Forum des Handiablées

Bienvenue sur le forum des supporters de l'équipe féminine de Metz Handball

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Pages:  << 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 [11-20] >>

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [94821]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 21/10/2016 à 05:49 (Lu 17117 fois)
Répondre
Citer

RL du 21/10/16

Handball : pour Manon Houette, « Thüringer et Metz vont se qualifier »

Quelques mois après avoir quitté Fleury, l’ailière gauche Manon Houette retrouve Metz, samedi, avec son club allemand de Thüringer. Pour un match qui comptera, selon elle, davantage pour le prochain tour.


Q uelques mois après avoir quitté Fleury pour Thüringer, vous voilà de retour en France demain. Contente ? « Ça me fait vraiment plaisir de revenir, d’autant plus à Metz. J’y ai déjà vécu de très beaux affrontements et je pense que ce sera encore le cas. »

• Ce match est-il décisif dans la course à la qualification pour le tour principal de la Ligue des Champions ? « Je ne pense pas. Sans très bien jouer, nous avons battu Glassverket (24-16) lors de la première journée. Il faudra se méfier au retour en Norvège mais c’est l’équipe la plus faible du groupe. Pour moi, Buducnost, Thüringer et Metz vont se qualifier. Le match de samedi sera donc important afin de prendre des points d’avance pour le tour principal. »

• Qui sera favori aux Arènes ? « À mon sens, il n’y en a pas. En termes de niveau de jeu, les deux équipes sont capables de se taper. Mais les Messines auront un avantage : elles évolueront dans leur salle avec 5 000 supporters. »

« Développer un jeu rapide »

• Que craignez-vous de cette équipe messine ? « Elle possède beaucoup de qualités. Il y a évidemment Ana Gros mais elle n’est pas seule. Grace Zaadi, Xenia Smits et d’autres joueuses sont capables de prendre le relais et d’apporter beaucoup. Nous serons vraiment prudentes. »

• Et de votre côté, de quelle manière évolue Thüringer ? « Je dirais qu’on tente de développer un jeu rapide en s’appuyant sur une défense solide, comme beaucoup d’équipes. C’est un peu le maître mot un peu partout en ce moment. Mais tout n’est pas encore réglé, il y a eu beaucoup de nouvelles à l’intersaison. »

• Dont vous. Comment vous êtes-vous intégrée pour votre première expérience à l’étranger ? « Avec les Jeux Olympiques, je suis arrivée un peu en retard mais j’ai été très bien accueillie. Les filles sont cool, ça se passe bien et j’ai pas mal de responsabilités. Je suis parfois seule à mon poste. »

• Quels sont les principaux changements entre les championnats allemand et français ? « Ça joue vraiment très vite ici. Toutes les équipes prennent énormément de risques en contre-attaque. C’est aussi plus physique et les joueuses tirent vraiment beaucoup, quitte à beaucoup rater. »

• Qui sont les principales buteuses de votre équipe ? « On a deux grosses shooteuses : l’Italienne Anika Niederwieser et la Hongroise Szimonetta Planeta. Et au niveau des leaders, ce sont plus nos demi-centres Kerstin Wohlbold et Macarena Aguilar. Elles ont de l’expérience, calment parfois le jeu, c’est un plaisir de jouer avec elles. »

• Vous ne regrettez donc pas votre choix de l’intersaison ? « Pas du tout ! »

Thibaut GAGNEPAIN.

****************

40 000 euros pour Metz Handball

Le Grand-Est a joué les Père Noël avant l’heure. La dernière commission permanente a procédé au vote de plusieurs subventions. Le territoire lorrain n’a pas été oublié. Le SLUC Nancy basket a vu son aide habituelle reconduite (135 000 ¤) pour « les missions d’intérêt général mises en place ». Metz Handball a été crédité de 40 000 ¤ pour « saluer son titre de champion de France et sa qualification en Ligue des Champions ». Cette somme s’ajoutera à la subvention classique tournant autour de 90 000 ¤.

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [94835]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 22/10/2016 à 09:39 (Lu 17016 fois)
Répondre
Citer

RL du 22/10/16

Handball : Metz a rendez-vous

Metz joue le match le plus important de son début de saison, ce samedi aux Arènes (18h30). À la recherche d’un premier succès en Ligue des Champions, les joueuses d’Emmanuel Mayonnade affrontent Thüringer.

Rendez-vous dans 52 jours. » Cette phrase d’Emmanuel Mayonnade résonnera dans les têtes des Messines, ce samedi. Le 31 août, face à ses joueuses, l’entraîneur de Metz Handball avait pris date. Ce mercredi-là, en préparation, les championnes de France avaient encaissé 35 buts et concédé une sévère défaite face à Thüringer (25-35), leur futur adversaire en Ligue des Champions.

GRAND ANGLE

52 jours plus tard, revoilà Thüringer. Une formation qui domine sans partage le championnat d’Allemagne depuis 2011. Évidemment, Metz aura d’autres intentions pour sa deuxième sortie européenne. Depuis le 31 août, les Lorraines ont eu le temps de trouver leurs automatismes et de s’imposer en solide leader de Ligue féminine. Elles ont aussi tenu tête à Podgorica (21-19), le gros morceau du groupe A, quand Thüringer s’imposait facilement face aux Norvégiennes de Glassverket (24-16).

« On avait été secoué par cette équipe »

Ce soir, la « fessée » du mois d’août aura valeur de piqûre de rappel. « Cette défaite est très loin derrière nous, mais je crois qu’il ne faut pas l’oublier complètement , souligne Emmanuel Mayonnade. À l’époque, on avait été secoué par cette équipe. On a beaucoup travaillé depuis, on a corrigé pas mal de choses mais on sait que si on ne réalise pas un match de qualité, on revivra le même scénario… »

Aux Arènes, le technicien messin alignera une version améliorée de l’équipe qui s’était inclinée devant le sextuple champion d’Allemagne. Un groupe en confiance après sa difficile mais précieuse victoire à Besançon, mercredi. « On avait cruellement manqué d’affinités et de repères en Allemagne, on venait de récupérer nos internationales après les Jeux Olympiques. Aujourd’hui, on a retrouvé un peu de stabilité. Ça fait longtemps qu’on n’a pas pris 35 buts… »

Les Messines ne jouent pas leur avenir européen face à Thüringer. Mais ces retrouvailles indiqueront « une forte tendance », prévient Emmanuel Mayonnade. « Depuis que je suis à Metz, c’est l’un des trois ou quatre matches les plus importants que j’ai eus à disputer ! »

Les Lorraines auront face à elles une équipe « propre, agressive, au gros tempérament », troisième (4 victoires, 1 défaite) d’un championnat moins relevé que la Ligue féminine mais habituée à disputer la plus prestigieuse des compétitions européennes. « Comme Podgorica, Thüringer a plus de vécu que nous en Ligue des Champions , reconnaît l’entraîneur. Elles ont des joueuses de débordement, d’autres capables de marquer des buts à dix mètres ou encore de se projeter vers l’avant », à l’image de l’internationale française Manon Houette. « Mais on n’a rien à envier à cette équipe ! Il faudra qu’on soit réfléchi dans notre façon de défendre et, surtout, qu’on joue avec nos qualités. On a eu tendance à les oublier ces derniers temps… », conclut Emmanuel Mayonnade. « On a envie d’en découdre, de décrocher notre première victoire en Ligue des Champions. Dans ce genre de compétition, c’est fondamental d’exister à domicile ! »

Laura MAURICE.

http://c.republicain-lorrain.fr/sports/2016/10/21/metz-a-rendez-vous

*****************

Handball : la Messine Tamara Horacek a « envie de marquer les esprits »


• Tamara Horacek, vous retrouvez aujourd’hui Thüringer, près de deux mois après la lourde défaite concédée en amical (25-35). Ce match est-il toujours dans un coin de votre tête ? « Forcément… On sait qu’elles ont deux grosses shooteuses (Niederwieser et Planeta) , le résultat dépendra de l’impact physique et de la rigueur qu’on mettra dans cette rencontre. Il faudra qu’on joue notre jeu, ensemble, sans se poser trop de questions. Je crois qu’on a une équipe soudée, dynamique, qui reflète un état d’esprit assez joyeux. J’espère qu’on saura retranscrire ça sur le terrain avec de la rage et une vraie volonté de gagner. On a envie de marquer les esprits, de montrer que notre équipe aujourd’hui n’est pas la même que celle que Thüringer a affrontée en août. »

• Quels enseignements tirez-vous de la défaite à Podgorica (21-19 ) , samedi dernier ? « Ce match nous a permis de nous évaluer, de replacer nos performances dans leur contexte. Exception faite d’Issy-Paris, on restait sur deux victoires en championnat à +19 et +21. Mais la Ligue des Champions, c’est un autre monde. Un repli, une mauvaise passe… Chaque détail compte ! »

• Le résultat final, justement, s’est joué à quelques détails… « Je pense qu’on n’a pas joué notre meilleur handball, tout simplement. Avec l’équipe que l’on a, les qualités impressionnantes que l’on possède, on peut évoluer à un niveau largement supérieur. On n’a pas su exploiter toutes nos forces. Aujourd’hui, on a envie de gagner. C’est le moment de montrer ce dont on est capable ! »

La. M.



Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [94872]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 23/10/2016 à 09:49 (Lu 16945 fois)
Répondre
Citer

RL du 23/10/16

Handball : quand Metz se lâche…

Metz a mis la manière pour s’offrir son premier succès en Ligue des Champions, hier aux Arènes, face à Thüringer. Avec un schéma tactique repensé, les Messines ont livré l’un des matches les plus aboutis de ce début de saison.


Metz Handball a dévoilé un autre visage, hier aux Arènes. Cette équipe, qui n’a fait qu’une bouchée du sextuple champion d’Allemagne en titre (25-18), n’était définitivement pas la même que celle balayée en août dernier par Thüringer. Elle était aussi bien plus inspirée que celle qui s’est inclinée devant le géant Podgorica, la semaine dernière.

GRAND ANGLE

Pour ces retrouvailles avec les Allemandes, Emmanuel Mayonnade, l’entraîneur messin, avait réservé un schéma tactique « atypique, différent de ce qu’on proposait depuis le début de la saison » .

L’effet de surprise a fonctionné. La défense étagée des Messines a réussi le petit exploit de museler la puissante arrière gauche Anika Niederwieser. Dangereuse dans les premières minutes du match, la shooteuse de Thüringer n’a pas inscrit un seul but en seconde période (4/10). Sous l’impulsion de sa capitaine, Grace Zaadi, Metz a gardé l’agressivité et l’intensité qui lui avaient permis de bousculer le favori de la poule, samedi dernier au Monténégro.

Aoustin prend ses responsabilités

C’est ce rideau défensif (quasi) infranchissable qui permettait aux championnes de France de conclure le premier acte en tête (11-10), alors que la base arrière avait montré d’inquiétants signes de faiblesse. A l’image des échecs répétés d’Ana Gros au tir (1/6), l’attaque messine prenait l’eau avec seulement 34 % de réussite en trente minutes.

A Podgorica, alors que les deux équipes étaient à égalité, Metz avait encaissé un but juste avant la pause, avant de laisser les Monténégrines s’envoler au retour des vestiaires. Cette fois, Laura Glauser préservait l’avantage de ses coéquipières sur le gong. Le piège était évité.

Les Messines n’ont plus été inquiétées. Elles n’ont jamais reculé en défense, non plus. Ana Gros et Xenia Smits retrouvaient le chemin des filets et l’écart gonflait logiquement (15-12, 32e ; 19-14, 48e ). Comme en première mi-temps, Camille Aoustin se révélait précieuse en contre-attaque.

L’explosivité et la rapidité de l’ailière messine ont fait du bien à Metz dans ce premier match de Ligue des Champions à domicile. « Cela faisait un moment que j’avais envie de prendre des responsabilités, je sentais que j’étais capable d’un peu plus. Ce soir, j’ai eu les ballons, ça m’a mis en confiance », se réjouissait Aoustin à l’issue de ce premier succès européen (25-18).

L’autre visage messin, hier soir, c’était aussi celui de l’après-match. Avec des sourires qui contrastaient avec la frustration et les regards perdus de Podgorica. « Enfin ! On a réussi à se lâcher », soufflait Laura Glauser, une nouvelle fois impressionnante dans ses buts.

« Je suis content. De la victoire, de la manière et de l’écart , analysait Emmanuel Mayonnade. On a réussi le match qu’on voulait faire. Cela va nous servir de socle de travail pour la suite. » A commencer par Brest et Glassverket, la semaine prochaine.

Laura MAURICE.

http://c.republicain-lorrain.fr/sports/2016/10/22/handball-quand-metz-se-lache

*****************

Handball : Ana Gros, le froid puis le show

L’arrière droit slovène a connu deux périodes très contrastées : une première délicate et une seconde où elle a permis à Metz de se détacher.


Metz sait partager les tâches. L’arrière garde du champion de France l’a prouvé ce samedi soir pour aller glaner son premier succès européen de la saison contre les Allemandes de Thüringer.

Un cri rageur, un poing serré avant de s’asseoir sur le banc. Ana Gros vient de marquer son deuxième but de la soirée à la 33e minute de jeu. Oui, il a bien fallu attendre tout ce temps pour que la Slovène se lâche et se fâche. Avec elle-même. Sa première partie de représentation (1/6 à la mi-temps) avait de quoi la faire enrager et laisser quelques doutes l’envahir. Les petits oiseaux n’ont finalement pas grignoté son cerveau. « Je ne trouve pas de raisons particulières pour expliquer mes premières minutes compliquées. J’étais pourtant très motivée à l’idée d’affronter mon ancien club », avoue l’arrière droit messine.

La tête d’une des leaders de l’équipe mosellane est bien faite. Solide à toutes épreuves. Même lorsque les sensations ne sont pas au rendez-vous et que le réalisme l’a fui. « J’étais peut-être un peu stressée. Ce n’est pas tous les jours qu’on affronte son ancienne équipe. Mais je peux vous dire que je n’étais vraiment pas contente de mon jeu quand je suis rentrée aux vestiaires à la mi-temps. »

Xenia Smits prend le relais

Quand Ana Gros va, on a généralement tendance à dire que tout va pour Metz. « On ne peut réaliser un 10 sur 10 sur tous les matches ! , se défend Gros. Le plus important est de remporter ce match et je pense qu’on a réussi à le faire avec la manière. Tout le monde a répondu présent ce soir. »

L’arme fatale de Metz Handball est restée sur un mitigé 6/14, une prestation rehaussée par un deuxième acte plus en rapport avec les standards affichés depuis le début de saison par la finaliste 2012 de la Ligue des Champions avec Györ (5 buts).

Samedi soir, en l’absence éphémère de son internationale slovène de 25 ans, Metz a pu compter sur toutes ses forces. Et c’est bien là qu’il a été puiser cette victoire pleine de promesses. Défensive et offensive. Xenia Smits, son alter ego à gauche sur la base arrière, l’a suppléée à merveille dans les moments de creux.

« Il y a des moments où on est plus en réussite que d’autres, c’est le hand. L’important, c’est de ne pas lâcher. C’est ce qui s’est passé avec cette deuxième période où l’on a montré de belles choses, que ce soit en attaque ou en défense. On va pouvoir s’appuyer là-dessus même si le prochain match (Brest en championnat mercredi) arrive vite », apprécie l’Allemande, auteure d’un précieux 6/11. « Le plus important, c’est cette victoire qui va nous faire avancer dans le bon sens. »

« Ana s’est libérée au retour des vestiaires. Dans sa tête, elle était plus forte », apprécie son entraîneur adjoint Katia Andryushina.

Metz a lancé son aventure européenne et c’est finalement bien cela qu’il faut retenir.

Nicolas KIHL.

***********

Handball : Glauser et les Messines ont « pris du plaisir »

Laura Glauser, gardienne de Metz : « On attendait vraiment cette victoire. Avant le match, Manu (Mayonnade, l’entraîneur) a insisté sur l’importance de prendre du plaisir. Je crois qu’on a réussi. Même si ça a été dur au début, on fait ce qu’il fallait faire en attaque. Ma prestation ? La défense m’a une nouvelle fois beaucoup aidée. Derrière, c’est plus facile de faire des arrêts. Marina (Rajcic) a aussi fait le boulot quand elle est entrée, on a fait un bon binôme ! »

Grace Zaadi, demi-centre et capitaine de Metz : « Je suis très heureuse de remporter ce match. C’était important après Podgorica. Nous étions toutes frustrées de ne pas avoir fait assez au Monténégro. Ce soir, ce n’était pas le match parfait mais l’état d’esprit y était. Nous avons été agressives et combatives en défense, tout en mettant du rythme en attaque. »

Xenia Smits, arrière gauche de Metz : « C’est une très belle victoire contre certains visages que je connaissais bien. On a fait la différence dès les premières minutes de la seconde période en restant sérieuses tout au long du match. Nos contre-attaques étaient souvent gagnantes et en défense, on leur a mis une grosse pression. Notre première victoire en Ligue des Champions va nous faire du bien. »

Manon Houette, aillière gauche de Thüringer : « On réalise une bonne première période, on est dans le coup. En attaque, on trouve des solutions et en défense, on joue agressif. On a bien muselé Ana Gros en début de match mais on n’a pas réussi à le faire pendant 60 minutes. Metz a accéléré ensuite et nous a fait mal en contre-attaque. On commet trop d’approximations et on tombe aussi sur une bonne Laura Glauser. Il nous a manqué la même rigueur qu’en première période. »

**********
photos

http://c.republicain-lorrain.fr/sports/2016/10/22/photos-revivez-en-images-la-victoire-de-metz-contre-thuringer



Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [94898]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 24/10/2016 à 05:52 (Lu 16873 fois)
Répondre
Citer

RL du 24/10/16

Handball : Metz avec autorité face à Thüringer

Les joueuses d’Emmanuel Mayonnade l’avaient suggéré depuis le début de la saison. Elles l’ont confirmé, samedi soir face au champion d’Allemagne Thüringer : Metz, c’est du solide ! La preuve par les chiffres.


Tout n’a pas été parfait. Mais la solidité, l’envie, l’audace affichées samedi par les Messines étaient attendues. Autant que ce premier succès en Ligue des Champions, acquis avec autorité face à Thüringer. « Enfin ! », résumait Laura Glauser, tout sourire. Et si cette victoire marquait un tournant dans la saison de Metz Handball ?

18

Elle restera en tout cas une référence au moment d’aborder les prochains grands rendez-vous européens. Les joueuses d’Emmanuel Mayonnade pourront notamment s’appuyer sur la défense étagée expérimentée face aux Allemandes. Inédit, ce schéma tactique a prouvé son efficacité. « On savait que Thüringer avait besoin de temps pour s’organiser en attaque. L’idée était donc de les agresser, de les fatiguer et ça a fonctionné. La preuve ? C’est l’un des matches où l’on prend le moins de buts », observe l’entraîneur messin.

Étouffé, Thüringer n’a marqué qu’à 18 reprises, pénalisé par le mutisme de sa shooteuse Anika Niederwieser. Cette saison, seuls le promu Chambray (11) et Toulon (16) ont fait moins bien. Sur ses cinq premiers matches, Metz avait encaissé 20 buts en moyenne (26 face à Issy-Paris, 21 à Podgorica, 25 contre Besançon).

18 (bis)

Autre garantie offerte par les Messines, samedi soir : la maestria de Laura Glauser dans les buts. Parfaitement suppléée par Marina Rajcic en début de deuxième mi-temps, la gardienne des Bleues semble avoir pris une autre dimension depuis son retour des Jeux de Rio. Avec 18 arrêts, elle a fait vaciller les championnes d’Allemagne (2/6 au tir pour Houette et Engel).

5

Le meilleur bilan de la soirée revient sans doute à Camille Aoustin, avec 5 buts sur 7 tentatives. L’ailière messine a mené, avec succès, plusieurs contre-attaques bienvenues quand Ana Gros et son bras habituellement si tranchant étaient à la peine. L’arrière gauche Xenia Smits a, elle aussi, fait le job avec 6 buts.

1

En dominant dans les grandes largeurs le sextuple champion d’Allemagne en titre, Metz a affiché son visage le plus séduisant cette saison. Il a surtout confirmé l’impression dégagée depuis un mois et demi. Celle d’une équipe tout en maîtrise qui semble plus que jamais en mesure d’atteindre ses objectifs, et tout particulièrement les quarts de finale de cette Ligue des Champions qu’elle affectionne tant.

À l’heure d’affronter Brest, leur principal rival pour le titre en Ligue féminine, les Messines n’ont concédé qu’une seule défaite, pour cinq victoires, toutes compétitions confondues. C’était face à Podgorica, qu’elles attendront de pied ferme le 11 novembre aux Arènes.

Laura MAURICE.

***********

Handball : Metz dans de bonnes conditions avant une semaine chargée

Le plaisir et la manière se sont invités au premier succès en Ligue des Champions des Messines samedi soir. Parfait avant une semaine très chargée…


Metz avait rendez-vous avec ses Arènes samedi soir et un club allemand qu’il connaît plutôt bien. Cet été en préparation, les Messines avaient encaissé 35 buts et concédé une sévère défaite face à Thüringer (25-35).

Cette fois, la tendance s’est inversée : le champion de France a dominé le champion d’Allemagne (25-18). Le plaisir et la manière se sont invités au premier succès des joueuses d’Emmanuel Mayonnade dans la plus prestigieuse des compétitions européennes. « Dans les vestiaires, Manu (Mayonnade, l’entraîneur) avait insisté sur l’importance de prendre du plaisir. C’est ce qu’on a réussi à faire » , lâchait Laura Glauser, après ses dix-huit arrêts.

La capitaine messine Grace Zaadi abondait en ce sens : « C’était important après notre défaite à Podgorica, nous étions toutes frustrées de ne pas avoir fait assez au Monténégro. »

Brest dès mercredi

Il était précieux de se mettre dans de bonnes conditions car les Messines vont enchaîner deux gros matches sans trop souffler. D’abord mercredi soir quand les championnes de France vont retrouver Brest, après leur défaite la saison passée en demi-finale de la Coupe de France (21-18). Un champion de Division 2 et vainqueur de la Coupe qui s’est renforcé entre-temps en attirant, entre autres, dans ses filets la demi-centre de l’équipe de France Allison Pineau, la gardienne de Nice Cléopâtre Darleux et Melinda Geiger, l’internationale roumaine de Baia Mare. Après ce choc de poids lourds aux Arènes, Metz s’envolera pour la Norvège et son troisième match européen contre Glassverket, dimanche. « On va pouvoir s’appuyer sur cette victoire pour la suite. Le contenu m’a plu . Maintenant, deux gros matches arrivent vite. Il s’agit de bien récupérer », appuie l’entraîneur Emmanuel Mayonnade.

Nicolas KIHL.



Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [94924]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 25/10/2016 à 05:51 (Lu 16775 fois)
Répondre
Citer

RL du 25/10/16

Handball : Metz place la barre très haut

Les Messines ont marqué les esprits, samedi en Ligue des Champions, en s’offrant leur plus belle victoire de la saison. Un match « encore plus difficile » les attend ce mercredi contre Brest, leur principal rival en Ligue féminine.


Toujours attendu au tournant, Metz Handball l’est encore un peu plus aujourd’hui à la veille du choc contre Brest, l’autre grand favori de Ligue féminine cette saison.

Impressionnant de maîtrise, le champion de France a franchi un cap, samedi soir, avec un remarquable succès acquis aux dépens de Thüringer (25-18) en Ligue des Champions.

ZOOM

Après les promesses de Podgorica (19-21), les Messines ont signé un match référence face à un adversaire habitué des joutes européennes. « C’est notre match l e plus abouti, le plus complet et le plus intéressant », juge l’entraîneur Emmanuel Mayonnade. « Le meilleur de la saison », abonde Olivier Krumbholtz, le sélectionneur messin de l’équipe de France féminine.

La deuxième mi-temps, qui a permis d’éteindre les espoirs allemands, a particulièrement marqué les esprits. « Cela correspond au moment où on a retrouvé Xenia Smits et Ana Gros au sommet », poursuit l’entraîneur des Bleues, séduit par la stratégie défensive de Metz. « C’était audacieux et ça a été mis en ½uvre de manière remarquable par les joueuses. Ça a posé beaucoup de problèmes aux Allemandes, c’était le bon choix ! »

Le pari d’une défense étagée restera l’un des faits marquants de cette rencontre. « Leur prestation a été très solide , confirme l’ancien coach messin Sébastien Gardillou, qui croisera la route des Lorraines avec Nice, dans quinze jours. Metz a mérité sa victoire. »

Un premier succès européen qui pose les fondations de cette équipe, avant de défier l’armada bretonne des ex-Messines Allison Pineau, Cléopâtre Darleux et Marion Limal. « Ce match ne nous assurera pas de gagner les prochains, mais il restera un socle de base fort , confirme Emmanuel Mayonnade. Il crée aussi une certaine pression. Après cela, ce sera compliqué d’entendre qu’on peut faire moins bien. »

Xenia Smits « pièce maîtresse »

Car les satisfactions ne sont pas venues que de la défense, ce samedi. « Pièce maîtresse » du jeu messin, dixit Olivier Krumbholtz, l’arrière gauche Xenia Smits a retrouvé du temps de jeu et de l’efficacité après son opération de la hanche fin juin. « Et l es performances de Laura Glauser, toujours aussi constante, permettent de stabiliser le bateau dans les moments plus compliqués », ajoute le sélectionneur des Bleues.

En dominant le champion d’Allemagne, Metz a engrangé de précieux points en vue du tour principal de la Ligue des Champions. Il a aussi placé la barre très haut, en termes de niveau de jeu, d’agressivité et d’envie, alors qu’un nouveau duel au sommet l’attend ce mercredi à domicile.

Toujours invaincues en championnat, les Messines porteront plus que jamais la casquette d ’équipe à battre face à leurs rivales brestoises. « Ce sera un autre rapport de force. Un match encore plus difficile que contre Thüringer », prédit Olivier Krumbholtz.

Metz - Brest, ce mercredi à 20 h aux Arènes

Laura MAURICE.


Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [94969]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 26/10/2016 à 07:24 (Lu 16673 fois)
Répondre
Citer

RL du 26/10/16

Handball : Metz-Brest, le choc des titans

Le champion de France affronte son rival annoncé, ce soir aux Arènes (20 h) pour le choc de cette première partie de saison. Avec leur recrutement de prestige, les Brestoises d’Allison Pineau font figure de sérieuses candidates.


Metz-Brest, le choc des titans ! Après sa première victoire en Coupe d’Europe, le champion de France affronte son rival annoncé pour le titre, ce soir aux Arènes. À la veille de ces retrouvailles, la Messine Grace Zaadi et son ex-coéquipière Allison Pineau se sont prêtées au jeu de l’interview croisée.

GRAND ANGLE

• Quel regard portez-vous sur votre adversaire ?

Grace ZAADI : « Sur le papier, Brest impressionne par son gros recrutement, un peu comme Fleury l’année dernière. À Metz, c’est le collectif qui prime. On ne fera pas de complexe. L’affiche est excitante parce que tout le monde annonce Brest comme notre principal concurrent cette saison. Mais pour nous, c’est un match comme un autre. On ne gagnera pas le championnat sur cette rencontre. »

Allison PINEAU : « Les deux équipes sont très différentes, tout comme les attentes qui les entourent. Metz a l’avantage d’avoir un groupe huilé, avec un seul recrutement à l’intersaison, alors que le nôtre a connu pas mal de changements. »

• Ce match marquera vos retrouvailles en Ligue féminine. Quel souvenir gardez-vous de votre expérience commune sous le maillot messin ?

G. Z. : « Allison est avant tout une amie, c’est toujours particulier de jouer contre elle. Quand je suis arrivée à Metz, elle a été l’une des "grandes" qui m’ont pris sous leur aile. Depuis, on a eu la chance d’être médaillées ensemble aux Jeux de Rio ! »

A. P. : « Je l’ai connue dans ses toutes premières années, à Issy-Paris puis à Metz. Elle a beaucoup évolué depuis j’ai quitté la Lorraine. Elle occupe aujourd’hui un rôle très important dans le collectif messin. Et je pense qu’elle possède encore une belle marge de progression pour s’imposer encore plus, notamment en Ligue des Champions… »

• Metz ou Brest, qui sera favori ce soir ?

G. Z. : « Metz ! Parce qu’on a l’avantage de recevoir cette équipe à la maison. Sinon, en termes de jeu, je pense qu’on a un niveau assez proche. Aucune des deux équipes ne survole l’autre. »

A. P. : « Metz, forcément. On affronte le multichampion de France, on reste à notre place… On sait que ce n’est jamais facile de jouer aux Arènes. Et je crois que les deux groupes n’ont pas les mêmes objectifs actuellement. Metz est un ogre, cette saison. »

• Les deux équipes sont pressenties pour se disputer le titre. Votre pronostic sur la fin de saison ?

G. Z. : « Je vois bien un 21e titre de champion pour Metz ! »

A. P. : « Être sacrée championne de France est mon objectif personnel. Mais il y a les rêves et la réalité… Aujourd’hui, Metz reste le premier prétendant. Mais tout sera possible une fois la saison régulière passée. Notre groupe aura grandi, il sera temps de faire le point et de voir jusqu’où Brest peut aller ! »

Laura MAURICE.

http://c.republicain-lorrain.fr/sports/2016/10/26/handball-metz-brest-le-choc-des-titans

**********

Handball : Brest a changé de dimension


Brest n’évoque pas forcément de bons souvenirs pour les Messines. Le 21 mai dernier, le club breton, alors leader de D2, avait fait vivre un cauchemar à Metz en demi-finale de la Coupe de France (21-18). « Cela s’était très mal passé pour nous , confirme l’entraîneur Emmanuel Mayonnade. Mais il n’y aura pas d’esprit revanchard, c’est une autre compétition et on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes d’avoir perdu ce jour-là. Et puis, on ne le saura jamais, mais c’est peut-être cette défaite qui nous a permis d’aller chercher le titre de champion de France dans la foulée… »

Depuis cet exploit brestois, Metz Handball a donc conquis un 20e sacre national alors que le promu a fait sensation avec son recrutement de stars. Brest, qui reste sur une série de trois victoires en championnat, compte désormais dans ses rangs des joueuses de prestige et d’expérience comme les anciennes Messines Allison Pineau et Cléopatre Darleux, l’Espagnole Marta Mangué ou l’internationale française Marie Prouvensier. « Quand elle était en D2 l’année dernière, cette équipe pouvait déjà prétendre aux play-off de Ligue féminine. Et elle est encore meilleure aujourd’hui », résume Mayonnade, qui sait combien ce duel entre deux favoris au titre sera serré. « Les ambitions de Brest sont légitimes , reconnaît-il. Leur groupe a beaucoup évolué cet été, il faudra le temps que leurs relations s’affinent mais elles sont meilleures de jour en jour. Et je crois que c’est aussi notre cas à Metz. On aura des arguments à faire valoir. »

Entre deux rencontres européennes, le champion de France s’attache à prendre ce choc de Ligue féminine comme « un match de plus » dans un calendrier chargé. « L’adversaire est talentueux… Mais les rendez-vous sont aussi importants les uns que les autres ! »

La. M.




Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [95012]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 27/10/2016 à 05:51 (Lu 16569 fois)
Répondre
Citer

RL du 27/10/16

Metz ne tient pas le choc

Les championnes de France sont tombées dans leurs Arènes, ce mercredi soir, devant Brest (21-22). Leur première défaite de la saison en championnat.


Les reines de France ne sont plus invaincues en championnat. La faute à une formation bretonne qui était venue en Moselle pour réussir un gros coup dans le choc de la sixième journée. Entre deux rencontres de Ligue des Champions, Metz n’a pas mis tous les ingrédients pour se donner les moyens de l’emporter, ce mercredi soir. Rien de catastrophique mais un petit coup d’arrêt quand même pour les joueuses d’Emmanuel Mayonnade avant de voyager en Norvège pour leur troisième rencontre européenne dimanche.

GRAND ANGLE

Un petit but sépare les deux formations à l’arrivée (21-22). Pourtant, au moment de rentrer aux vestiaires, le champion de Division 2 et vainqueur de la Coupe de France s’était créé son écart (13-10) et pouvait presque s’y reposer tant l’attaque messine était à la peine à l’image de l’Allemande Xenia Smits (1/11 !), éc½urée par la Mulhousienne Cléopatre Darleux (20 arrêts au total).

« On a été trop suffisant dans l’approche du match , regrette l’entraîneur messin Emmanuel Mayonnade. On n’a pas tout mis en ½uvre pour être plus présent en première période. Leur détermination dans les trente premières minutes était supérieure à la nôtre. »

Un but pour Smits en onze tentatives…

Metz a rarement fait la course en tête (5-4, 11e ) dans sa première partie de représentation, où sa défense a pourtant assez bien muselé l’internationale tricolore Allison Pineau (4/9) et l’Espagnole Marta Mangué González (4/10).

Grace Zaadi, touchée au poignet (aucune lésion ni fracture) lors de la réception des Allemandes de Thüringer en Ligue des Champions, ressentait toujours une douleur qui ne lui permettait pas de tenir le choc de mercredi soir. Sans sa capitaine et demi-centre, le bateau messin n’a pas coulé et est même revenu d’une situation compliquée (10-13 à la mi-temps). « C’est rageant de perdre d’un but alors qu’on réalise une belle remontée , peste Camille Aoustin (5/8 dont 3 penaltys). On manque clairement d’agressivité, on n’est pas dans le combat en début de rencontre. » Il fallait attendre la 41e minute pour voir les joueuses d’Emmanuel Mayonnade reprendre le pouvoir (15-14) sans toutefois mettre un bon coup derrière la tête des Bretonnes. Et la 50e minute pour voir Smits inscrire son seul et unique but de la soirée après moults tentatives. Une soirée à vite oublier pour l’arrière gauche. A droite, la Slovène Ana Gros a joué trente minutes avant de retrouver le banc (3/7).

Metz lançait alors d’autres bras puissants comme Tamara Horacek ou Laura Flippes. Mais les visiteuses fermaient à double tour la défense et Cléopatre Darleux, dans ses buts, continuait à sortir des balles importantes (17-18, 47e ). Le champion de France a pourtant eu l’occasion de s’imposer dans un final haletant (20-19, 51e puis 21-21, 55e ). La maladresse des Lorraines devant le but a coûté cher mercredi soir. « Les détails comptent lors de ces gros matches, je rate une balle de but dans les toutes dernières minutes.. , soupire Tamara Horacek. Quand on joue toutes ensembles à fond, on gagne ces rencontres importantes. » Metz a manqué d’équilibre dans ce premier choc national de la saison.

Nicolas KIHL.

***************

« On pensait prendre une raclée »


À Metz, personne n’a oublié Allison Pineau. Hier soir, la recrue star du promu brestois s’est assurée de rester dans les mémoires encore un bout de temps… Meilleure buteuse bretonne avec Marta Mangué (4 réalisations), la demi-centre de l’équipe de France a fait déchanter la belle équipe messine qui n’avait, jusque-là, cédé que devant le géant Buducnost en Ligue des Champions.

« Ce n’est jamais facile de venir gagner ici aux Arènes , savourait Allison Pineau au terme d’un final haletant. C’est un pas de plus en avant pour Brest », qui a envoyé un message fort à son adversaire annoncé pour le titre. « Cette victoire était importante mais on sait que ce n’est pas à ça que se jouera le championnat. C’est dans les moments importants qu’on verra si on est un vrai prétendant ou pas… », nuançait l’arrière gauche, sacrée championne de France en 2011 avec Metz. Le chemin est encore long mais Brest a frappé un grand coup en mettant fin à l’invincibilité messine en championnat. « Franchement, on pensait prendre une raclée en venant ici ! Metz est vraiment costaud depuis le début de la saison , soulignait l’entraîneur brestois Laurent Bezeau. On savait qu’il ne fallait surtout pas se désunir si on voulait leur tenir tête. Au final, ça se joue à des petits détails, une balle un peu mieux négociée à un moment donné… » Le coach redoute déjà le déplacement des championnes de France en terre bretonne : « Ce match-là, elles ne vont pas l’oublier… »

D’ici là, Allison Pineau et ses coéquipières auront à c½ur de confirmer leur statut, celui que tous les observateurs s’accordent à leur donner. « J’espère qu’on sera un vrai rival pour Metz », annonce Cléopatre Darleux. Elle aussi s’est rappelée au bon souvenir du public messin, hier soir.


Laura MAURICE.

*********

photos :
http://c.republicain-lorrain.fr/sports/2016/10/26/photos-handball-revivez-en-images-la-de-metz-face-a-brest


Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [95043]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 28/10/2016 à 06:15 (Lu 16445 fois)
Répondre
Citer

RL du 28/10/16

Handball : Metz, le bal des occasions manquées

À l’image de ses échecs répétés en attaque, Metz a laissé passer sa chance, mercredi, face à Brest. Le champion de France a concédé sa première défaite en championnat à l’issue d’un match accroché (21-22).


Une statistique suffit à résumer la déconvenue de Metz face à Brest. Camille Aoustin affiche le meilleur bilan mosellan avec cinq réalisations, toutes provoquées par un penalty. L’ailière gauche a transformé trois jets de 7 m et fait preuve d’opportunisme sur les deux suivants, contrés par Cléopatre Darleux.

Ce chiffre en dit long sur les échecs répétés de l’attaque messine, mercredi soir. Tant d’occasions manquées qui coûtent cher au final… Car après être passé à côté de sa première mi-temps, Metz, toujours aussi costaud en défense, a eu une balle de +3 en contre-attaque à sept minutes de la fin (21-19). À la 57e , alors que les Bretonnes avaient parfaitement mis à profit leur supériorité numérique en revenant à 21-21, Xenia Smits et Tamara Horacek ont gâché deux opportunités de redonner l’avantage aux leurs.

« On les a trop regardées jouer »

Dans les toutes dernières secondes, Metz aurait au moins pu arracher le match nul mais Smits a tremblé. Un énième raté pour l’Allemande qui a terminé la rencontre sur un déroutant 1 sur 11 au tir… « Collectivement, on ne l’a pas toujours mise dans les meilleures dispositions. Et, en face, la gardienne avait bien préparé son match , constate l’entraîneur Emmanuel Mayonnade. Xenia avait été excellente contre Thüringer, elle a connu un match plus compliqué, plus irrégulier, ce mercredi. Ça arrive… »

Sauf que ni Ana Gros, qui a regagné le banc à la mi-temps avec 3 buts au compteur (sur 7 tentatives), ni Laura Flippes, en seconde période (2/6), ne sont véritablement parvenues à inverser la tendance. Tamara Horacek n’a pas fait mieux (2/6).

L’échec de Metz Handball, dans ce choc face à Brest, a d’abord été celui de sa base arrière. « On n’a pas fait preuve du même état d’esprit et de la même rigueur qu’en Ligue des Champions samedi dernier , reconnaît Emmanuel Mayonnade. L’entame n’a pas été bonne, on les a trop regardées jouer… Ce n’est pas le score à la mi-temps (10-13) qui me gêne, ce sont les intentions de jeu ! »

Dans un match engagé, comme attendu, quelles alternatives s’offraient au champion de France pour pallier le mutisme de ses meilleures buteu ses ? « Défendre et courir pour marquer des buts sur grands espaces. Et on ne l’a pas fait en première période », constate le coach.

Auteur d’une belle remontée entre la 32e et la 38e (15-14), Metz a aussi prouvé sa capacité à varier les situations. Avec trois buts de Marion Maubon à l’aile gauche et deux réalisations d’Ailly Luciano à droite. « On n’a pas été trop mauvais, on a su se partager les responsabilités. On prend peut-être des tirs un peu forcés, parfois. Il nous aurait fallu plus de continuité », résume le technicien.

Mercredi soir, il a manqué « un peu trop de choses » à Metz pour faire tomber l’armada bretonne d’Allison Pineau. Mais un petit but, un seul ballon mieux négocié, auraient suffi à tuer le match. « On a eu les occasions , souffle Emmanuel Mayonnade. On est très déçu mais ça ne change rien à notre état d’esprit. Ça se joue à un but. Cette rencontre, on aurait très bien pu la gagner ! »

Laura MAURICE.


Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [95071]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 29/10/2016 à 12:18 (Lu 16339 fois)
Répondre
Citer

RL du 29/10/16


AVANT GLASSVERKET DIMANCHE EN LIGUE DES CHAMPIONS

Handball : Metz se met au grand frais avec la cryothérapie

Dans un calendrier chargé qui lui laisse peu de temps pour souffler, Metz a mis au centre de ses attentions la récupération de ses joueuses. Le club a adopté la cryothérapie pour soulager les blessures et lutter contre la fatigue.


Le calendrier commence à peine à chauffer que Metz s’est déjà mis au froid. En intégrant un nouveau moyen de récupération dans son fonctionnement, le champion de France se donne encore plus les moyens de ses ambitions. Dans une saison où l’enchaînement des matches ne laisse pas vraiment de périodes creuses, le passage par la chambre de la cryothérapie chaque jeudi était presque une évidence.

ZOOM

Une nouveauté est donc venue s’immiscer dans le calendrier des Messines qui, en l’espace de dix jours, enchaînent trois rencontres… « On a commencé la cryothérapie lorsqu’on est entré en Ligue des Champions », précise l’entraîneur physique Emmanuel Wetta. La récupération est au c½ur de toutes les attentions pour le staff. Cette saison bien plus encore. La cryothérapie s’est glissée sur le planning hebdomadaire des joueuses d’Emmanuel Mayonnade. Une technique qui vise à lutter contre les bobos musculaires, la fatigue. Indispensable ? « Indispensable reviendrait à dire que nous n’avons pas le choix. Nous sommes chanceux de pouvoir bénéficier de ce moyen de récupération dont on a connu l’existence à Amnéville, apprécie le garçon de 36 ans. Mais nous savons travailler également autrement et nous continuerons à le faire avec d’autres méthodes (immersion en eau froide, hammam, massages des kinésithérapeutes, etc) », précise-t-il.

« À -110 degrés pendant trois minutes »

Un bon bol d’air frais pour soigner un corps soumis à rude épreuve. « Il y a un premier passage dans un sas à -10 degrés puis -60 (deux minutes au total) avant de pénétrer dans une pièce à -110 degrés pendant trois minutes en restant en mouvement permanent , explique le successeur de Bertrand Barbier. Un froid glaçant supportable par toutes les filles ? « Pour certaines, le choc est un peu trop violent, on tente de s’adapter. »

Et Emmanuel Mayonnade, il en pense quoi ? « J’avais jugé contre Thüringer que c’était bon mais on a perdu contre Brest , plaisante à moitié l’entraîneur messin. Quoi qu’il en soit, le temps nous permettra de savoir si cette technique de récup est totalement bénéfique pour les organismes des filles. »

Metz s’est évidemment préparé en amont pour encaisser les chocs : « Ce moment de la saison a été longuement préparé lors de la planification afin de répondre à nos différents objectifs. La cryothérapie, sur le long terme, permet de faire du bien au corps mais aussi à la tête en jouant notamment sur les humeurs », insiste Emmanuel Wetta.

Après Thüringer samedi, Brest mercredi, voilà les Messines en voyage en Norvège samedi pour y jouer un match crucial dimanche face à Glassverket lors de la troisième journée de Ligue des Champions. Tout cela en dix jours. « On ne va pas s’en plaindre , lance le coach mosellan. C’est une super chance de vite rebondir après notre revers amer en championnat. »

Nicolas KIHL.


Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [95094]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 30/10/2016 à 10:12 (Lu 16261 fois)
Répondre
Citer

RL du 30/10/16

Handball : Metz pour une qualification pour le Tour principal de la Ligue des Champions

Les Messines ont la possibilité de faire un grand pas vers la qualification pour le tour principal en Norvège. Devant Glassverket ce dimanche, les Mosellanes tenteront de revenir de leur voyage avec un deuxième succès européen.


Les Messines ont une occasion en or d’empocher leur deuxième victoire en Ligue des Champions et par la même, faire un pas de plus vers une qualification pour le tour principal. Metz pourrait presque enterrer les espoirs des Norvégiennes de Glasserket, toujours à la recherche de leur premier succès, dans leur salle ce dimanche.

REPORTAGE

Avant de s’envoler pour la Norvège, Emmanuel Mayonnade a gardé la copie rendue par ses joueuses lors de la réception des Allemandes de Thüringer. Une copie complète, presque sans ratures pour une première victoire en Ligue des Champions annonciatrice de promesses. Mais l’entraîneur messin a également emmené dans sa valise l’autre copie. Celle du championnat mercredi contre Brest. Un peu moins flatteuse. Pour ne pas oublier que Metz ne doit pas se reposer sur ses acquis. « On n’a pas proposé le hand que j’aurais souhaité contre Brest mercredi soir, réaffirme l’entraîneur des championnes de France. On a manqué de vie, surtout en première période. » L’attaque s’est loupée aux moments importants « ces petits détails dont on parle constamment… ».

Camille Aoustin la tuile

C’est évident, le coach mosellan attend ses joueuses sur l’entame de match. « Si on réalise la même mi-temps, ça ne pardonnera pas. Nous sommes en Ligue des Champions ! », rappelle-t-il. Le coach bordelais veut voir sa formation se faire respecter et prendre les choses en mains. L’occasion est idéale devant la lanterne rouge. « Attention, à ne pas lire rapidement les scores des matches de l’équipe norvégienne. Il faut être vigilant sur la lecture des résultats. Leur situation comptable n’est pas bonne mais elle aurait pu attraper quelques points ». Glassverket a joué des deux rencontres consistantes sans jamais encore récolter les fruits. « Leur base arrière est très forte, leur arrière droite est capable de planter des buts à dix mètres. C’est une équipe plutôt équilibrée. Une vraie formation de hand », prévient le technicien. Dont 96 % des filles sont des purs produits du pays. Pas commun.

Au pays des Fjords, il manquera l’une des joueuses en forme côté messin. A son avantage aux jets de sept mètres devant Brest et contre les Allemandes de Thüringer un peu plus tôt, Camille Aoustin est restée en Lorraine. Pas de son plein gré. L’aillière gauche s’est blessée à la cheville (entorse) en glissant sur le pied d’une de ses coéquipières lors de l’entraînement vendredi soir. Le champion de France devra se passer d’elle pendant au moins un bon mois. Une bonne nouvelle pour atténuer cette tuile : la capitaine Grace Zaadi est du voyage norvégien. Metz aura besoin de toutes ses forces.


De notre envoyé spécial en Norvège Nicolas KIHL.

*********************

Pendant ce temps-là…

Comment les Messines passent le temps lors d’un voyage en Ligue des Champions ? Réponse lors du déplacement entre Metz et le pays des Fjords.

Monténégro, Norvège et Allemagne. Les Messines ont du temps à faire passer en ce début de saison avec des déplacements qui s’enchaînent à rythme soutenu dans la plus prestigieuse des compétitions européennes. Dans le bus ou l’avion, les championnes de France ont du temps à partager, à occuper. Voyage en plusieurs étapes entre Metz et la Norvège. Pendant tout ce temps-là que font les Mosellanes ? Réponse non exhaustive mais plutôt variée.

Départ 7 heures devant le centre Pompidou pour un trajet en bus direction l’aéroport de Francfort. Un peu tôt pour les amatrices du lever plus cool. Marina Rajcic et Svetlana Pop-Lazic en profitent pour replonger dans leurs doux rêves entre quelques claquements de porte. Après plusieurs changements de position, le long somme peut commencer. A l’arrière du bus, on peut apercevoir des casques audio sur les oreilles. Pas trop fort pour ne pas déranger la copine. Il est encore trop tôt. On repassera une autre fois pour le coup du « chauffeur si t’es champion… »

L’observation vaut pour toutes les filles : ça pianote sur le clavier du téléphone tactile presque plus vite qu’une remontée de balle. Francfort n’est plus très loin. Encore le temps d’envoyer des textos et passer quelques appels avant de décoller. L’attente dans le hall d’embarquement est souvent interminable. « On se restaure, on discute de tout et de rien. On fait des selfies », plaisante le petit groupe des plus jeunes. 12h et des poussières, il est temps de monter dans le coucou direction Oslo. Olarne Kanor bouquine pendant que Laura Flippes mate un épisode ou deux de "Blindspot". Les siestes se poursuivent avant d’arriver à l’hôtel. Voilà un groupe qui vit bien loin de ses Arènes.


Re: Revue de Presse 2016 - 2017

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 31/10/2016 à 05:54 (Lu 16196 fois)
Répondre
Citer

RL du 31/10/16

Handball : Metz joue avec le feu

Les Messines se sont rendues la vie dure ce dimanche en Norvège pour arracher la victoire devant Glassverket (24-22). Un deuxième succès européen acquis dans la douleur, synonyme de grand pas vers le tour principal.

Avec les Messines, on passe souvent par toutes sortes d’émotions. Une expérience encore prouvée ce dimanche en Norvège où les championnes de France ont dû arracher leur deuxième victoire en Ligue des Champions devant Glassverket (24-22). Arracher car ce succès leur tendait pourtant les bras dès la fin de la première période (15-8)…

De notre envoyé spécial à Glassverket

Après avoir soufflé le chaud dans la Reistad Arena pendant trente premières minutes de haut niveau, Metz a pris un coup de froid en dix minutes à peine. Par des Norvégiennes revigorées et complètement métamorphosées. Ce fut au retour des vestiaires alors que les championnes de France, auteures d’une première partie de représentation « juste, complète et sérieuse » selon leur entraîneur Emmanuel Mayonnade, avaient pris une avance significative de sept buts. « On n’est pas passé loin de la catastrophe » , admet le technicien mosellan qui a regardé en souffrance un véritable ping-pong sur grand terrain sans que la balle ne soit renvoyée par son équipe. Dur à vivre.

Sept buts d’avance ne suffisent pas aux Messines pour se rendre un match facile. Marion Maubon et Xenia Smits annonçaient pourtant la couleur (7-4, 14e puis 13-7, 27e ) en trouvant les filets norvégien de Guro Rundbraten (10 arrêts). Compactes, appliquées et en réussite, les Lorraines séduisaient et s’étaient déjà glissées sur le bon chemin au bout de trente minutes. Mais ça, c’était avant. Le drame ? Non, car elles ont affiché le caractère qu’on leur connaît. Fort heureusement car la "cata" n’était pas loin. « On montre encore deux visages très différents d’une mi-temps à l’autre , peste Mayonnade. On clame haut et fort qu’on veut les quarts de finale mais on donne pas le meilleur de nous pendant tout un match. Cela aurait pu clairement nous coûter la victoire, on s’en sort de justesse… »

« Personne ne s’est caché »


Metz n’a pas su contrer la déferlante norvégienne, stopper l’hémorragie quand il le fallait absolument malgré sa gardienne Marina Rajcic qui a évité le pire en sortant notamment une double parade énorme (33e ). Le 8-0 infligé par les Scandinaves (16-15, 49e ) le met dans les cordes et dos au mur. « Si on arrive à marquer un petit but pendant cette période très délicate, cela peut nous remettre dedans », pense le coach. Mais ni les temps-morts, ni les phases offensives ne redonnent des couleurs aux Mosellanes. Ana Gros rate un penalty, Xenia Smits (6/7) tire sur la barre. Rien ne sourit pour des Mosellanes qui balbutient leur hand. Metz va alors faire le dos rond… pendant trop longtemps et les joueuses vont prendre leurs responsabilités dans un money-time brûlant. Marion Maubon, excellente dimanche, ne tremble pas (19-19, 52e ), Ana Gros retrouve son bras et envoie un pétard, Laura Glauser sort un arrêt crucial (21-22, 56e puis 22-24, 59e ). « On a montré qu’on avait du caractère, personne ne s’est caché » , apprécie le technicien. Metz s’en est sorti cette fois mais ça ne passera pas comme ça tous les jours.

Nicolas KIHL.

**************

Zaadi : « A un moment ça ne passera plus ! »

Toutes les Messines allaient dans le même sens au sortir de cette victoire compliquée. Elles auraient dû se rendre le match plus facile.


M arion Maubon, ailière gauche de Metz : « On s’est sûrement dit inconsciemment que c’était bon au retour des vestiaires car on mène largement au score. Derrière, les Norvégiennes sont dans une dynamique positive et on commence à perdre pied. Mais on a quand même cette réaction pour arracher la victoire. C’est regrettable de ne pas avoir réussi à stopper l’hémorragie plus tôt car on peut se rendre le match plus facile. Il ne faudra surtout pas oublier ce scénario qui doit nous servir d’avertissement. J’espère qu’on aura du caractère pour montrer notre niveau de jeu sur la totalité du match retour. »

Ana Gros, arrière droit de Metz : « On a vu deux équipes totalement différentes en seconde période. On a perdu des ballons, raté beaucoup de tirs en se précipitant alors que les Norvégiennes étaient euphoriques. On les a remises dans le match au lieu de les enfoncer. Elles n’ont rien lâché. Il faut qu’on apprenne de cette victoire très compliquée. »

Grace Zaadi, capitaine et demi centre de Metz : « Ce n’est pas acceptable de se faire passer devant comme ça alors qu’on mène de sept buts à la mi-temps ! A un moment donné, ça ne passera plus, il faut qu’on soit plus vigilantes. On joue une bonne première période pourtant on ne repart pas sur les mêmes bases et on les laisse revenir et même passer devant. Ça ne doit pas arriver. »

Laura Glauser, gardienne de Metz : « On s’est mises toutes seules dans l’embarras. Il y avait largement la place de faire la course en tête sur une grande partie du match. Les Norvégiennes ont joué plus rapidement en deuxième période, elles ont mis encore plus d’impact en défense. Je nous en veux sur la gestion mais on repart quand même avec une victoire importante, il ne faut pas l’oublier ! »





Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [95196]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 01/11/2016 à 09:12 (Lu 16086 fois)
Répondre
Citer

RL du 01/11/16

Ligue des champions : Metz Handball doit mieux gérer

Ce dimanche, les Messines ont joué sur courant alternatif avec une grosse panne à l’entame de la seconde période. Mais les championnes de France sont quand même revenues avec la victoire devant Glassverket (24-22).

Le deuxième succès acquis dans la douleur par les Messines contre Glassverket (24-22) en Ligue des Champions est synonyme de grand pas vers le tour principal. Mais la manière reste à revoir, une deuxième période notamment loin d’être aboutie.

On a aimé

La réaction, le caractère de l’équipe. Si Metz a cueilli son deuxième succès en trois rencontres de Ligue des Champions, c’est bien parce qu’il a fait preuve de caractère quand la tempête norvégienne sévissait dès le début de la seconde période. Il aurait pu continuer à tomber bien plus bas dans le gerflor de la Reistad Arena mais a su réagir. Tardivement mais efficacement. « Personne ne s’est caché quand ça devenait tendu, apprécie l’entraîneur Emmanuel Mayonnade. Les filles ont pris leurs responsabilités ».

GRAND ANGLE

« Sur la gestion du match, on peut s’en vouloir car on est capable de se rendre la partie plus simple, explique la gardienne Laura Glauser. Mais je repense aux Jeux Olympiques et notre match contre les Espagnoles où on était loin derrière (les Bleues étaient menées 12-5 à la mi-temps) et on a quand même arraché la qualif’ pour les demi-finales ».

La deuxième victoire en Ligue des Champions. Arraché au bout d’un scénario fou devant Glassverket (24-22), ce deuxième succès des Messines leur permet d’envisager sereinement leur avenir dans la plus prestigieuse des Coupes. « La qualification est en bonne voie, je dirais qu’on a 90 % de chances de se qualifier pour le tour principal », précise Mayonnade. Encore une victoire contre les Norvégiennes à la maison ce samedi et ce sera totalement acquis.

La réussite aux tirs de Maubon et Smits. L’ailière et l’arrière ont inscrit la moitié des buts de Metz. Avec six réalisations chacune, elles ont porté leur équipe en attaque.

Les arrêts de Rajcic et Glauser. Les deux remparts messins ont sorti les parades aux moments opportuns. La double parade de Marina Rajcic (33e ) et le dernier arrêt de Laura Glauser notamment.


On n’a pas aimé

Le retour des Norvégiennes. Metz aurait dû enterrer Glassverket au lieu de le relancer. « On est passé près de la faute professionnelle , peste le technicien mosellan. Ça aurait été une catastrophe de perdre ce match. » En double infériorité numérique au retour des vestiaires, Metz a très mal entamé sa seconde période (quinze minutes sans inscrire le moindre but). Approximatif au tir et hasardeux dans ses relances, le champion de France a longtemps déjoué. Les Norvégiennes, sentant la fébrilité en face, en ont profité pour refaire leur retard (15-8 à la mi-temps) et même passer devant. Ce qui aurait pu être évité.

Le cri de Laura Flippes. L’ailière droite est sortie en hurlant de douleur dimanche. Son genou a vrillé lors d’une attaque. On pensait alors au pire. A son retour de Norvège, l’Alsacienne boîtait. Elle passera des examens. Après Camille Aoustin qui s’est donné une entorse à la cheville vendredi à l’entraînement, voilà une deuxième joueuse dont il faudra sûrement se passer dans les semaines à venir.

Nicolas KIHL.

http://c.republicain-lorrain.fr/sports/2016/10/31/ligue-des-champions-metz-handball-doit-mieux-gerer

***********

Ligue des champions : Ailly Luciano (Metz Handball) veut « revoir ce match »


• Ailly Luciano (ailière droit de Metz), que retenir de ce voyage en Norvège ? « La victoire, c’est notre deuxième quand même en Ligue des Champions ! Elle était compliquée, c’est certain. Il faut revoir ce match car il y a plein d’enseignements à en tirer pour rectifier les erreurs commises. »

• Justement, au niveau des erreurs, vous pensez à quoi ? « Les pertes de balles, notre précipitation. On prend des buts bêtes car on se replie mal, on a eu une moins bonne communication lors de cette deuxième période, on commence sûrement à se poser plein de questions. En face, elles sentent qu’on est plus fragiles et elles en profitent au maximum. On débute aussi en infériorité numérique au retour des vestiaires, ce n’est pas idéal. On rate des tirs mais on se crée quand même les situations, ça arrive… »

• Vous avez toutefois réalisé une belle opération pour la qualification au tour principal... « Oui, c’est une bonne chose, il faudra encore gagner samedi contre les Norvégiennes à la maison et ce sera bon. Mais avant, il y a un match de championnat. »

• Pas vraiment le temps de souffler… « Non, on enchaîne très vite. On va essayer de récupérer au mieux mentalement et physiquement pour être prêtes pour mercredi contre Fleury. Ce ne sera pas un match facile, on le sait bien. En France, toutes les équipes veulent faire tomber Metz. C’est comme ça, à nous de montrer notre niveau et revenir avec un résultat. »



Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [95219]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 01/11/2016 à 19:27 (Lu 16014 fois)
Répondre
Citer

http://www.lequipe.fr/Handball/Actualites/Ligue-des-champions-metz-s-impose-difficilement-face-a-glassverket/743252

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [95231]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 02/11/2016 à 05:52 (Lu 15967 fois)
Répondre
Citer

RL du 02/11/16

Handball : entretien avec Christophe Cassan avant Fleury-Metz

Le temps où les affrontements entre Metz et Fleury avaient le goût du sang est déjà loin. Le club du Loiret, qui a compté 13 départs pour 7 arrivées en début de saison, n’est plus l’ogre qu’il était. Le point avec son entraîneur.

• Christophe Cassan, vous sortez d’une élimination en Coupe EHF avant de recevoir Metz ce mercredi. La semaine va être dure ? « En Coupe d’Europe, nous n’avions pas d’objectif particulier à part acquérir de l’expérience. 80 % de notre effectif n’avait jamais vécu de Coupe d’Europe. Ça explique la défaite à Oldenburg (29-22). Une fois la pression retombée, on a réalisé un super match retour à Orléans (victoire 26-23). On menait de huit buts, c’était faisable. C’est dommage. Mais l’élimination n’est pas catastrophique. C’est comme recevoir Metz ce mercredi, c’est une magnifique opportunité pour nous de progresser. »

INTERVIEW

• Votre équipe affiche une moyenne d’âge de 20 ans. Son inexpérience vous fait-elle peur ? « C’est parfois dur dans le money-time. On l’a vu en Coupe d’Europe. Contre Metz, on ne rivalisera pas avec notre expérience mais je compte sur le manque de fraîcheur des Mosellanes (qui rentrent d’un match de Ligue des Champions en Norvège) pour leur tenir tête. »

« Travail et humilité »

• L’ancien Fleury qui voulait dévorer Metz ne vous manque-t-il pas ? « J’ai adoré l’ancien Fleury. Son jeu était très agréable à regarder (Christophe Cassan était l’adjoint de Frédéric Bougeant). Mais le nouveau Fleury me lance un nouveau challenge et c’est très excitant. On espère progresser rapidement pour avoir de nouveau de grandes ambitions. »

• Quels sont vos objectifs justement cette année ? « La qualification pour les play-off ! Nous sommes en reconstruction avec le travail et l’humilité pour maîtres mots. »

• N’est-ce pas difficile tout de même de passer de la lumière des premières places à l’ombre du ventre mou du championnat ? « Tous les clubs vivent des temps forts et des temps faibles. Pour nous, la gestion est compliquée. Heureusement, la fidélité de nos partenaires nous a permis de rebondir rapidement. Nous avons construit cette équipe dans l’urgence. Seuls des grands comme Metz savent gérer à merveille des années de transition. »

• L’ancienne Messine Paule Baudouin vous a rejoint. Une recrue de choix ? « Elle apporte de la stabilité et une expertise pointue de l’adversaire du haut niveau. »

• Vous comptez trois victoires pour deux défaites en championnat. Ce bilan vous satisfait ? « Non car nous sommes toujours évalués sur les résultats. Disons que la défaite contre Dijon m’agace le plus. On verra ce que ça donne face à Metz. »

Marjorie BEURTON.

**********

Handball : Metz combat… la fatigue


À peine rentrées de Norvège, les Messines ont rendez-vous à Fleury ce mercredi. Deux déplacements en quatre jours que le champion de France a préparés comme il faut. « L’enchaînement est compliqué. La fatigue accumulée est assez conséquente, confie Emmanuel Mayonnade, l’entraîneur messin. Il faudra garder une fraîcheur intellectuelle, être concentré et rigoureux. Notre dernière séance a été qualitative. J’ai confiance en nous. » Après une défaite contre Brest, les Messines ont à c½ur de vite renouer avec la victoire en championnat. Emmanuel Mayonnade partira avec quasiment le même groupe qu’en Norvège. Seules Meline Nocandy et Laure Flippes (blessée) ne seront pas du voyage. Elles sont remplacées par Marie-Hélène Sajka et Laura Kanor, deux jeunes du centre de formation.


Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [95283]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 03/11/2016 à 05:28 (Lu 15856 fois)
Répondre
Citer

RL du 03/11/16

Handball : Metz se rassure en écrasant Fleury

Les Messines ont fait le plein de confiance, mercredi soir en écrasant Fleury-les-Aubrais (21-33) dans un remake de la dernière finale de championnat. De bon augure avant un match européen décisif, samedi aux Arènes.

Metz ne pouvait pas rêver meilleur scénario. Après la courte défaite à domicile devant Brest (21-22) et la frayeur de Glassverket en Coupe d’Europe (24-22), les championnes de France ont parfaitement rebondi contre Fleury-les-Aubrais, mercredi soir.

Elles ont regagné la Lorraine, dans la nuit, avec une cinquième victoire en Ligue féminine et une confiance retrouvée.

GRAND ANGLE

Ce remake de la dernière finale des play-off a tourné court. Christophe Cassan, l’entraîneur fleuryssois, misait sur la fraîcheur de son groupe pour bousculer des Messines usées par l’enchaînement des matches. Mais c’est sa formation qui a semblé la plus éteinte, ce mercredi. En reconstruction après le départ de ses joueuses cadres à l’intersaison, Fleury n’a jamais semblé en mesure de répondre au défi physique imposé par Metz (6-8, 11e ; 12-16, 25e ). Malgré la fatigue accumulée ces trois dernières semaines, les joueuses d’Emmanuel Mayonnade ont joué juste. L’impact et l’engagement proposé n’ont laissé aucun espoir aux joueuses locales.

« On a retenu quelques leçons »

« On fait un match abouti , résume le coach mosellan. Sans jamais être extraordinaire, on a réussi à marquer notre territoire, à fatiguer l’adversaire et donc à faire la différence au score. »

Fleury et Metz ne jouaient pas dans la même catégorie, ce mercredi. Le champion de France n’a encaissé que huit buts en deuxième période (16-21, 36e ; 21-28, 51e ) pour s’imposer avec douze unités d’avance (21-33). Un écart qu’il n’avait plus connu depuis la réception de Chambray, le 30 septembre dernier.

Ce deuxième déplacement en quatre jours n’avait pourtant rien d’évident sur le papier. Les Messines se sont grandement facilité la tâche en signant une copie soignée du début à la fin. Elles ont exploité leurs occasions sur grands espaces et livré un joli spectacle offensif (6/8 pour Orlane Kanor, 6/7 pour Marion Maubon) face à une défense fleuryssoise bousculée.

L’expérience lorraine a parlé au Palais des sports d’Orléans. La jeunesse aussi, à l’image d’Orlane Kanor, qui a apporté tout son punch à une équipe éreintée, de sa s½ur Laura ou de Marie-Hélène Sajka, auteur de quatre buts.


« On a pris cette rencontre par le bon bout, on a montré qu’on était dans le rythme. Cela nous remet en ordre de marche après notre prestation en demi-teinte en Norvège », se réjouissait l’entraîneur de Metz, satisfait de l’état d’esprit affiché par ses joueuses hier. « Les conditions n’étaient pas faciles, on ne s’est pas entraîné lundi, ni mardi matin. Mais on a fait le match qu’il fallait. On a retenu quelques leçons de Glassverket et de Brest, le groupe est mature. »

De bon augure avant la réception des Norvégiennes, ce samedi aux Arènes. Un match décisif – il assurerait à Metz une qualification pour le tour principal de la Ligue des Champions – qui était déjà dans toutes les têtes ce mercredi soir… « On a réussi un gros test face à Fleury. A nous de montrer que l’on peut être excellent contre Glassverket », souriait Emmanuel Mayonnade. Seul point noir de la soirée : la blessure de Xenia Smits, d’entrée de jeu, qui pourrait peser lourd après celles de Camille Aoustin et Laura Flippes.

De notre envoyée spéciale à Orléans Laura MAURICE.

http://c.republicain-lorrain.fr/sports/2016/11/03/metz-se-rassure

***********

Edwige : « Un scénario parfait »

Béatrice Edwige, pivot de Metz : « C’est un bon match, un scénario parfait. On n’encaisse que huit buts en deuxième mi-temps, là où on s’était loupé en Norvège. C’est important. J’ai envie de tirer mon chapeau aux jeunes, qui ont su se révéler pendant cette rencontre. Orlane (Kanor), Marie-Hélène (Sajka) et Laura (Kanor) ont fait un match plein, elles ont prouvé qu’elles étaient de bons relais à nos titulaires absentes ce soir. »

Marion Maubon, ailière gauche de Metz : « Je suis satisfaite parce qu’on nous attendait au tournant après la rencontre de dimanche. Ce n’était pas évident d’enchaîner avec un deuxième déplacement. On ne fait pas une partie parfaite mais on a été sérieux défensivement, on a bien appliqué les consignes… On s’est rendu le match facile. A défaut d’être en forme physiquement, on était bien dans les têtes. »

Marie-Hélène Sajka, arrière droit de Metz : « C’est mon deuxième match cette saison en Ligue féminine, je suis super contente d’avoir gagné et d’avoir pu apporter quelque chose aux filles, qui étaient un peu fatiguées après Brest et Glassverket. Je me suis fait plaisir, c’est génial d’être enfin sur le terrain. »

Emmanuel Mayonnade, entraîneur de Metz : « Je crois que c’était l’un de nos plus gros tests depuis le début de la saison. En dehors de la qualité de l’adversaire, il fallait surtout enchaîner avec ce deuxième match à l’extérieur, dans des conditions compliquées… On a été là dès le début de la rencontre. Malgré deux ou trois situations sur lesquelles on a manqué d’humilité, on a joué juste, on a réussi à les fatiguer. L’écart au score ne reflète pas à mon avis la réalité du terrain mais on s’en contente volontiers. »



Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [95292]

crocogrenat

Voir son profil

crocogrenat

Activité : 2 / 5
1189 messages postés


Posté le : 03/11/2016 à 11:39 (Lu 15751 fois)
Répondre
Citer

http://www.larep.fr/fleury-les-aubrais/sports/handball/2016/11/03/les-pantheres-ont-manque-de-mordant_12138836.html

--------------------------------
https://www.youtube.com/watch?v=60IfVFE5vIE Parc Explor Wendel

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [95313]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 03/11/2016 à 19:50 (Lu 12735 fois)
Répondre
Citer

RL du 03/11/16

LIGUE FÉMININE
Metz Handball : six semaines d’arrêt pour Xenia Smits


Nouveau coup dur pour Metz Handball. Déjà privé de Camille Aoustin, une des joueuses en forme du moment, victime d’une grave entorse du genou la semaine dernière à l’entraînement, le champion de France devra se passer de son arrière gauche pour six semaines.

Sortie après seulement dix minutes de jeu mercredi soir face à Fleury, Xenia Smits souffre d’une fracture au pied gauche. L’Allemande, qui revenait à son meilleur niveau après une blessure de la hanche, sera opérée ce vendredi matin. Elle manquera les cinq prochains matches de Metz avant la trêve internationale (deux en championnat, trois en Ligue des champions).

Le club s’est mis à la recherche d’un joker médical. Thierry Weizman, président de Metz Handball, serait actuellement en « pourparlers avancés » avec une joueuse étrangère de la base arrière.

La. M.


Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [95356]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 04/11/2016 à 20:50 (Lu 12615 fois)
Répondre
Citer

RL du 04/11/16

Handball : Metz tient le bon rythme

Diminué par les blessures, Metz a remporté, mercredi, un précieux succès sur le parquet de Fleury (21-33). Une victoire qui lui permet d’aborder sereinement le match face aux Norvégiennes de Glassverket, samedi.

Dans un calendrier chargé, il y a des matches qui font du bien. Celui face à Fleury, mercredi, est de ceux-là. Dans le Loiret, Metz a mis les choses au point : le revers infligé par Brest, mercredi dernier, et les « quinze minutes d’enfer » vécues en Norvège, dimanche, sont des erreurs de parcours. Des pièges que le champion de France s’est promis d’éviter à l’avenir.

Sans Camille Aoustin, ni Laura Flippes, blessées, les Lorraines ont parfaitement négocié ce duel entre deux équipes qui s’étaient disputé le titre en mai dernier. Pour signer une écrasante victoire (21-33) qui les ramène à hauteur de leur rival breton au classement de Ligue féminine. Surtout, elles s’offrent un deuxième succès de rang, qui booste le moral sans puiser trop d’énergie avant de jouer un septième match en trois semaines, samedi aux Arènes.

Toujours plus implacable au fil du match, la domination messine a permis à Emmanuel Mayonnade de préserver certaines joueuses, parfaitement relayées par les espoirs du centre de formation. La plus rodée à l’exercice, Orlane Kanor (19 ans) a confirmé qu’elle était précieuse en attaque avec six buts pour huit tentatives. Marie-Hélène Sajka a profité de son entrée en deuxième période pour aggraver le score (4/7). En face, Fleury, vingt ans de moyenne d’âge, n’avait pas les armes pour rivaliser, malgré l’expérience de l’ex-Messine Paule Baudouin.

Profitant d’une défense adverse dépassée par la rapidité et l’intensité du jeu messin, les cadres aussi se sont régalés. Sladjana Pop-Lazic a inscrit trois buts dans les quinze premières minutes, Marion Maubon a continué sur la lancée de sa belle prestation en Norvège (6/8) et Grace Zaadi a retrouvé son poignet avec cinq réalisations, dont deux penaltys.

« Il n’y a pas de match facile »


Au final, un score fleuve qui ajoute à l’impression de facilité dégagée de la première à la soixantième minute. « On sait que ce n’est pas le Fleury de l’année dernière mais à chaque rendez-vous, on doit prouver qu’on est les championnes en titre. Il n’y a pas de match facile », insiste l’ailière droit Ailly Luciano, qui se réjouit du contenu de cette rencontre : « On n’a pas eu beaucoup de temps pour la préparer après notre retour de Ligue des Champions. On n’est pas tombé dans le même piège que face à Glassverket. On a su garder un visage sérieux après la première mi-temps et ça paye à la fin. »

L’efficacité défensive, la fluidité du jeu d’attaque, le mordant des jeunes pousses… Les satisfactions sont nombreuses après cette large victoire, malgré la blessure de Xenia Smits en tout début de rencontre (lire par ailleurs). Privées de leur arrière gauche titulaire mais relancées après deux matches en demi-teinte, les Messines peuvent aborder plus sereinement la réception de Glassverket, ce samedi. Avec l’objectif de valider leur ticket pour le tour principal de la plus prestigieuse des Coupes d’Europe.


Laura MAURICE.


Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [95398]

olivier

Voir son profil

Activité : 1.5 / 5
512 messages postés


Posté le : 05/11/2016 à 09:13 (Lu 12535 fois)
Répondre
Citer

http://www.ouest-france.fr/sport/handball/brest-bh/handball-lfh-brest-piege-par-le-coeur-de-chambray-4590747

--------------------------------
"Fuck Janteloven" Anja Andersen

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [95405]

lorraine

Voir son profil

Activité : 2 / 5
361 messages postés


Posté le : 05/11/2016 à 10:57 (Lu 12491 fois)
Répondre
Citer

RL du 05/11/16

Laura Glauser (Metz Handball) : « J’ai gagné en maturité »

Irrésistible depuis son retour des Jeux de Rio, Laura Glauser impressionne en Ligue féminine comme en Coupe d’Europe. La gardienne de Metz Handball a gagné en régularité et en maturité.

A Rio, Laura Glauser a envoyé l’équipe de France en finale des Jeux Olympiques. Monstrueuse dans les buts, avec cinq arrêts sur sept tirs face aux Pays-Bas, elle a « sauvé la France » d’après Olivier Krumbholz, le sélectionneur des Bleues.

Depuis son retour du Brésil, la gardienne, d’une régularité impressionnante, fait parler tout son talent avec Metz Handball. A l’image de ses 50 % d’arrêts face à Thüringer en Ligue des Champions, elle multiplie les parades décisives et maintient le bateau à flot dans les moments les plus compliqués. Rencontre.

INTERVIEW

• Avez-vous le sentiment d’avoir pris une nouvelle dimension depuis les JO ? « Je pense que l’expression est un peu forte. J’ai évolué mentalement. Je suis plus stable au niveau du jeu, plus solide qu’avant. Mais je ne pense pas avoir changé de dimension. Je suis toujours moi-même, toujours la gardienne n°2 de l’équipe de France derrière Amandine Leynaud… »

« Je me suis découverte à Rio »

• Que vous a apporté cette aventure olympique ? « J’ai appris à me connaître. Je me suis découverte… Maintenant, je sais que même épuisée, je suis capable d’enchaîner les matches, d’être présente à chaque instant. C’est positif pour l’équipe de Metz, pour les filles de savoir qu’elles peuvent compter sur Marina (Rajcic) et moi dans les moments délicats. Elles ont besoin de nous, surtout en ce moment avec la fatigue qui s’accumule… Et j’ai aussi gagné en maturité, j’ai 23 ans, je ne suis plus la "petite jeune" de l’équipe. »

• Quel regard portez-vous sur votre début de saison ? « On a concédé une seule défaite en Ligue des Champions, face à Buducnost qui, même privée de certaines joueuses, reste une superbe équipe. Et puis, il y a eu Brest (21-22) et pour beaucoup, on a eu l’impression que c’était un peu la fin du monde. Mais ce n’était pas un match de play-off, il ne faut pas se tromper d’objectif. Je crois qu’on fait un très bon début de saison, malgré les difficultés qu’on a connues la semaine dernière en Norvège. Et même là, on a su faire preuve de caractère pour surmonter cela et s’imposer. »

• Vous retrouvez Glassverket aujourd’hui aux Arènes. Comment abordez-vous cette rencontre ? « Très sérieusement. On a vu la semaine dernière que ce n’est pas une équipe banale, qu’elles sont capables de remonter sept buts de retard… Mais si on met la même intensité que face à Thüringer, cela devrait se dérouler comme il le faut. »


• Le tour principal de Ligue des Champions est à portée de main… « On fera le compte à la fin du 1er tour… Si on passe, j’aimerais que ce soit avec le maximum de points pour avoir une chance de jouer les quarts de finale. Et pour cela, une victoire aujourd’hui ne suffira pas. Le match à Thüringer sera encore plus important ! »

Laura MAURICE.

****************

Ligue des Champions : Metz Handball a les cartes en main

Metz a évité le pire en Norvège, dimanche dernier. Six jours plus tard, le champion de France retrouve Glassverket, aux Arènes, pour une nouvelle confrontation qui peut lui permettre de s’assurer une place pour le tour principal de la Ligue des Champions. « J’ai toujours pensé que c’était un test incroyable de pouvoir affronter deux fois la même équipe dans un laps de temps très court. Ce match sera révélateur de notre capacité à synthétiser nos erreurs et à progresser », estime Emmanuel Mayonnade.

Sur le banc, face à la formation la plus faible de la poule, l’entraîneur messin a connu la semaine dernière « l’un de [ses] pires états d’agacement » devant la déroute collective des Messines, qui ont encaissé un terrible 9-0 en début de seconde période (17-15) alors qu’elles menaient de sept buts à la pause. « Je ne dirai pas qu’il suffira de jouer au handball pour s’imposer ce samedi, ce serait faire offense à cette équipe qui nous a posé de gros problèmes au match aller. Il faudra que l’on soit beaucoup plus constant qu’en Norvège », insiste le technicien, qui pourra compter sur le retour de Laura Flippes. Victime d’une entorse au genou gauche face aux Norvégiennes, absente à Fleury mercredi, l’arrière droit a repris l’entraînement hier matin.

Privées de Camille Aoustin et Xenia Smits, toutes deux à l’arrêt jusque mi-décembre, les Messines compteront à nouveau sur les espoirs du centre de formation, avec Orlane Kanor en chef de file, pour s’offrir un troisième succès en Coupe d’Europe, synonyme de qualification. « On aura forcément cette donnée en tête, je l’espère en tout cas… On ambitionne de belles choses dans cette compétition. Si on veut aller en quart de finale, il faut jouer le tour principal et donc gagner contre Glassverket », synthétise Emmanuel Mayonnade.


Pages:  << 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 [11-20] >>

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Ajouter une réponse

Vous écrivez en tant que :  Login :   Password :
Titre de votre message :
Corps de votre message :

 [citation] [image]

 [gras] [italique] [souligné]
 [barré] [exposant] [indice]
 [grandir] [reduire] [code]

 [noir]
 [rouge] [violet] [bleu] [vert]

   Prévisualiser le message

12345678910
AA1A2A3A4A5A6A7A8A9A10
BB1B2B3B4B5B6B7B8B9B10
CC1C2C3C4C5C6C7C8C9C10
DD1D2D3D4D5D6D7D8D9D10
EE1E2E3E4E5E6E7E8E9E10
FF1F2F3F4F5F6F7F8F9F10
GG1G2G3G4G5G6G7G8G9G10
HH1H2H3H4H5H6H7H8H9H10
II1I2I3I4I5I6I7I8I9I10
JJ1J2J3J4J5J6J7J8J9J10
KK1K2K3K4K5K6K7K8

Valider

Obtenez votre forum Aztek sur http://www.forum-aztek.com - Administration - MyStats
Aztek Forum V4.00 Copyright (C) 2003 - Liens - Page générée en 0.1466 seconde avec 11 requêtes