Forum des Handiablées

Bienvenue sur le forum des supporters de l'équipe féminine de Metz Handball

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Pages:  << [41-50] 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 [61-70] >>

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113146]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11865 messages postés


Posté le : 27/02/2019 à 10:08 (Lu 3542 fois)
Répondre
Citer

rl du 27/02/2019

Metz - Saint-Amand, un choc des extrêmes…
Entre la démonstration à Rostov et la réception de Brest dimanche en Ligue des Champions, Metz reçoit la lanterne rouge Saint-Amand-les-Eaux ce mercredi (20 h). Avec l’objectif de s’offrir une 18e victoire de rang.

Personne ne voit Metz perdre son invincibilité en championnat ce mercredi soir. « On va essayer de donner raison à ceux qui le pensent en jouant un match sérieux », lance l’entraîneur messin Emmanuel Mayonnade. La lanterne rouge Saint-Amand-les-Eaux va certainement souffrir aux Arènes. Après avoir impressionné en Ligue des Champions à Rostov (26-18), Metz retrouve son championnat. Il peut cueillir ce soir une 18e victoire consécutive en LFH.

Petit retour en 2018 : au match aller en octobre, les Messines s’étaient imposées 30-24. Les coéquipières de l’ancienne joueuse de la maison Roseline Ngo Leyi avaient embêté les championnes de France lors du second acte sous l’impulsion de leurs arrières Vautier et Danshina. Pas si simple…

« Deux séances vidéos de 25 minutes »

« On a relancé les séances mardi après un jour de repos bien légitime lundi pour récupérer », explique le coach mosellan. « On a lancé deux séances vidéos de 25 minutes conformes à ce qu’on peut faire habituellement. »

Le club nordiste, promu cette saison, connaît un apprentissage compliqué : Florence Sauval et ses joueuses ont connu la victoire qu’à seule reprise cette saison. C’était il y a plus de quatre mois face à Dijon. Les Arènes sont une forteresse imprenable comme le répète à chaque coup de sifflet final le speaker. On entendra sûrement le même refrain ce soir.

Les équipes

METZ – Gardiennes de but : Glauser (1), Dos Reis (24). Joueuses de champ : Edwige (3), Zaadi (7), Flippes (8), N’Gouan (9), Nocandy (10), Houette (11), Levsha (15), O. Kanor (17), Zych (18), Smits (22), Maubon (27), Niombla (29). Entraîneur : Emmanuel Mayonnade.

SAINT-AMAND-LES-EAUX – Gardiennes de but : Martins (1), Saibou (37). Joueuses de champ : Vautier (4), Danshina (6), Bellonet (7), Surmely (11), Dias Minto (17), Malina (18), Filipovic (26), Le Bihan (29), Dias (33), Ngo Leyi (77). Entraîneur : Florence Sauval.

Metz - Saint-Amand aux Arènes (20h). À suivre en direct sur notre site
Retour à Astrakhan pour Ekaterina Levsha

Ekaterina Levsha, remplaçante d’Ailly Luciano enceinte, repartira cet été en Russie. L’ailière droit de 25 ans retournera jouer à Astrakhan : elle s’est engagée pour deux saisons. Levsha a atterri en Lorraine fin octobre. Il reste à la Russe de très beaux challenges à relever pour la fin de saison.

N. K.

Metz Handball peut-il devenir champion d’Europe ? Cinq experts répondent
Déjà qualifié pour les quarts de finale de la Ligue des Champions, Metz impressionne. Le club mosellan a-t-il les moyens de la remporter cette saison ? Les acteurs du hand se prononcent.

Cette saison, Laura Glauser, Grace Zaadi et leurs coéquipières n’ont jamais semblé aussi fortes sur la scène européenne. Metz a-t-il les moyens de s’offrir la Ligue des Champions cette saison ? De grands acteurs du handball se prononcent. Si Olivier Krumbholz et Isabelle Wendling appellent à la prudence, pour les autres, les Lorraines en sont capables.

Olivier Krumbholz, sélectionneur de l’équipe de France féminine



« Vous allez vite en besogne ! Prudence. Metz n’est pas encore au Final Four, il y a encore des pièges à éviter. Metz a largement progressé dans la hiérarchie depuis 18 mois. Je pense qu’elles vont garder leur première place du groupe. Si Györ, qui jouera le Final Four en Hongrie, est au complet, il faudra que Metz inverse le rapport de force. Les Hongroises possèdent la meilleure gardienne du monde (Amandine Leynaud), la base arrière de la Norvège. C’est du très lourd. Attendons déjà que les Messines passent leur quart de finale. »

Isabelle Wendling, ancienne pivot du club



« On va attendre que les filles passent leur quart de finale déjà. Il est sûr qu’elles ont leur place au Final Four. Au niveau du jeu, elles ont toutes progressé. L’équipe se connaît très bien. On pensait que le départ d’Ana Gros serait compliqué à gérer et finalement, on se rend compte que Metz s’est parfaitement adapté à son départ. C’est une équipe encore plus soudée que je vois jouer et ça fait vraiment plaisir. Elles mettent encore plus d’agressivité dans leur défense et en contre-attaque, ça joue très vite. »

Frédéric Bougeant, sélectionneur du Sénégal


« C’est la bonne année pour tenter de la gagner. C’est un peu plus ouvert. Metz possède une densité physique qui peut lui permettre de rivaliser avec Györ qui connaît quelques soucis physiques. Les Hongroises joueront à la maison, c’est un paramètre important. Il faut que Metz soit en capacité à préserver ses joueuses cadres, il faudra avoir un peu le pied plus relâché sur la scène nationale aussi. »

Daniel Costantini, ancien sélectionneur de l’équipe de France masculine


« Je suis votre équipe de Metz avec beaucoup de plaisir. Elle m’impressionne ! Il y a encore un cap de franchi cette saison. L’alchimie entre les stars et les autres jeunes joueuses talentueuses fonctionne bien. C’est tout à l’honneur du coach Emmanuel Mayonnade et de son staff. Cette année, il faut absolument que les Messines ne nous déçoivent pas et qu’elles soient présentes au Final Four. Après, tout peut se passer et je pense qu’elles ont les moyens de nous faire rêver. Il est vrai que Györ est un habitué, une grosse machine, supérieure sur le papier. Un doublé filles/garçons (avec le PSG) serait formidable. »

Francis Manneau, entraîneur de Yutz

« Metz a encore franchi un palier cette saison. Cette équipe est impressionnante en défense et produit du beau hand en attaque. Elle est agréable à voir jouer et j’espère que ça va donner des idées aux entraîneurs de LFH. Elles ont les capacités d’être présentes au Final Four et de battre n’importe quelle équipe sur un match, même Györ. »

Nicolas KIHL

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113209]

beillitse

Voir son profil

Activité : 3 / 5
1250 messages postés


Posté le : 28/02/2019 à 00:35 (Lu 3391 fois)
Répondre
Citer



Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113213]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11865 messages postés


Posté le : 28/02/2019 à 08:25 (Lu 3285 fois)
Répondre
Citer

rl du 28/02/2019

Metz Handball victorieux de Saint-Amand sans trop se forcer


Metz continue son cavalier seul en tête du championnat. Les Mosellanes ont cueilli une 18e victoire de rang, ce mercredi soir aux Arènes. Saint-Amand n’a pas tenu la distance (38-20). Comme beaucoup d’autres.

Le match

Metz a eu du mal à entrer dans sa partie. Pendant plus d’un bon quart d’heure, le leader du championnat a balbutié son handball en perdant quelques ballons, en manquant de tranchant sur ses attaques. Un contraste saisissant avec la rencontre de Ligue des Champions brillamment remportée à Rostov samedi. Puis, au fil des minutes, la défense est montée en intensité, les tirs ont fait mouche. Les ballons perdus se sont raréfiés et Saint-Amand a commencé à s’épuiser.

Après avoir fait la course en tête pendant 14 minutes (3-6 à la 10e), les joueuses de Florence Sauval sont tombées sur l’équipe messine qu’on a l’habitude de voir jouer tous les week-ends. À la pause, les joueuses d’Emmanuel Mayonnade étaient ainsi nanties d’un avantage de six buts (19-13).

Un pécule qu’elles ont fait fructifier en seconde période grâce à l’apport du banc (26-16, 42e). Les balles perdues ont commencé à se multiplier chez des visiteuses épuisées (30-18, 48e). Zych (6 réalisations) et Levsha (7 buts) s’en sont données à c½ur joie. Et Mayonnade a économisé son groupe en vue du match de Ligue des Champions dimanche contre Brest.

La joueuse

Elle a connu sa plus belle soirée aux Arènes. Aleksandra Zych était en feu ce mercredi. L’arrière polonaise, qui quittera Metz à la fin de la saison, n’a pas déçu cette fois. Son entraîneur lui a donné du temps de jeu et elle en a parfaitement profité. Défense agressive, ballons chipés et feuille de statistiques propre. Zych a apporté un bel écot (6/9).

La statistique

22 ballons perdus. Saint-Amand-les-Eaux avait pourtant bien démarré sa rencontre. Mais l’intensité mise par les Messines a fait craquer physiquement les Nordistes, de moins en moins lucides dans leur seconde partie de match. C’est bien trop pour pouvoir accrocher Metz dans ses Arènes.

Le geste maîtrisé

Ekaterina Levsha a régalé les Arènes. Par son efficacité avec un beau 8/9 aux tirs. Mais également avec un geste technique que l’aillière droit maîtrise sur le bout des doigts : le lob. Subtil et magnifique !

Nicolas KIHL

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113242]

crocogrenat

Voir son profil

crocogrenat

Activité : 2.5 / 5
2120 messages postés


Posté le : 28/02/2019 à 18:53 (Lu 3125 fois)
Répondre
Citer




http://www.lasemaine.fr/2019/02/21/thierry-weizman---on-ne-sinterdit-rien-en-europe-

La nouvelle pivot


« Nous avons exploré de nombreuses pistes avec un profil très précis : pas trop âgé, un niveau de jeu élevé, excellente en défense et un vrai poste 3 au c½ur de la défense. Nous avons aujourd'hui une liste de trois joueuses étrangères et internationales. On espère faire signer l'heureuse élue avant la fin de ce mois de février. »


--------------------------------
https://www.youtube.com/watch?v=60IfVFE5vIE Parc Explor Wendel

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113248]

gilles meyer

Voir son profil

Activité : 3 / 5
2367 messages postés


Posté le : 01/03/2019 à 09:39 (Lu 2958 fois)
Répondre
Citer

Xenia Smits’ big dream is not far away
Two rounds prior to the end of the main round of the Women’s EHF Champions League, Metz Handball are on top of the ranking in Group 1. They are two points ahead of Rostov-Don, one of the tournament favourites which Metz have beaten twice.

Before the all-French duel with Brest, and Metz’s former top shooter Ana Gros, on Sunday at 15:00 CET (live on ehfTV.com), Metz back court and defence ace Xenia Smits talks to ehfCL.com about the chances, the dreams and the challenges ahead.

With 42 goals, the 24-year-old Smits is her team’s second-best scorer in the Champions League so far. The Belgian-born player, who gained German citizenship in 2014, is in her fourth season with Metz.
ehfCL.com: Metz have won all four main round matches so far. Did you expect your side to be so strong?

Xenia Smits: Indeed, we play a sensational main round so far, but it is not over yet. I had not expected this series of success, mainly our impressive away win at Rostov last weekend. We know that currently we can beat almost all teams on home ground, but we could not predict a result like this against one of the best teams of the world.

ehfCL.com: Is remaining on top of the group your major goal now, in order to face an easier opponent in the quarter-final?

Xenia Smits: Of course, we want to finish on top. Therefore we still need some points. But I have not checked the other group, which teams we potentially could face - as we do not have in our hands against who we will play. But it is the quarter-final of the Champions League, and at a stage like this, there are no more easy opponents.

ehfCL.com: What makes Metz so strong this season?

Xenia Smits: The team did not change that much before this season and even in the years before. Every player knows which role to play and which tasks to take over. In my opinion, it is this team spirit and the way we prepare for matches which make us so strong. We are tactically well organised and every training session mainly includes the preparation for the upcoming match.

ehfCL.com: However, the team did change as top scorer Ana Gros left to Brest, your next opponent…

Xenia Smits: Yes, but we found great solutions to compensate this loss. Everybody takes a bit more responsibility. We spread the burden on more shoulders. One important point is that we always use the full rotation of 14 players in the league and 16 players in the Champions League. All players have their function, not only nine or 10. This is what raises our quality in the Champions League.

ehfCL.com: What is your specific role in this ‘team puzzle’?

Xenia Smits: It is mostly in the defence being part of our middle block. When it comes to attack, others take over. I can play on the right and the left back position. It is like in the German national team: I try to help my team as much as I can, regardless the position my coach wants me to play.

ehfCL.com: Is coach Emmanuel Mayonnade the mastermind behind the success?

Xenia Smits: One of our major advantages is our preparation in terms of physical strength and tactics. And he exactly knows, how we have to prepare and how he has to talk to us that we fulfil our roles. Therefore, he is crucial for our success.


ehfCL.com: In recent years the French women’s league has got stronger and stronger. Is this a problem for Metz as you are challenged more often, or do those matches make you stronger for the Champions League?

Xenia Smits: Both. We learnt that you have to be on 100 percent in every league match, in order not to stumble. It is the self-conception of our club that without being successful in our league you cannot be part of the Champions League. Many top stars are playing in France now and in the upcoming years the level will definitely not decrease. But those experiences to stand strong in any match, gives us the power and the confidence for the Champions League. It really helps us.

ehfCL.com: With Metz being in a flow, have you already checked your appointments for 12/13 May?

Xenia Smits: Haha, you mean the weekend of the EHF FINAL4 in Budapest? As a professional handball player, you never have any appointments from September to June. You get your schedule, that’s all. So there is no need to cancel any appointments for this weekend!

ehfCL.com: So players in Metz are allowed or even supposed to dream about the EHF FINAL4?

Xenia Smits: We are allowed to dream, but I do not know if those dreams help us to make it there. But having our latest results and the current table in mind, the big dream is not so far away.

Author: Björn Pazen / ew


Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113249]

PAPYHAND

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
6860 messages postés


Posté le : 01/03/2019 à 10:06 (Lu 2924 fois)
Répondre
Citer

Interessante ITW de Xénia,qui pour nous messins, ne nous apprend rien, mais pour ceux qui ne le sauraient pas: Elle est Allemande depuis seulement 2014! En fait,elle a été naturalisée, surtout pour pouvoir jouer dans une grande équipe nationale. Et de fait, née en Belgique… toute sa famille est belge !!!Et oui !!!!! Une fois !!

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113251]

FABRE 83000

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
6348 messages postés


Posté le : 01/03/2019 à 10:31 (Lu 2895 fois)
Répondre
Citer

Citation : PAPYHAND
Interessante ITW de Xénia,qui pour nous messins, ne nous apprend rien, mais pour ceux qui ne le sauraient pas: Elle est Allemande depuis seulement 2014! En fait,elle a été naturalisée, surtout pour pouvoir jouer dans une grande équipe nationale. Et de fait, née en Belgique… toute sa famille est belge !!!Et oui !!!!! Une fois !!


Comme l'était Nicky Houba la gardienne de Nîmes qui aurait pu se faire naturaliser elle aussi avec les pays-bas par ex quand ils n'avaient pas encore Tess Wester (qui pour moi est moins forte que Nicky l'était)

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113254]

dom

Voir son profil

dom

Activité : 3.5 / 5
6058 messages postés


Posté le : 01/03/2019 à 11:27 (Lu 2833 fois)
Répondre
Citer

Patience quand tu nous tiens.

Il y a une rubrique : " Commentaires revue de presse "

- M E R C I -


Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113255]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11865 messages postés


Posté le : 01/03/2019 à 11:32 (Lu 2825 fois)
Répondre
Citer

LIGUE 2 / LIGUE FÉMININE Au handball comme au football, Metz et Brest ne se quittent plus
Metz premier, Brest deuxième. Ce refrain, entonné depuis le début de la saison, sied aussi bien à la Ligue 2 qu’à la Ligue Féminine. Au foot comme au hand, Lorrains et Bretons se tirent la bourre en tête du classement. Ce dimanche, les Messines affrontent d’ailleurs leurs homologues en Ligue des Champions de handball. L’occasion de se prêter au jeu de la comparaison.

Au foot

Le palmarès : Brest dans l'ombre

Le Stade Brestois, pro depuis 2004 et détenteur d’un centre de formation seulement depuis 2016, fait figure de petit poucet face au FC Metz. Le club grenat pèse 60 saisons dans l’élite (contre 13 pour Brest), deux Coupes de France, deux Coupes de la Ligue, et n’a jamais quitté le statut professionnel depuis 1932. Les Bretons, eux, n’ont fêté qu’un titre de Ligue 2 dans leur histoire. C’était en 1981.

AVANTAGE METZ


Le budget : 15 M ¤ les séparent

Le FC Metz est le deuxième plus gros budget de Ligue 2 (derrière Lens) avec une enveloppe de 30 M ¤ à la hauteur de ses ambitions de remontée. Le Stade Brestois, de son côté, pointe à la sixième place de ce classement avec 15 M ¤.

AVANTAGE METZ

Les confrontations : une victoire d'entrée

Hormis une qualification bretonne en Coupe de France en 2015 (aux tirs au but), l’histoire récente donne l’avantage à Metz, que Brest n’a plus battu en championnat depuis 2009. Cette saison, les Grenats se sont imposés 1-0 au stade Francis-le-Blé, lors de la 1ère journée.

AVANTAGE METZ

Le fonds de jeu : la patte Furlan

Le leader messin est parfois poussif, souvent réaliste, et peut compter sur les grosses qualités de sa défense centrale. Brest propose un jeu plus offensif, assez alléchant. La patte de son entraîneur Jean-Marc Furlan, un adepte du beau football. Les deux formations possèdent un buteur d’exception, Gaëtan Charbonnier chez les Bretons (19 buts), Habib Diallo chez les Lorrains (17).

AVANTAGE BREST

La dynamique : l'écart se resserre

Les Brestois sont à la deuxième place du classement sur la phase retour, avec 15 unités en 7 matches. Trois de plus que le FC Metz, qui a connu un petit coup de mou voici quelques semaines, même s’il s’est bien repris dernièrement. Trois points seulement séparent les deux équipes.

AVANTAGE BREST

http://handiablees.nuxit.net/forum/forum.php?fid=13&page=1
Brest - Metz, le match côté handball


Brest

Le palmarès

1 fois champion de France

2 Coupes de France

1 Coupe de la Ligue

Dans l'élite depuis 2016

Metz

22 fois champion de France

8 Coupes de France

8 Coupes de la Ligue

Au handball

Le palmarès : il n'y a pas photo

Metz pèse lourd. 22 titres de champion de France, 8 Coupes de France, 8 Coupes de la Ligue. Brest, revenu en D1 en 2016, veut marquer l’histoire. Il a remporté 1 championnat de France (Arvor 29 en 2012), 2 Coupes de France et 1 Coupe de la Ligue.

AVANTAGE METZ

Le budget : riches Bretons

Brest (5 M ¤) et Metz Handball (2,5) ne jouent pas dans la même catégorie quand on parle budget. Si l’un peut payer des salaires fous à ses stars, l’autre ne raisonne pas de la sorte et préfère harmoniser sa grille des salaires. Metz joue la pérennité.

AVANTAGE BREST

Les confrontations : d'un gros souffle

Metz a laminé à deux reprises les Brestoises cette saison, en championnat (35-20) puis en Ligue des Champions (32-21). Deux démonstrations signées à la Brest Arena. Les Bretonnes ont sorti les Lorraines de la Coupe de France en 2016 et l’an passé. À chaque fois en demi-finale. La revanche a été prise en finale du championnat par l’équipe d’Emmanuel Mayonnade sur les deux dernières saisons.

AVANTAGE METZ

Le fonds de jeu : la bonne recette

Metz essore ses adversaires, il possède une densité physique impressionnante. Grosse défense, contre-attaque rapide, l’alchimie entre ses stars et ses jeunes joueuses talentueuses est au top. La recette du champion de France fonctionne à merveille depuis le début de saison. Brest compte sur ses vedettes : son arrière Gros, sa gardienne Darleux ou encore sa demi-centre Gullden sont très sollicitées. Pas de chance, cette dernière est tombée enceinte en cours de saison…

AVANTAGE METZ

La dynamique : sans discussion

Brest vient d’être éliminé sans gloire de la Ligue des Champions et des tensions sont apparues entre l’entraîneur Laurent Bezeau et certaines de ses joueuses qui ont réclamé son départ. Le technicien est même arrêté pour trois semaines en raison d’un dos bloqué. Pendant ce temps, Metz caracole en tête du championnat et de son groupe en Ligue des Champions. Tout roule en Moselle !

AVANTAGE METZ

Le bilan : avantage aux Messin(e)s

Cinq points d’avance en Ligue Féminine, trois en Ligue 2 : Metz domine Brest aux classements mais pas seulement. Au hand comme au foot, le club mosellan est supérieur historiquement, notamment au niveau du palmarès. Brest Handball a bien mis les bouchées doubles économiquement ces dernières années – son budget est deux fois supérieur à celui de Metz – mais il reste dans l’ombre de son rival. La confrontation à venir, ce dimanche en Ligue des Champions féminine, devrait encore le prouver.

Angelo SALEMI et Nicolas KIHL

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113312]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11865 messages postés


Posté le : 02/03/2019 à 09:25 (Lu 2528 fois)
Répondre
Citer

rl du 02/03/2019

Handball : Brest en rangs dispersés avant de venir à Metz
Résultats poussifs, entraîneur en arrêt de travail, possible fronde des joueuses... Brest ne se présentera pas dans les meilleures conditions, dimanche à Metz.

Que se passe-t-il ?

Ce n’est pas un scoop : les Brestoises ne vivent pas la saison espérée au vu de leur prestigieux recrutement de l’été dernier. Tout a commencé à se compliquer fin décembre, quand Amandine Tissier a révélé à ses partenaires être atteinte d’une sclérose en plaques. Dans la foulée, la demi-centre star Bella Gullden a annoncé sa grossesse et Metz a donné la première fessée (35-20) juste avant le Nouvel An. Les partenaires de Grace Zaadi sont repassées par la Bretagne un mois plus tard, pour une nouvelle correction (32-21). Depuis, le BBH connaît des résultats inconstants et a été éliminé sans gloire de la Ligue des Champions. Surtout, il doit composer sans son entraîneur Laurent Bezeau, arrêté depuis une dizaine de jours à cause d’un dos bloqué. C’est son adjoint Romain Corre qui dirige l’équipe, épaulé par l’habituel coordinateur sportif, Jean-Luc Le Gall. Les Bretonnes restent sur un large succès contre Fleury mercredi (42-31), match marqué par l’absence d’Allison Pineau.

Que dit le club ?

Samedi dernier, un article de L’Équipe avançait que le mal était profond entre Bezeau et « certaines joueuses cadres ». Celles-ci auraient même demandé auprès de la direction le départ du technicien, sous contrat jusqu’en 2021. Alors y a-t-il cassure au sein du vestiaire brestois ? « Je ne peux pas répondre à cette question, moi je m’occupe du terrain », répond Corre. Il reprend ici la dialectique mise en ½uvre par le club breton depuis le début de l’affaire. Aucun dirigeant n’a souhaité commenter la situation. Les joueuses non plus. Silence, il n’y a rien à

Que penser de tout ça ?

Le temps de jeu d’Allison Pineau depuis un mois peut être un indicateur. Après le deuxième passage dévastateur des Messines début février, la capitaine brestoise a souvent été cantonnée au banc. Sept minutes sur le terrain à Nantes, un petit quart d’heure à Podgorica, à peine plus contre Saint-Amand-lès-Eaux. Surprenant pour une capitaine, d’autant qu’elle n’avait pas démérité face à Metz. À moins que la meilleure joueuse du monde 2009 n’ait été une des actrices de cette possible fronde contre Laurent Bezeau... Leurs relations n’ont jamais semblé sereines.

Depuis le début de l’arrêt de travail du coach, Pineau a donc eu droit à une rencontre en tribune mercredi, « un choix sportif » selon le BBH. « Son absence a fait parler mais je le répète, c’est une joueuse comme une autre, on a fait tourner », évacue Romain Corre, qui ne sait pas encore quand son intérim à la tête de l’équipe prendra fin. Officiellement, ce devrait être pour mi-mars. Si Laurent Bezeau n’en a plus plein le dos d’ici-là...

Thibaut GAGNEPAIN

Le « petit bonheur » de Jean Piétrala, l’ancien entraîneur des gardiennes de Metz Handball
Jean Piétrala a quitté Metz Handball en 2014. Qu’est devenu l’ancien entraîneur des gardiennes du meilleur club français ? On l’a retrouvé au bord des terrains. Forcément…

Il a quitté Metz en 2014, là où il a joué puis entraîné pendant 22 ans. C’est le c½ur gros qu’il avait rendu les clefs de la maison. Jean Piétrala était parti pour incompatibilité avec le nouvel entraîneur de l’époque, Jérémy Roussel. Mais, très vite, le mentor des gardiennes avait regretté son choix. « Travailler avec Roussel, je n’avais pas envie mais j’ai rapidement eu un coup de blues, de peur de m’ennuyer. Heureusement, le comité de Moselle m’a sauvé la vie. Il m’a d’abord demandé d’entraîner les gardiennes de ses équipes jeunes et le bouche-à-oreille a fait le reste. »

Aujourd’hui, le papy de 73 ans est comme un jeune homme. Il dirige des séances dédiées aux gardiens dans neuf clubs de la région : Pagny-sur-Moselle, Bettembourg, Bousse, Hettange, Woippy, Thionville, K½nigsmacker, Homécourt et Marly. « C’est mon petit bonheur de retrouver les enfants, de leur donner un rôle. Car, souvent dans les clubs, les gardiens sont esseulés. Là, j’essaye de les valoriser au maximum. On travaille la technique mais aussi la motricité. Je demande aux clubs d’acheter du matériel, ils ne me refusent rien, ils me font confiance. C’est rigolo, ils me voient tous comme l’entraîneur d’Amandine Leynaud (il a participé à la formation de la gardienne de l’équipe de France). »


Si la famille du handball a retenu sa complicité avec l’internationale française qui évolue à Györ, elle n’a pas oublié le capitaine de Division 1 qu’il était. Car Jean Piétrala a vécu les années de gloire du SMEC. Il y a défié des stars comme Daniel Costantini (devenu sélectionneur de l’équipe de France masculine des années après) quand il évoluait à Marseille. Quand il affrontait Toulouse, il retrouvait Claude Onesta (son successeur). Et lors du derby messin contre l’ASPTT, il tentait d’arrêter les buts d’Olivier Krumbholz.

« Le foot et le hand, ça se ressemble »

Le c½ur de Jean Piétrala bat pour le handball depuis toujours, mais de 1992 à 2005, il a fait une infidélité à la petite balle. C’est dans les cages de football qu’il a prodigué ses conseils. Pendant six ans, il a d’abord entraîné les gardiens des PTT Metz puis des benjamins de Châtel-Saint-Germain. « Le foot, le hand, ça se ressemble. J’ai toujours mis l’accent sur la motricité », confie le septuagénaire, devenu fan de marche à pieds.

Il faut dire qu’il n’a pas vraiment le choix. Madame est addict ! Et Jean Piétrala consacre ses après-midi à Huguette, son épouse. Chaque jour, ils parcourent entre 5 et 10 kilomètres en amoureux. « Je lui dois bien cela. Quand j’étais à Metz Handball, j’étais tout le temps parti. Et quand nous n’étions pas en déplacement, j’étais à l’entraînement ou parti tondre le gazon de la maison du club, parti réparer des meubles de joueuses ou organiser les repas… Heureusement, Huguette ne râlait jamais. Elle était habituée. »

Et surtout, elle connaît bien son Jean : le c½ur sur la main, toujours dévoué et affectueux. « Je ne sais pas dire non et j’aime bien aider les autres. Déjà en 1967, j’avais 21 ans et je n’osais pas quitter mon club formateur, le PEC, qui évoluait en Nationale 2, pour aller à l’ASPTT qui était en Division 1. J’ai fini par craquer mais humainement, c’était dur. » Jean Piétrala en toute fidélité. 

« Laura Glauser est en pleine explosion »

Jean Piétrala entraîne des gardiens au niveau régional à présent mais il a gardé un ½il avisé sur le haut niveau. On lui a demandé de nous décrire quelques gardiens qui ont croisé son chemin…

Laura Glauser, actuelle gardienne de Metz Handball et de l’équipe de France : « Depuis que je suis parti en 2014, qu’est-ce qu’elle a gagné en maturité ! Elle est devenue régulière et n’a plus grand-chose à apprendre. Peut-être pourrait-elle être un peu plus explosive. »

Amandine Leynaud, gardienne de Györ et de l’équipe de France : « Je pense qu’elle finira sa carrière après les Jeux de Tokyo. C’est mon avis mais je connais bien Doudou. Elle est mariée et a des enfants. Elle s’arrêtera au sommet car pour elle, il n’y a pas que le handball dans la vie. »

Cléopâtre Darleux, gardienne de Brest : « Elle est joueuse, maline. Quand elle jouait à Metz avec Amandine, elle était très explosive. Ce n’est pas du tout le même profil. Elles étaient complémentaires. »

Vincent Gérard, gardien de Montpellier et de l’équipe de France originaire de Metz : « Ses prestations sont en dents de scie mais on ne peut pas lui reprocher d’avoir la rage. C’est un gagnant. Et quand il fait une erreur, il culpabilise. C’est un perfectionniste. »

Ivana Kapitanovic, la gardienne croate de Metz Handball : « Elle n’est pas mal mais il faut encore qu’elle travaille l’aile. Les tireurs sont de plus en plus performants et habiles. Aujourd’hui, je vois beaucoup de gardiennes ouvrir le premier poteau. Pour moi, c’est de la provocation. Je ne suis pas partisan de ce jeu-là. »

Ma. T.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113370]

beillitse

Voir son profil

Activité : 3 / 5
1250 messages postés


Posté le : 03/03/2019 à 01:37 (Lu 2400 fois)
Répondre
Citer



Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113371]

beillitse

Voir son profil

Activité : 3 / 5
1250 messages postés


Posté le : 03/03/2019 à 02:24 (Lu 2392 fois)
Répondre
Citer



Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113372]

nachadel

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
1129 messages postés


Posté le : 03/03/2019 à 02:52 (Lu 2391 fois)
Répondre
Citer

excellent article sur la maternité des joueuses.
alors mme myaro, c'est pour quand le projet de protection sociale des joueuses??

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113376]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11865 messages postés


Posté le : 03/03/2019 à 09:30 (Lu 2323 fois)
Répondre
Citer

Metz Handball peut entériner sa première place contre Brest
Les Messines ont la possibilité d’assurer définitivement la première place de leur groupe de Ligue des Champions, ce dimanche (15 h) contre Brest. Le contrat est simple : il faut gagner.

Copenhague. Son port, sa petite sirène, ses jardins, ses châteaux… et un match de handball sans grand enjeu pour clotûrer la visite. Voilà à quoi pourrait ressembler le prochain week-end des Messines dans la capitale danoise. Avec un peu d’imagination et de désirs vagabonds.

Emmanuel Mayonnade n’en est pas vraiment animé en ce moment. Ce n’est pas son rôle. « Même si on est assuré d’ici là d’être premier de la poule, on aura la volonté de réaliser une bonne partie. Une rencontre de Ligue des Champions ne se galvaude pas », prévient l’entraîneur lorrain, qui sait le scénario possible. Il est même limpide : si Metz bat Brest ce dimanche aux Arènes, il sera assuré de finir en tête de son groupe avant l’ultime journée.
« Nous, on est très terre à terre. On joue d’abord et les conclusions viennent après », insiste le technicien. « L’idée, c’est donc de réaliser un bon match à domicile, de maintenir notre belle dynamique actuelle et de proposer un hand de qualité. » Généralement face aux Bretonnes, cela permet de gagner.

Les deux dernières confrontations avaient même tourné à la démonstration, avec des nets succès fin décembre (35-20) et début février (32-21). Dans le Finistère à chaque fois. Pourquoi serait-ce différent en Moselle ? D’autant que Brest vit des heures mouvementées actuellement, entre l’arrêt de travail de son entraîneur Laurent Bezeau (dos bloqué) et une possible fronde des joueuses pour réclamer son départ.
Brest très amoindri

« Déjà, les deux matches ne se ressemblaient pas », répond Romain Corre, l’habituel coach adjoint propulsé aux commandes depuis une dizaine de jours. « Metz est très costaud mais il est possible de réduire l’écart. On essaiera de faire la meilleure prestation possible afin de préparer au mieux les prochaines échéances, en championnat et en Coupe de France. »

Peu importe que son équipe n’ait plus rien à jouer dans cette Ligue des Champions, dont elle est déjà éliminée. « Brest n’a jamais lâché un match et ce n’est pas maintenant que ça va commencer. Ce n’est pas dans notre ADN », souligne Corre, qui sera forcé de composer avec une formation très amoindrie.

Aux absences attendues de Gullden (enceinte) et Darleux (reprise) se sont ajoutées, samedi, celles de la deuxième gardienne, Idehn, et de Tissier (maladie). Dans les buts, ce sera donc la paire du centre de formation, Inial et Quiniou, qui aura la lourde tâche d’arrêter Xenia Smits et les siennes ! Dur apprentissage…

« Brest avait réalisé un bon match à Buducnost et vient d’exploser Fleury ( 42-31 ). Malgré tout ce qui se dit, je les trouve bien en ce moment », nuance encore Emmanuel Mayonnade, décidément pas chaud à l’idée d’un week-end touristique à Copenhague.

Thibaut GAGNEPAIN

"On veut cette première place", lance Astride Ngouan (Metz Handball)
Vous allez retrouver votre ancien club, Brest, ce dimanche. Est-ce que sera un match particulier ?

« Non, on s’est déjà assez revu ! À force, c’est devenu normal. Fin décembre, quand j’y suis retourné pour la première fois, ça m’avait fait bizarre mais maintenant, je n’y fais plus attention.

Vous n’avez pas gardé d’amies en Bretagne ?

« Si, je suis toujours en contact avec plusieurs filles comme Allison ( Pineau ), Cléo ( Darleux ), Marie ( Prouvensier ), Marta ( Mangué )… Je prends souvent des nouvelles. Mais on ne parle pas des matches. Jamais avant, après oui. »

Êtes-vous au courant d’éventuelles tensions au sein du vestiaire brestois ? Il se dit que des joueuses auraient demandé auprès de la direction le départ de l’entraîneur, Laurent Bezeau…

« Pas du tout et je n’ai pas envie de savoir. Ça ne me regarde plus, je suis à Metz maintenant. Je n’aime pas qu’on se mêle de mes affaires alors j’évite de me mêler de celles des autres. »

Aviez-vous de bonnes relations avec Laurent Bezeau ?

« J’étais sa capitaine, donc oui ! On échangeait beaucoup ensemble. Après, chacune des joueuses avait sa propre relation avec lui. Je le répète : je ne m’y intéressais pas trop car ça ne me regardait pas. »

Revenons au match de ce dimanche. Est-ce que Metz va encore surclasser Brest, comme fin décembre (35-20) et début février (32-21) ?

« Je ne crois pas. Déjà, ces deux matches ne s’étaient pas ressemblés. Au deuxième, nos adversaires avaient bien commencé. Nous, on avait développé notre jeu habituel avec une bonne défense et des montées de balle et ça avait fini par payer. Elles n’avaient pas réussi à nous contrer là-dessus mais elles ont dû travailler depuis. Je pense qu’elles auront envie de montrer un autre visage et qu’elles auront préparé une stratégie pour nous battre. »

Si vous gagnez, vous serez assurées de terminer premières du groupe. Est-ce que ce classement est important ?

« Oui, on veut cette première place et on va tout donner pour l’avoir. Est-ce que c’est un bon calcul pour les quarts de finale ? Je ne sais pas. On a un peu regardé sur qui on pourrait tomber ( Bucarest, Budapest ou Kristiansand ) mais moi, peu m’importe. Ce sera ma première à ce niveau-là en Ligue des Champions, donc je prends tout ! »

T. G.

Metz sans Kapitanovic contre Brest

Victime d’une élongation à la cuisse gauche à Nantes le 17 février, Ivana Kapitanovic sera absente contre Brest ce dimanche. « Elle reprendra la course lundi et le hand mercredi », prévoit le médecin et président du club, Thierry Weizman.
Gros : retour aux sources

Quel accueil réserveront les Arènes à leur ancienne buteuse Ana Gros ? Il devrait être chaleureux pour le premier match de la Slovène à Metz depuis son départ l’été dernier en Bretagne, après quatre saisons et demie en Lorraine.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113382]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11865 messages postés


Posté le : 03/03/2019 à 10:16 (Lu 2289 fois)
Répondre
Citer

et dans le télégramme de Brest du 03/03/2019

Brest dans la gueule du loup


Eliminé de la Ligue des champions à deux matchs de la fin du tour principal, le Brest Bretagne Handball se rend aux Arènes de Metz, ce dimanche. Face à des Messines qui ont déjà balayé les Brestoises deux fois cette saison…

Ce n’est pas un exploit mais bel et bien un miracle qu’il faudra aux Brestoises pour repartir avec quelque chose des Arènes de Metz, ce dimanche après-midi, à l’occasion du cinquième et avant-dernier match du tour principal. Les raisons sont multiples. La principale est qu’il existe un réel écart de niveau entre les deux formations, en témoignent les deux roustes infligées par les Messines aux Finistériennes en l’espace d’un mois, les deux fois à l’Arena : fin décembre en championnat (20-35), début février pour la rencontre aller de Ligue des champions (21-32).

Sans Idéhn ni Darleux…

Bon dernier, Brest, déjà éliminé de la course aux quarts, a perdu ses quatre premiers matchs et se rend sur le terrain du leader incontesté du groupe, quatre victoires sur quatre, dont deux sans souci sur son dauphin, Rostov. Béatrice Edwige et ses partenaires, qui présenteront un effectif au complet, ne se priveront pas d’enfoncer le clou face à leur meilleur ennemi, qui ambitionne, un jour, de voler la vedette au MHB.

Mais ce dimanche après-midi, le Brest Bretagne Handball tentera avant tout de limiter la casse. Car si Allison Pineau, écartée pour raisons sportives, mercredi, contre Fleury, reprend sa place dans le groupe, Filippa Idéhn (genou) et Amandine Tissier (raison médicale) en sortent. Cléopatre Darleux est toujours en reprise et trop juste pour retrouver la compétition. La charge de garder les buts brestois, face aux assauts mosellans, reviendra donc à Agathe Quiniou et Charline Inial, deux jeunes du centre de formation. En première ligne dans la gueule du loup…

« S’il y avait un plan anti-Metz… »

« Tout le monde se prépare pour ne pas prendre de claques mais, aujourd’hui, Metz écrase un peu tout sur son passage, disait dans nos colonnes, samedi, le directeur sportif du club, Jean-Luc Le Gall. S’il y avait un plan anti-Metz, les autres l’auraient trouvé. »

« La Ligue des champions est une compétition où l’on veut exister de plus en plus », notait de son côté Romain Corre, mercredi, après le large succès en LFH contre Fleury (42-31), alors qu’il sera encore une fois sur le banc pour pallier l’absence de Laurent Bezeau. « On ne va pas lâcher le match, ça, c’est hors de question, poursuivait-il. Nous allons enchaîner deux matchs de Ligue des champions (le 10, à suivre, contre Buducnost), on va les jouer à fond. Jouer contre ces grandes équipes nous servira forcément pour la suite. »

Qui sera prioritairement rythmée par l’objectif de terminer deuxième en championnat, ambition numéro une assumée du club brestois.

BREST : Quiniou, Inial - Mauny, Toublanc, Gros, Copy, Pop-Lazic, Stoiljkovic, Foppa, Bak, Coatanéa, Limal, Mangué, Prouvensier, Hrvatin, Pineau.



Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113433]

beillitse

Voir son profil

Activité : 3 / 5
1250 messages postés


Posté le : 04/03/2019 à 01:01 (Lu 2173 fois)
Répondre
Citer



Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113435]

jee f

Voir son profil

Activité : 3 / 5
2339 messages postés


Posté le : 04/03/2019 à 08:27 (Lu 2089 fois)
Répondre
Citer

Citation : beillitse


2974 spectateurs , c'est bien pour Paris . A Metz on était 4712 , oui mais Ici c'est Metz

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113436]

gilles meyer

Voir son profil

Activité : 3 / 5
2367 messages postés


Posté le : 04/03/2019 à 09:39 (Lu 2030 fois)
Répondre
Citer

c'est parfaitement ridicule pour une ville comme paris, qui de plus possède une salle de 15000 places.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113437]

Mini V

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
1135 messages postés


Posté le : 04/03/2019 à 09:50 (Lu 2011 fois)
Répondre
Citer

Citation : gilles meyer
c'est parfaitement ridicule pour une ville comme paris, qui de plus possède une salle de 15000 places.


? La salle du PSG peut accueillir un peu plus de 4000. 15 000, c’est Bercy.

--------------------------------
Passion is becoming even more significant including any obstacles. Sometines passion turn us into nervous wrecks but it must not break what bind us.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [113439]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11865 messages postés


Posté le : 04/03/2019 à 11:31 (Lu 1931 fois)
Répondre
Citer

rl du 04/03/2019

Metz Handball : contre Brest, c’était show… Houette !

Revoilà Manon Houette ! Après deux derniers mois compliqués, l’ailière gauche de Metz a retrouvé de sa superbe ce dimanche aux Arènes contre Brest.

Manon Houette n’avait pas perdu son grand sourire mais il n’était plus le même ces deux derniers mois. Après un début de saison canon où elle a éc½uré toutes les gardiennes adverses, l’ailière gauche a bien connu un coup de mou au retour du championnat d’Europe fin décembre. Elle l’avoue sans langue de bois. « Les mois de janvier et février sont toujours plus compliqués au niveau de la fatigue, au niveau du retour de compétition. J’ai eu du mal. »

Cela n’a évidemment pas échappé à son entraîneur Emmanuel Mayonnade, attentif au moindre détail : « Elle s’entraîne très bien en ce moment. Cela n’a pas toujours été le cas », souligne le coach mosellan. « Elle avait déjà connu un coup de moins bien après les championnats du monde en Allemagne en 2017. Manon marche beaucoup à l’émotion. »

« Merci au groupe, à Manu »

Comprenez qu’il a fallu gérer cette charge émotionnelle après le retour en Lorraine et digérer ces deux titres, au Mondial et à l’Euro en France. « J’ai redoublé de travail. Je suis contente d’avoir réussi à rebondir grâce au groupe, à Manu (Mayonnade). Merci à eux. Ils n’ont cessé de me faire confiance, de m’encourager. »

Ce dimanche, les Arènes ont scandé dix fois son nom (10/11 sur la feuille de statistiques). La copie rendue par l’internationale française de 26 ans a évidemment séduit tout son monde. « C’est reparti pour Manon, elle est relancée », apprécie Mayonnade. « Elle a fait un très bon match. »

Sa capitaine Grace Zaadi n’a pas manqué de souligner la prestation de sa coéquipière. « Je crois qu’elle marque presque nos six premiers buts, elle a fait une grosse partie. Elle a eu quelques moments plus durs mais elle est revient bien. J’ai confiance en elle. On connaît tous ça dans une saison. Il faut savoir bien le gérer. »

« J’essaye à chaque fois d’être au niveau où est Metz Handball aujourd’hui et cette exigence-là me permet de revenir. Ça me fait du bien dans la tête. On marche à la confiance aussi. »

A-t-on donc retrouvé la vraie Manon Houette ce dimanche devant Brest ? « Je ne sais pas parce qu’on ne peut pas dire ce qui va se passer la semaine prochaine. Mais j’espère bien. » Vivement la suite !

« Il n’y a que Györ qui peut embêter Metz »

Ana Gros, arrière droit de Brest : « Ce n’est pas facile de perdre comme ça même si nous avions beaucoup de jeunes joueuses. Metz joue vraiment bien. Ça va être dur de les stopper. Pour moi, il n’y a que Györ qui peut embêter Metz. »

Thierry Weizman, président de Metz Handball : « Je suis super content de cette victoire. Après, je sauterai de joie quand on aura gagné le quart de finale. Ce sera le plus beau moment de ma vie de président. »

Nicolas KIHL

Metz a la tête solide
Mission accomplie. Faciles vainqueurs de Brest (39-26), dimanche aux Arènes, les Messines ont verrouillé la première place de leur groupe de Ligue des Champions. Vivement les quarts de finale !
Ambiance des grands jours, large victoire face au rival brestois (39-26) et première place de la poule à l’arrivée. Que pouvait-il arriver de mieux aux Messines dimanche ? Pas grand-chose. Si, peut-être un petit but de Laura Flippes et d’Ilona Di Rocco, les deux seules Lorraines à ne pas avoir marqué, avec les gardiennes. Mais c’est vraiment pour faire la fine bouche…

Comme de se rappeler de cette fin de première période poussive. L’écart était déjà important (15-8, 21e ) et les partenaires de Grace Zaadi ont eu le tort de se relâcher légèrement. La petite frayeur n’a pas duré (15-12, 26e ) et les Mosellanes ont vite repris leurs bonnes habitudes. Celles auxquelles ne résistent pas les Brestoises : défense agressive, montées de balles éclairs et buts à la chaîne.

« Rester invaincu sur ce deuxième tour »

Les Finistériennes avaient déjà payé deux fois pour voir cette saison ( 35-20 puis 32-21 ), elles sont encore repassées à la caisse. « Cette défaite fait mal car on savait que Metz peut, sur des périodes, détruire l’attaque de l’adversaire. Dans ces moments-là, c’est très dur de les contrer », ne pouvait que constater Romain Corre.

L’habituel adjoint de Laurent Bezeau, promu pendant l’arrêt maladie du coach principal, n’était pas non plus aidé. Sans Gullden, Darleux, Tissier, Idehn, son groupe était très rajeuni. En plus, il n’a même pas pu profiter longtemps de l’expérience d’Allison Pineau. À peine entrée en jeu (23e ), la meilleure joueuse du monde 2009 est sortie touchée quelques minutes plus tard (26e ) et est restée clouée au banc tout le reste du match. La mine défaite.

Bien loin des sourires échangés côté messin et de ce jeu parfois flamboyant. Comme sur cette passe laser de Xenia Smits pour Béatrice Edwige (32-19, 48e ) ou ces nombreuses envolées d’Orlane Kanor et de Manon Houette. Oui, c’était un petit peu la fête hier aux Arènes. Elle s’est poursuivie après la partie, avec l’habituelle ronde de la victoire dessinée par les Lorraines et le défilé des joueuses dans les divers salons d’après-match.

Elles ont le droit de profiter un peu. Dimanche prochain, la rencontre à Copenhague ne présentera pas d’enjeu. « Je ne me vois pas partir là-bas pour voir la Petite Sirène et faire du tourisme », nuance pourtant vite Gnonsiane Niombla. « On ira pour gagner. Pour l’instant, la campagne européenne est bonne mais on ambitionne de rester invaincu sur ce deuxième tour », lui embraye Emmanuel Mayonnade, peu souriant. « Si, bien sûr que je suis content mais la saison ne s’arrête pas là. En mars, on n’a encore rien gagné. » Non mais ses joueuses envoient à chacune de leurs sorties des signaux forts. Brest peut en témoigner.

Thibaut GAGNEPAIN

" On est loin de se sentir invincibles ", explique Grace Zaadi, la capitaine de Metz Handball
Comment sentez-vous le groupe après cette nouvelle démonstration contre Brest ?

« Nous sommes toutes fatiguées, moi la première, mais les victoires font du bien. C’est un peu dur de répéter les efforts, on essaye d’être exigeantes avec la récupération entre les matches. On doit bien gérer nos organismes pour la suite car il nous reste de grosses échéances. »

Un petit mot sur le match quand même…

« On a mis de l’intensité du début à la fin. Ça s’est vu sur les montées de balle, les contre-attaques, les engagements rapides. Nous avons imposé notre rythme. »

Voilà Metz assuré de finir premier de sa poule avant la dernière rencontre à Copenhague…

« Je sais très bien qu’on va jouer ce match à fond, pour le gagner. Il faut profiter de cette belle compétition. Ce sera notre dernière sortie avant le quart de finale, il est important qu’on ne fausse pas tout ce que l’on a fait depuis le début. »

Qu’est ce qui peut stopper Metz Handball cette saison ?

« En tant que capitaine, je vois le potentiel qu’à cette équipe. J’ai tellement confiance en nous qu’il n’y a que nous-mêmes qui pouvons nous arrêter. Quand on veut, on peut jouer tellement bien et faire de belles choses qu’on a l’impression que rien ne peut nous arriver. On a la tête sur les épaules, on sait qu’il faut qu’on travaille tout le temps pour avoir de bons résultats, sortir de grands matches. On est loin de se sentir invincibles mais on a confiance en nous. On sait qu’on est capable de soulever des montagnes. »

Est-ce déjà le moment de se projeter sur les quarts de finale ?

« Il faut profiter, savourer l’instant présent toutes ensemble. Ce quart de finale est tellement loin, il y aura tellement de choses d’ici là, qu’il est difficile de se projeter dès maintenant. »

N. K.

Laura Glauser dans une forme éblouissante, les notes de Metz-Brest

Laura Glauser : 8/10

Dans une forme éblouissante en ce moment, la gardienne messine a encore éc½uré l’attaque adverse avec ses 13 arrêts. Dont un sur un jet de sept mètres de son ancienne partenaire Ana Gros… ce qui lui a visiblement très fait plaisir. L’internationale française aurait même pu inscrire un but mais son tir lointain a manqué de précision. Elle a été remplacée en fin de partie par la jeune Manuella Dos Reis, qui s’est aussi distinguée !

Grace Zaadi : 8/10


Cette fois, elle s’est peu signalée par ses passes au pivot, là où elle brille si souvent. La demi-centre lorraine s’est autorisé quelques pénétrations plein axe dans la défense brestoise. Avec brio (4/5).

Orlane Kanor : 7/10

Les Brestoises ont dû avoir quelques sueurs froides quand elles ont vu entrer Orlane Kanor après le quart d’heure de jeu. Il y a pire comme remplaçante… Très vite, l’arrière gauche a déployé sa détente et fait trembler les filets (6/7).

Le public : 8/10

L’ambiance était belle à voir. Ça n’a pas toujours été le cas par le passé contre Brest mais ce temps-là semble révolu. Surtout quand les Messines dominent autant leur sujet… Il n’empêche, les 4 712 spectateurs ont poussé leur équipe, chanté, applaudi etc. Parmi eux, des fans bretons ont aussi été entendus, quand les Arènes reprenaient leur respiration.

Manon Houette : 9/10

Dix buts ! L’ailière gauche a été étincelante. Son seul raté de la soirée : un jet de sept mètres. Sinon ? Des courses folles, des envolées et un poignet inspiré. Superbe.

Brest : 3/10

Fin décembre, elles avaient tenu un quart d’heure (20-35). Début février, un tout petit peu plus (21-32). Dimanche, les Brestoises ont résisté à peu près une période à la démonstration messine. Oui, cette équipe est affaiblie mais elle est aussi minée par des conflits internes.

Pages:  << [41-50] 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 [61-70] >>

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Ajouter une réponse

Vous écrivez en tant que :  Login :   Password :
Titre de votre message :
Corps de votre message :

 [citation] [image]

 [gras] [italique] [souligné]
 [barré] [exposant] [indice]
 [grandir] [reduire] [code]

 [noir]
 [rouge] [violet] [bleu] [vert]

   Prévisualiser le message

12345678910
AA1A2A3A4A5A6A7A8A9A10
BB1B2B3B4B5B6B7B8B9B10
CC1C2C3C4C5C6C7C8C9C10
DD1D2D3D4D5D6D7D8D9D10
EE1E2E3E4E5E6E7E8E9E10
FF1F2F3F4F5F6F7F8F9F10
GG1G2G3G4G5G6G7G8G9G10
HH1H2H3H4H5H6H7H8H9H10
II1I2I3I4I5I6I7I8I9I10
JJ1J2J3J4J5J6J7J8J9J10
KK1K2K3K4K5K6K7K8

Valider

Obtenez votre forum Aztek sur http://www.forum-aztek.com - Administration - MyStats
Aztek Forum V4.00 Copyright (C) 2003 - Liens - Page générée en 0.1531 seconde avec 10 requêtes