 contre Nantes, 0/3 à Dijon). Elle fera l’objet d’un accompagnement spécifique ces prochaines semaines, avant la réception de Rostov le 25 janvier. « On n’a pas eu beaucoup de temps pour travailler ces derniers temps, donc on était essentiellement dans des considérations collectives. On n’a pas forcément pu régler cette problématique », explique Emmanuel Mayonnade.

« On a échangé, évidemment. Mais on ne peut pas attendre qu’elle se transforme si on ne l’accompagne pas à l’entraînement », reprend le coach. « Là, on va pouvoir faire autre chose que parler, et Orlane fera clairement partie des joueuses sur lesquelles il va falloir s’investir humainement et professionnellement. Car il y a deux, trois petites choses à régler. C’est vrai que la situation n’est pas hyper emballante mais il faut juste travailler. »

Valider la venue d’un joker

Ce chantier-là déterminera à coup sûr une partie de la fin de saison de Metz Handball. En l’absence de Laura Glauser, qui se remet d’une rupture des ligaments croisés, Ivana Kapitanovic joue systématiquement 60 minutes par match. La gardienne croate, qui n’a jamais démérité, aurait bien besoin d’un relais à l’approche de la seconde phase de Ligue des Champions.

Re: Revue de presse 2019/2020 [123111]

ml29

Voir son profil

Activité : 3 / 5
1173 messages postés


Posté le : 07/01/2020 à 11:40 (Lu 2854 fois)
Répondre
Citer

https://www.lesechos.fr/sport/omnisport/euro-de-hand-il-faudra-nikola-karabatic-en-mode-rouleau-compresseur-1160812

Re: Revue de presse 2019/2020 [123161]

ml29

Voir son profil

Activité : 3 / 5
1173 messages postés


Posté le : 09/01/2020 à 11:54 (Lu 2552 fois)
Répondre
Citer

https://www.lequipe.fr/Handball/Actualites/Les-cinq-virtuoses-du-hand-a-suivre-a-l-euro/1096775

Re: Revue de presse 2019/2020 [123164]

Alban70

Voir son profil

Activité : 2 / 5
665 messages postés


Posté le : 09/01/2020 à 13:20 (Lu 2488 fois)
Répondre
Citer

https://c.estrepublicain.fr/sport/2020/01/09/sladjana-pop-lazic-travail-et-joie-de-vivre-paient

Re: Revue de presse 2019/2020 [123179]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11948 messages postés


Posté le : 10/01/2020 à 10:53 (Lu 2324 fois)
Répondre
Citer

rl du 10/01/2020

Metz Handball est-il condamné à laisser partir ses meilleures joueuses ?
Après Béatrice Edwige la saison dernière, Laura Glauser a annoncé son départ à Györ. Xenia Smits et Grâce Zaadi devraient, elles aussi, tenter l’aventure à l’étranger. Avec de grandes ambitions mais un budget limité, Metz Handball peut-il retenir ses stars ?


Metz Handball a changé de monde. Reconnu partout en Europe, le meilleur club français n’a jamais été aussi performant, ou attractif. Et il n’a jamais eu autant de mal à retenir ses meilleurs éléments.

Le départ de Laura Glauser est déjà acté. Ceux de Grâce Zaadi et Xenia Smits sont attendus. Et c’est tout un collectif qu’il faudra repenser cet été.

C’est la rançon de la gloire : ces dernières années, Metz a formé, ou révélé, certaines des plus grandes joueuses du contexte international. Des talents aujourd’hui courtisés par les écurie s les plus prestigieuses du continent, Györ et Rostov en tête.

« Les salaires vont du simple au double, au minimum »

C’est, aussi, le paradoxe de ce club au modèle économique singulier : Metz s’est imposé, en mai dernier, dans le Top 4 européen avec un budget incomparable à celui de ses rivaux (3,2 millions d’euros cette saison, contre 8 millions environ pour Györ et 6 pour Rostov).

L’équilibre est fragile, donc. Le multiple champion de France s’adapte et s’attache à garder ses stars le plus longtemps possible, avec des contrats plus souples, plus arrangeants. « On ne signe quasiment plus que pour un an. C’est triste mais aujourd’hui, c’est la seule condition pour garder certaines joueuses ici », reconnaît l’entraîneur Emmanuel Mayonnade. « Les filles sont lucides sur les clubs qu’elles peuvent attirer. Elles savent qu’elles peuvent basculer dans une autre dimension. Elles ont toutes compris qu’il y avait une dernière marche au-dessus de Metz, avec Györ, Rostov ou Bucarest. Elles peuvent aussi avoir d’autres projets moins sexy sportivement mais intéressants financièrement. Et elles veulent pouvoir choisir, sans être coincées. »

Metz a donc adopté cet inconfortable « +1 » qui le plonge chaque année dans l’incertitude (80 % des joueuses sont en fin de contrat cette saison). Mais qui lui permet de trouver un terrain d’entente avec des joueuses très exposées, malgré une offre salariale moins alléchante.

À Metz, pourtant, la rémunération augmente régulièrement. Le budget a gagné près d’un million d’euros en dix ans et le président Thierry Weizman peut désormais se permettre « des petits gestes financiers ». La joueuse la mieux payée touche un peu plus de 4 000 euros par mois. C’est 1 500 euros de plus qu’il y a cinq ans. Mais c’est toujours beaucoup moins que les offres exorbitantes en provenance de l’étranger. « C’est une réalité politique et économique. Aujourd’hui, on est sur des proportions qui vont du simple au double. Et c’est le minimum », explique Emmanuel Mayonnade, lui aussi courtisé par les plus grands d’Europe.

Le club français n’a pas de gros sponsors, comme Audi à Györ ou les frères Le Saint à Brest (6 millions d’euros). Ni les « conditions avantageuses » du sport de haut niveau dans certains pays d’Europe de l’Est. « Sur le plan sportif, il n’y a plus beaucoup de clubs meilleurs que nous. Mais sur le plan économique, on ne pourra jamais rivaliser », tranche Thierry Weizman, sans « amertume ». « Les sommes sont tellement importantes maintenant… Je n’aurais jamais pensé que des joueuses de Metz pourraient un jour monnayer leur talent de la sorte. Et c’est quand même vachement bien de se dire qu’on forme des joueuses avec de si belles trajectoires. »
Laura Maurice

Laura Glauser : « L’argent n’est pas primordial »


Laura Glauser avait 17 ans quand elle est arrivée au centre de formation de Metz Handball. Et son avenir était loin d’être tracé. Aux côtés de Yacine Messaoudi, la jeune gardienne a grandi, et pris confiance. À force de ténacité, elle s’est imposée chez les professionnelles, puis en équipe de France. Elle a envoyé les Bleus en finale des Jeux Olympiques en 2016, et savouré un premier titre européen historique, deux ans plus tard, quelques mois seulement après la naissance de sa petite fille.

Cet été, elle rejoindra le meilleur club du monde. Le quintuple vainqueur de la Ligue des Champions la convoitait depuis trois ans, elle avait toujours refusé, par « amour » pour Metz. « Ce club, je l’aime profondément. J’ai toujours aimé et respecté ce maillot. Mais Györ me fait rêver depuis que je vis de ce sport. C’est le summum. Et une vraie fierté pour moi de signer là-bas », explique l’internationale française.

Bien sûr, elle profitera d’« une évolution de salaire » en Hongrie. « Mais ce n’est pas ce qui m’a intéressée », assure-t-elle. « Je ne vais pas dire que je ne fais pas attention à l’argent mais ce n’est pas primordial. J’ai surtout vu l’opportunité d’aller jouer dans la meilleure équipe européenne. C’est un vrai défi sportif. Je n’ai même pas essayé de négocier mon contrat ! »

Thierry Weizman (Metz Handball) : « On ne pourra jamais rivaliser »
Confronté à la dure réalité économique du handball européen, Thierry Weizman, le président de Metz Handball, se dit optimiste pour l’avenir du club. « Quels que soient les départs, l’équipe sera encore plus belle l’année prochaine. »




Thierry Weizman, pensez-vous que Metz soit voué, année après année, à perdre ses meilleurs éléments ?

« Je pense que, partout, les filles sont attirées par les équipes avec lesquelles elles peuvent gagner des titres, ou parfois par les clubs qui offrent de meilleurs salaires. C’était le cas d’Ana Gros récemment. Aujourd’hui, on est beaucoup plus attractif sportivement. Györ est meilleur que nous, Rostov peut-être aussi, mais c’est tout. Sur le plan économique, c’est différent. On ne peut pas rivaliser. Il y a des règles qui font qu’on n’est pas à égalité avec les pays de l’Est (aides de l’État…) Et puis, on a un modèle économique différent. Peut-être qu’un jour, on aura à Metz un sponsor qui a les mêmes moyens qu’à Brest et qu’on pourra assumer plus de choses qu’aujourd’hui. Mais je comprends que les joueuses, quand elles sont arrivées à maturité, aient envie de monnayer leur talent. »

« Chaque fin de cycle nous propulse plus loin »

Arrivez-vous, malgré tout, à être plus compétitif financièrement ?

« Oui, le club avance aussi en termes de masse salariale. Les salaires ont considérablement augmenté, parlez-en à Isabelle Wendling ! Le budget augmente (3,4 millions d’euros la saison prochaine) et c’est d’abord pour pouvoir augmenter les revenus des joueuses mais pas dans des proportions délirantes non plus ! Même si j’avais les moyens de donner un salaire exorbitant à une joueuse, je ne le ferai pas. Ce n’est pas dans la politique du club de donner à une fille trois plus qu’à une autre. Il y a une cohérence dans la grille salariale qu’on ne trouve pas forcément ailleurs. »

Metz, de par ses résultats, attire des joueuses de plus en plus reconnues. Ont-elles parfois des prétentions salariales qui vous poussent à renoncer ?

« Pas quand elles viennent à Metz ! On essaie de compenser en leur offrant une totale liberté, avec des contrats d’un an. Si Györ les appelle, elles ne sont pas retenues. Et puis on explique qu’on leur offre plus de visibilité que certains autres clubs européens, comme Bietigheim ou Holstebro, et aussi, l’assurance de progresser. »

TW : Même si j'avais les moyens de donner de donner un salaire exorbitant à une joueuse , je ne le farais pas

Craignez-vous une fin de cycle, cette saison, avec de nombreuses joueuses en fin de contrat ?

« Non, on vit toujours un renouveau qui fait que l’équipe est à chaque fois meilleure. Ça tient à la qualité de notre centre de formation et celle de nos entraîneurs. Aujourd’hui, ma seule inquiétude, ce n’est plus qu’un sponsor s’en aille et je suis prêt à laisser partir n’importe qui si Manu (Mayonnade) reste. Nul n’est irremplaçable, sauf lui… J’ai confiance parce que je l’ai à mes côtés, et aussi parce qu’on a les meilleures joueuses françaises chez les jeunes (Ilona Di Rocco, Daphné Gautschi, Laura Kanor, Emma Jacques, Sarah Bouktit, etc). Quels que soient les départs, je pense que l’équipe sera encore plus belle l’année prochaine. Chaque fin de cycle nous propulse plus loin. »

Laura Glauser a officialisé son départ, celui de Grâce Zaadi pourrait suivre. Que ressentez-vous, en tant que président, lorsque vous voyez partir des joueuses après dix ans de collaboration ?

« C’est une partie de moi-même et du club qui s’en va. C’est un adieu aux larmes. C’est horriblement triste et, en même temps, il y a de la joie. C’est comme un enfant qui s’en va, qui se marie. Ça fait chier de le perdre, mais on est vachement content de son bonheur. Laura a tant apporté à Metz, elle nous a donné tellement de bonheur, on est heureux qu’elle ait une trajectoire pareille. »

Re: Revue de presse 2019/2020 [123220]

Login

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
92 messages postés


Posté le : 12/01/2020 à 09:09 (Lu 2035 fois)
Répondre
Citer

Le journaliste du RL en question pourrait me citer car c’est moi sa principale source.

Re: Revue de presse 2019/2020 [123222]

PAPYHAND

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
7041 messages postés


Posté le : 12/01/2020 à 09:27 (Lu 2022 fois)
Répondre
Citer

Bonjour la modestie !!
Cela me rappelle celle d'un disparu depuis quelques jours,,,,, mais sait on jamais ….le phenix etc ...

Re: Revue de presse 2019/2020 [123223]

LetsGoMetz

Voir son profil  Son site web : http://www.letsgometz.com

LetsGoMetz

Activité : 2 / 5
27 messages postés


Posté le : 12/01/2020 à 10:53 (Lu 1968 fois)
Répondre
Citer

A quelques jours du match face à Toulon, Ailly Luciano nous a accordé une interview "grand format" ou nous avons abordé son retour au haut niveau, ses ambitions, son parcours au Metz Handball depuis bientôt 10 ans et bien d'autres choses, c'est à lire par ici :

http://letsgometz.com/ailly-luciano-le-handball-vit-vraiment-dans-cette-ville-cest-extraordinaire/

--------------------------------
Let's Go Metz
Au coeur du sport Messin

Re: Revue de presse 2019/2020 [123281]

ml29

Voir son profil

Activité : 3 / 5
1173 messages postés


Posté le : 13/01/2020 à 16:07 (Lu 1793 fois)
Répondre
Citer

https://www.lequipe.fr/Handball/Actualites/Ligue-butagaz-energie-allison-pineau-paris-92-absente-un-mois/1098331

Re: Revue de presse 2019/2020 [123678]

ml29

Voir son profil

Activité : 3 / 5
1173 messages postés


Posté le : 20/01/2020 à 07:05 (Lu 1428 fois)
Répondre
Citer

https://www.lequipe.fr/Handball/Actualites/Ligue-butagaz-energie-metz-concede-le-nul-contre-fleury-et-laisse-brest-leader/1100393

Re: Revue de presse 2019/2020 [123702]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11948 messages postés


Posté le : 20/01/2020 à 11:28 (Lu 1307 fois)
Répondre
Citer

RL DU 20/01/2020

Metz Handball joue à se faire peur
Metz Handball a concédé le match nul (27-27) devant une solide équipe de Fleury. Un coup d’arrêt qui laisse Brest reprendre les commandes du championnat. Pas idéal avant de défier Rostov samedi en Ligue des Champions.


Metz Handball ne s’est pas vraiment reconnu, ce dimanche aux Arènes. Ses dix premières minutes laissaient pourtant penser que le champion de France serait difficile à bouger. Fleury a réussi dans son entreprise, en profitant des nombreuses maladresses des joueuses d’Emmanuel Mayonnade. Après ce deuxième match nul concédé (27-27) dans sa phase régulière de championnat, Metz laisse son rival brestois trôner seul en tête. « On a eu dix minutes de qualité sauf qu’on rate deux penaltys. Derrière, on patauge un peu. On ne se détache pas au score », note l’entraîneur Emmanuel Mayonnade. « La prestation d’ensemble n’est pas en adéquation avec ce qu’on fournit à l’entraînement. » C’est là, la principale inquiétude avant la réception des Russes de Rostov samedi en Ligue des Champions lors de son premier match du tour principal. Metz aura une semaine entière pour tirer des enseignements de sa prestation dominicale. « Il y a peu d’incompréhension par rapport à ce qu’on est capable de proposer. Par rapport au manque de constance général », embraye le coach messin. « Il y a des séquences qui sont bonnes, d’autres qui ne sont pas bons du tout. »

Le champion de France s’est fait respecter d’entrée pendant dix bonnes premières minutes (5-2, 9e ) avant de devenir brouillon, s’éparpiller pour rentrer aux vestiaires sans trop de confiance et mettre Fleury dans de bonnes conditions (13-16).

Pas d’arrêt en première période…

« On n’a pas un seul arrêt de comptabilisé en première période », appuie Mayonnade. « On est à l’amende et ça va vite. » La réaction au retour des vestiaires a été la bonne, comme souvent chez les Messines. « On fait un gros début de seconde période », note le technicien lorrain. « On leur met 5-0. On prend 3-0 sur retour de temps-mort, c’est assez incompréhensible. En deuxième période, on a beaucoup de ballons pour passer à +2. » Mais Metz ne les a jamais fait fructifier à l’image de ses deux ballons perdus et ce passage en force de Grâce Zaadi dans le money-time. La capitaine messine s’est rattrapée (tout comme la gardienne Ivana Kapitanovic en deuxième période) en arrachant sur le dernier tir de la partie le match nul (27-27). « Il y a eu pas mal d’inefficacité au tir, en défense des oublis », résume l’arrière Orlane Kanor. « On n’a pas été assez compact. On leur a laissé beaucoup de penaltys. Ça me fait de la peine. Je vois ce match nul presque comme une défaite. On ne joue pas si mal que ça mais pas assez bien pour faire les vraies différences dans la difficulté. On doit mieux faire, être plus constante. Manu (Mayonnade) nous a prévenues que la semaine va être dure. Il faudra plus d’exigence pour chacune. »
Nicolas KIHL



Re: Revue de presse 2019/2020 [123731]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11948 messages postés


Posté le : 21/01/2020 à 09:18 (Lu 1131 fois)
Répondre
Citer

rl du 21/01/2020


Pourquoi Metz Handball ne trouve pas de joker
Après de nombreux revers et un improbable retournement de situation la semaine dernière, Metz Handball conserve un mince espoir de recruter un joker sur le poste de gardienne de but, avant le retour de la Ligue des Champions samedi.
Par Laura MAURIC




Maintenant, il y a urgence. Metz Handball n’a plus que quatre jours pour valider le recrutement d’une gardienne de but, avant le début du tour principal de la Ligue des Champions samedi. Après de multiples échecs, et un ultime retournement de situation la semaine dernière, le champion de France s’active afin de trouver un joker capable de suppléer Ivana Kapitanovic jusqu’à la fin de la saison. Alors, pourquoi ça coince ?
La durée du contrat

C’est l’obstacle numéro un : Metz propose une pige de six mois, et pas plus. Il s’agit de bien terminer la saison, avec un soutien indispensable pour espérer rallier le Final Four, avant de laisser la place à la prometteuse Hatadou Sako, attendue cet été. Une proposition jugée précaire : la plupart des joueuses ciblées redoutaient de quitter leur club (et un contrat souvent confortable), pour une période si courte, sans assurance pour l’avenir.


Les négociations avec les clubs

Autre frein au recrutement : les clubs. Depuis la blessure de Laura Glauser (rupture des ligaments croisés du genou gauche), le 13 octobre dernier, Thierry Weizman, le président messin, a essuyé de nombreux revers. Parfois, ce sont des exigences financières « énormes », souvent, des négociations qui échouent tardivement. Metz a longtemps espéré que l’OGC Nice accepte de libérer Hatadou Sako dès cet hiver, avant que le club azuréen ne mette fin aux discussions. Puis, les partenaires de Holstebro, au Danemark, se sont subitement opposés au transfert de leur gardienne Ditte Vind, la semaine passée, alors qu’Emmanuel Mayonnade venait d’annoncer son arrivée au vestiaire.
Les ambitions de Metz

Demi-finaliste de la dernière Ligue des Champions, Metz Handball recherche une véritable valeur ajoutée. Et ne veut pas s’engager avec une gardienne jugée moyenne. Le prêt de Kyra Csapo, il y a deux ans, pendant la grossesse de Laura Glauser, n’avait pas donné entière satisfaction. « Et on n’a pas envie de revivre ça… » Cette fois, le champion de France a ciblé des joueuses bien plus cotées, à l’image de la Norvégienne Silje Solberg (Siofok), l’ancienne gardienne de Paris 92, ou l’Espagnole Darly Zoqbi de Paula (Bistrita), passée par Fleury et Podgorica. Le problème ? Ces joueuses sont peu nombreuses et rarement « libérables ».
L’éligibilité en Ligue des Champions

Enfin, la recrue doit bien sûr pouvoir être alignée dans la prestigieuse compétition européenne. Et donc, ne pas avoir disputé le tour préliminaire l’automne dernier avec un autre club. Une condition qui écarte d’office les meilleures gardiennes du marché… Metz s’est évidemment penché vers les joueuses engagées en Coupe EHF, mais aussi vers celles qui auraient mis fin à leur carrière récemment. Sans succès !

Re: Revue de presse 2019/2020 [123773]

Rococo

Voir son profil

Rococo

Activité : 2 / 5
810 messages postés


Posté le : 21/01/2020 à 23:55 (Lu 957 fois)
Répondre
Citer

Interview de Manon:
https://www.francebleu.fr/sports/basket-handball-volley/manon-houette-cette-blessure-va-me-permettre-de-voir-un-peu-autre-chose-1579532335?fbclid=IwAR3CPpYaEdYX3ZCDrbgwaC0vBmsGxQ3G7v1Rs1ws6-Jnj8Z76mVrQucOtRI

Re: Revue de presse 2019/2020 [123777]

Corsaro

Voir son profil

Activité : 2 / 5
248 messages postés


Posté le : 22/01/2020 à 08:18 (Lu 816 fois)
Répondre
Citer

Citation : Rococo
Interview de Manon:
https://www.francebleu.fr/sports/basket-handball-volley/manon-houette-cette-blessure-va-me-permettre-de-voir-un-peu-autre-chose-1579532335?fbclid=IwAR3CPpYaEdYX3ZCDrbgwaC0vBmsGxQ3G7v1Rs1ws6-Jnj8Z76mVrQucOtRI

Très surprenant et révélateur comme itw...
Je trouve qu’il en dit long sur le lien entre état psychologique et physique. Les dirigeants (au sens large) devraient prêter plus attention à ce type de message.

Re: Revue de presse 2019/2020 [123780]

nachadel

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
1250 messages postés


Posté le : 22/01/2020 à 09:40 (Lu 739 fois)
Répondre
Citer

Citation : Corsaro
Citation : Rococo
Interview de Manon:
https://www.francebleu.fr/sports/basket-handball-volley/manon-houette-cette-blessure-va-me-permettre-de-voir-un-peu-autre-chose-1579532335?fbclid=IwAR3CPpYaEdYX3ZCDrbgwaC0vBmsGxQ3G7v1Rs1ws6-Jnj8Z76mVrQucOtRI

Très surprenant et révélateur comme itw...
Je trouve qu’il en dit long sur le lien entre état psychologique et physique. Les dirigeants (au sens large) devraient prêter plus attention à ce type de message.


J en ai déjà parlé, et le moment viendra où une joueuse portera plainte pour non respect de son intégrité physique.
La fédération et le gugusse qui s occupe du calendrier debile devront s' expliquer sur qu'ils imposent aux clubs

Re: Revue de presse 2019/2020 [123783]

gb57

Voir son profil

Activité : 2 / 5
277 messages postés


Posté le : 22/01/2020 à 09:49 (Lu 730 fois)
Répondre
Citer

https://c.republicain-lorrain.fr/sport/2020/01/22/metz-handball-a-trouve-sa-gardienne

Pages:  << [1-10] 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 [21-23] >>

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Ajouter une réponse

Vous écrivez en tant que :  Login :   Password :
Titre de votre message :
Corps de votre message :

 [citation] [image]

 [gras] [italique] [souligné]
 [barré] [exposant] [indice]
 [grandir] [reduire] [code]

 [noir]
 [rouge] [violet] [bleu] [vert]

   Prévisualiser le message

12345678910
AA1A2A3A4A5A6A7A8A9A10
BB1B2B3B4B5B6B7B8B9B10
CC1C2C3C4C5C6C7C8C9C10
DD1D2D3D4D5D6D7D8D9D10
EE1E2E3E4E5E6E7E8E9E10
FF1F2F3F4F5F6F7F8F9F10
GG1G2G3G4G5G6G7G8G9G10
HH1H2H3H4H5H6H7H8H9H10
II1I2I3I4I5I6I7I8I9I10
JJ1J2J3J4J5J6J7J8J9J10
KK1K2K3K4K5K6K7K8

Valider

Obtenez votre forum Aztek sur http://www.forum-aztek.com - Administration - MyStats
Aztek Forum V4.00 Copyright (C) 2003 - Liens - Page générée en 0.0695 seconde avec 11 requêtes