Forum des Handiablées

Bienvenue sur le forum des supporters de l'équipe féminine de Metz Handball

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Pages:  << [31-40] 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 [51-60] >>

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109268]

Roland

Voir son profil

Activité : 2 / 5
558 messages postés


Posté le : 09/11/2018 à 15:10 (Lu 3066 fois)
Répondre
Citer

Citation : crocogrenat
R.L. du 9-11

AVANT LARVIK - METZ SAMEDI EN LIGUE DES CHAMPIONS FÉMININE

Qui est Ekaterina Andryushina, la perle russe de Metz Handball ?

Retraitée, reconvertie, elle restera d’abord, et toujours, l’une des plus grandes handballeuses passées par le championnat de France.


« Elle inspire le respect et la sérénité »

Emmanuel Mayonnade, qu’elle seconde depuis 2014 en Lorraine, était alors son premier fan… « J’adorais la joueuse qu’elle était, c’était ma préférée », reconnaît aujourd’hui le technicien. « Elle n’existait pas que par sa simple activité physique, elle était précieuse par sa science du jeu. Je me souviens encore de la plupart des gros matches qu’elle a disputés et que je regardais en simple spectateur. »

La finale du Mondial-2009, contre la France, est bien sûr restée dans les mémoires. « On avait défini une stratégie avec une défense 2-4 ( étagée ) », se rappelle Olivier Krumbholz, le sélectionneur des Bleues. « Dans cette défense, la première ligne ne doit jamais se faire battre par la demi-centre. Sur la première action, elle a feinté une passe et est passée au milieu. En une attaque, elle a tout fait exploser. Avec un seul ballon, elle avait tout compris. »

Cette vision du jeu, cette science du handball en ont fait une joueuse extraordinaire. Un « stratège », un « vrai maître à jouer », une « patronne », vainqueur de la Ligue des Champions en 2008. Elles font d’elle aujourd’hui un atout incomparable pour Metz, qui rêve d’exister au plus haut niveau européen. « Elle inspire le respect et la sérénité », résume Thierry Weizman. « Son ressenti, son expérience, son expertise sont extrêmement précieux au quotidien. Elle est fondamentale », complète Emmanuel Mayonnade.

« C’est une femme en or. »



J'ai extrait quelques phrases du reportage du RL au sujet de Katya.
Cela fait 40 ans que je suis les messines, et durant ces années, c'est avec Sveltlana les 2 filles qui m'ont marqué le plus.
J'occulte les années moins professionnelles où des filles comme Zita Galic, Leila Duchmann et consoeures nous ont apportée beaucoup de plaisir handballistique.
Il est vrai que ces 2 filles perdues pour le sport ne seraient jamais venues à Metz si TW ne les avait pas requinqué.
Qui ne se souvient pas du kung fu entre Katya et Svetlana lors d'un match de LDC contre des danoies (il me semble), et gagné à la dernière seconde sur cette action.
Pour moi Katya a un sens du jeu, une vision que très peu de joueuses ont sur un terrain.
Metz a beaucoup de chance de l'avoir sur le banc

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109272]

Actuellement connecté sur ce forum rick57

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
3444 messages postés


Posté le : 09/11/2018 à 15:50 (Lu 3047 fois)
Répondre
Citer

Katia est une super personne et une joueuse magnifique je l'adore tout comme Svetlana idem ses deux joueuses sont merveilleuses.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109281]

crocogrenat

Voir son profil

crocogrenat

Activité : 2.5 / 5
1880 messages postés


Posté le : 10/11/2018 à 08:16 (Lu 2931 fois)
Répondre
Citer

RL du 10-11


Ligue des Champions : Metz Handball prépare l’hiver en Norvège
Les Messines peuvent valider leur qualification pour le tour principal de la Ligue des Champions et précipiter l’élimination de Larvik, ce samedi en Norvège (15h15).

Laura Flippes et les Messines s’invitent dans la prestigieuse Arena de Larvik, vingt fois champion de Norvège, ce samedi.  Photo Pascal BROCARD
Photo HD Laura Flippes et les Messines s’invitent dans la prestigieuse Arena de Larvik, vingt fois champion de Norvège, ce samedi.  Photo Pascal BROCARD

Le soleil n’a pas percé de la journée et la nuit est tombée sur les fjords dès 16 h. Les Messines ont choisi l’automne pour visiter Larvik, petite ville balnéaire du sud de la Norvège. Ce n’est assurément pas la période idéale pour profiter de ses plages et de ses ruelles tranquilles. Mais c’est un beau décor pour préparer l’hiver.

Ce samedi, sur cette « terre absolue de handball », qui a vu éclore quelques-unes des plus grandes joueuses du monde, Grace Zaadi et ses coéquipières peuvent valider leur qualification pour le tour principal de la Ligue des Champions et, déjà, songer à ces confrontations savoureuses à venir, contre Brest ou Rostov.

Il faudra d’abord sortir vainqueur de cette escale dans la mythique Arena de Larvik, roi d’Europe en 2011. En profiter, aussi. « C’est un rêve de gosse pour moi de jouer ici », confie Emmanuel Mayonnade, l’entraîneur messin. « On vient jouer chez une équipe incontournable, un club chargé d’histoire, dans un environnement handball poussé à son extrême… Je suis un romantique de l’activité et je trouve ça génial. »


« Soyez ambitieuses ! »
Dérogeant à ses habitudes, le technicien a pris quelques minutes, hier avant la séance vidéo, pour évoquer la portée de cette rencontre avec ses joueuses. Et le « plaisir » qu’elles doivent y trouver. « En ce moment, je vous trouve focalisées par la victoire. Ne pas perdre, ne pas perdre. Vous avez joué avec des ½illères contre Besançon mercredi. J’ai envie que vous pensiez aussi à la façon de construire le match, au-delà du résultat. Soyez ambitieuses, spontanées, malines, réfléchies », a-t-il insisté.

Elles devront aussi être humbles, un mois après leur large victoire au match aller (31-20). « J’espère qu’on n’a pas gagné de trop de buts, j’espère qu’on ne va pas subir ce résultat », a dit Mayonnade à son groupe. Car depuis, les Norvégiennes ont battu la redoutable équipe de Podgorica à domicile, celle-là même qui a infligé à Metz son premier revers de la saison, dimanche dernier. « Je vais m’assurer que tout le monde prenne ce match au sérieux. Il ne faut pas se faire piéger parce qu’on est moins concerné ou concentré », expliquait-il quelques minutes plus tôt.

L’enjeu est paradoxal : en scellant l’avenir de Larvik, qui joue sa dernière carte, le champion de France assurerait le sien en attendant la réception d’Odense la semaine prochaine. Mais ce troisième succès en cinq matches ne lui apporterait aucun point en vue du tour principal… Pour mieux préparer l’hiver, il faudra (aussi) battre Odense la semaine prochaine.

En bref

Astride N’Gouan n’est pas du voyage
Victime d’une entorse de la cheville dimanche dernier à Podgorica, en Ligue des Champions, Astride N’Gouan avait été préservée mercredi contre Besançon, en vue du déplacement à Larvik. Le pivot n’est finalement pas du voyage, remplacé par la jeune Anna Seguin, du centre de formation messin.

Tamara Horacek forfait pour l’Euro
« Voilà, le verdict est tombé. C’était en 2014, quatre ans plus tard, ça tombe sur l’autre côté. » Victime d’une rupture des ligaments croisés mercredi en championnat, Tamara Horacek a glissé ces quelques mots sur les réseaux sociaux, vendredi, accompagnés d’une photo d’elle en pleurs, réconfortée par ses partenaires. Étincelante depuis le début de la saison, troisième meilleure buteuse de LFH, la demi-centre de Paris 92, formée à Metz, est mal retombée à la réception d’un kung-fu contre Saint-Amand. « Ca va être long, ça va être dur mais tout se passera bien », a écrit la joueuse de 23 ans. Écartée sur le fil du groupe tricolore pour le Mondial l’an passé, elle était en première ligne pour l’Euro en France, à partir du 29 novembre.

Les équipes

LARVIK – Gardiennes de but : Rundbraten (1), Gluic (12). Joueuses de champ : Moller (3), Bergum (4), Andenaes (5), Molid (8), Toft (9), Lund (10), Ramberg (15), Wolff (18), Figenschau (19), Berglie (21), Hjertner (23), Christensen (27).

METZ – Gardiennes de but : Glauser (1), Kapitanovic (12). Joueuses de champ : Edwige (3), Zaadi (7), Flippes (8), Nocandy (10), Houette (11), Seguin (14), O. Kanor (17), Zych (18), Smits (22), Maubon (27), Niombla (29), Le Blévec (70).

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109336]

crocogrenat

Voir son profil

crocogrenat

Activité : 2.5 / 5
1880 messages postés


Posté le : 11/11/2018 à 08:20 (Lu 2801 fois)
Répondre
Citer

R.L. du11-11

Metz se fait respecter à Larvik

Les Messines se sont imposées, avec la manière et le sourire, à Larvik ce samedi (21-31). Elles ont assuré leur place au tour principal de la Ligue des Champions, avant la réception d’Odense dans une semaine.

Xenia Smits et les Messines n’ont jamais imaginé s’incliner à Larvik, ce samedi. Dominatrices de bout en bout, elles sont qualifiées pour le tour principal de la Ligue des Champions. Photo Svein André SVENDSEN
Photo HD Xenia Smits et les Messines n’ont jamais imaginé s’incliner à Larvik, ce samedi. Dominatrices de bout en bout, elles sont qualifiées pour le tour principal de la Ligue des Champions. Photo Svein André SVENDSEN

On leur avait promis un « rêve de gosse ». Une percée dans le royaume du handball, un lieu chargé d’histoire et d’émotions. Elles n’ont eu droit qu’à une salle à moitié vide, un peu triste, comme son roi déchu. Larvik n’est plus ce qu’il était mais Metz a mis tout ce qu’il est dans sa victoire en Norvège, ce samedi (21-31). La force collective qui a dessiné ses plus beaux exploits européens, la rigueur défensive qui fait de lui un maître en la matière et le caractère d’un aspirant au Final Four.

Le groupe d’Emmanuel Mayonnade sera au tour principal de la Ligue des Champions, cet hiver, pour la troisième année d’affilée. Il l’a su très vite, hier, convaincu d’avoir « les clés » de la rencontre, comme le résumera Marion Maubon après soixante minutes d’un combat inégal (0-3, 5e ; 8-14, 29e : 9-17, 32e ; 16-26, 52e ).

« C’était joli de voir cette équipe »
Cette éternelle sérénité, qui fait leur force, les Messines semblaient l’avoir perdue depuis dix jours. Elles s’y sont accrochées fermement hier, principalement au quart d’heure de jeu quand Rundbraten, la gardienne norvégienne, aurait pu les faire douter. « On n’a pas tout réussi, on a raté beaucoup de tirs mais on n’a jamais arrêté de jouer, ni pensé qu’on n’allait pas y arriver », reconnaît Xenia Smits, brillante et logiquement élue meilleure joueuse de la rencontre. « On a joué relâché aussi, on a pris du plaisir surtout. » Le sourire radieux de l’internationale allemande, après son joli kung-fu avec Méline Nocandy, a dû ravir son entraîneur. Emmanuel Mayonnade avait longuement insisté, la veille en séance vidéo, sur la nécessité de s’amuser, au-delà de la simple victoire. Il a été entendu…


« Tout le monde était là, avec la même envie. On était toutes ensemble. C’était incroyable. Je regardais à droite, à gauche et je me disais : ok, c’est mon groupe et ces filles sont toujours là, peu importent les fautes que je peux faire », sourit Xenia Smits. « C’était joli de voir cette équipe, on sent qu’elle progresse tous les jours un peu plus. »

Aleksandra Zych en aura été l’exemple le plus frappant. Auteur de trois buts, parfois mal payée sur ses quatre tentatives, l’arrière droit polonaise était là où on l’attendait. Pour la première fois de la saison… Contaminée par la confiance de son groupe, elle a convaincu par ses initiatives à distance.

Qualifié avec la manière, le champion de France n’est pas encore au bout du chemin. Il lui reste un combat capital à mener avant la longue trêve internationale. La conclusion du tour préliminaire, face à Odense dimanche prochain aux Arènes, met en jeu trois points cruciaux en vue des quarts de finale. Metz a la recette.


Marion Maubon (Metz Handball) : « Quand on défend bien, rien ne peut nous arriver »

Marion, le contrat est rempli : vous êtes qualifiées pour le tour principal de la Ligue des Champions…

« Oui, c’était l’objectif. Mais j’ai envie de retenir qu’on a aussi gagné avec la manière. Nous avons été hyper sérieuses en première période, très appliquées dans le projet de jeu, défensivement surtout. On a fait déjouer Larvik. Ce n’était clairement pas la même équipe qu’au match aller, elle était plus forte, plus complète. Je retiens la qualification, c’est sûr, mais aussi tout le positif autour de cette victoire ! »

Quelle a été la force de Metz dans cette rencontre ?

« Notre état d’esprit. Les Norvégiennes jouent plein de petits coups, il fallait être très concentré et on l’a été dès le départ. À la fin, ça permet de faire rentrer les jeunes, qui marquent leurs premiers buts en Ligue des Champions, à Larvik, dans une salle hyper emblématique… »

Larvik est revenu à un but en première période, porté par les arrêts de sa gardienne. Vous n’avez jamais douté ?

« On sentait qu’on avait les clés. On a beaucoup péché à six mètres, en contre-attaque, ce sont des buts faciles à mettre… Mais on sentait qu’on était dans le match et qu’à un moment donné, il suffirait de rectifier le tir pour pouvoir prendre le large. On n’a jamais perdu cette sérénité parce qu’à partir du moment où on défend bien, rien ne peut nous arriver. »

Un match capital vous attend dimanche prochain à domicile, contre Odense…

« On a une semaine entière pour préparer le match, cela fait longtemps que ça ne nous est pas arrivé. On va pouvoir se reposer un petit peu, car je nous sens un peu usées, physiquement et nerveusement. Ça va faire du bien et derrière, ce match-là il faudra le prendre. On a fait un nul à l’aller, on a peut-être un petit peu volé ce point-là car elles auraient très bien pu gagner. On doit pouvoir faire beaucoup mieux. Il faudra être aussi sérieuses et appliquées. Il faut prendre les points pour le tour principal, c’est primordial en vue d’un potentiel quart de finale. »

Laura MAURICE, à Larvik (Norvège)

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109338]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11757 messages postés


Posté le : 11/11/2018 à 08:32 (Lu 2789 fois)
Répondre
Citer

Pour faire connaissance avec Nicolas Jarzat

RL du 10/11/2018

Nicolas Jarzat, préparateur physique de Metz Handball : « Il faut maintenir une intensité forte »

Le préparateur physique de Metz Handball revient sur le calendrier démentiel des Dragonnes.

Metz dispute ce samedi son quatrième match en dix jours, le troisième à l’extérieur. Quelles sont les craintes liées à ce type de calendrier ?

« Pour moi, il n’y en a pas plus que dans une semaine classique. On considère avec Manu (Mayonnade, l’entraîneur messin) que l’intensité que l’on met toute l’année dans les entraînements équivaut à l’intensité des matches. On est dans la continuité et c’est ce à quoi on se prépare toute la saison. La seule difficulté, ce sont les déplacements. »

Quelles sont les conséquences d’un périple comme celui vécu lundi, au retour du Monténégro ?

« Il a fallu récupérer du voyage, de la fatigue de la nuit (les Messines sont rentrées à 3h30 du matin mardi, avec quatre heures de retard) pour préparer l’enchaînement avec Besançon mercredi. Là, on s’est adapté. On a changé les contenus de l’entraînement du mardi, on a privilégié la récupération et l’état physique des filles. Ce devait être une séance plutôt intensive et elle a été allégée. »

Vous êtes déjà repartis jeudi, avec cinq heures de bus jusqu’à Amsterdam. Ces voyages, très rapprochés, peuvent-ils influer sur la forme du groupe ?

« Je ne crois pas, je n’ai jamais cette crainte-là. Les joueuses sont tellement préparées et expérimentées… Elles ont l’habitude. Et on se prépare nous aussi pour ça. »

Avec si peu de temps à disposition, vaut-il mieux proposer des entraînements très intenses ou tenter de préserver les organismes ?

« Je pense qu’il est toujours préférable, même une veille de match, de monter par moments à une intensité qui sera celle du match. Je considère que les préparations de match doivent être ressenties comme presque plus difficiles que le match lui-même. Après, on jouera sur les durées de séance plutôt. Mais il ne faut pas avoir le frein à main trop serré parce qu’on ferait baisser les performances. Il faut au contraire maintenir un rythme élevé et une intensité assez forte. »

Quels sont les ingrédients indispensables pour bien préparer une rencontre ? 

« C’est une multitude de facteurs qui s’additionnent, et qui sont les mêmes tout le temps, à domicile comme à l’extérieur. On essaie de tout faire le mieux possible, en termes de handball, de physique, de récupération, d’alimentation, de mental ou de vie collective… »

La. M.

Et également le 11/11/2018

Emmanuel Mayonnade (Metz Handball) : « un gros match nous attend »
Emmanuel Mayonnade, entraîneur de Metz : « On s’est demandé quelles étaient nos ambitions et comment construire notre parcours. Il y avait une équipe un peu plus faible dans la poule ( Larvik ), il fallait vite la mettre derrière, c’est chose faite. On a fait un match intéressant, avec pas mal de sérieux et de discipline. On a bien répondu aux différents problèmes que cette équipe pouvait nous poser, même si on a raté beaucoup de tirs. Mais on est qualifié, je suis super content. Maintenant, il y a un gros, gros match qui nous attend dimanche prochain et qui va déterminer beaucoup de choses pour la deuxième phase. Une victoire ne nous assurerait pas une place en quart de finale mais ce serait une tendance intéressante. »

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109365]

crocogrenat

Voir son profil

crocogrenat

Activité : 2.5 / 5
1880 messages postés


Posté le : 12/11/2018 à 06:05 (Lu 2670 fois)
Répondre
Citer

R.L. 12-11

APRÈS LA VICTOIRE À LARVIK SAMEDI

Vainqueur à Larvik, en Norvège, samedi (21-31), Metz est qualifié pour le tour principal de la Ligue des Champions. Voici ce qu’il faut savoir sur cette deuxième phase.

Laura Flippes et les Messines retrouveront Brest au tour principal, dans une poule qui réunira aussi Rostov et Copenhague. Laura Flippes et les Messines retrouveront Brest au tour principal, dans une poule qui réunira aussi Rostov et Copenhague.

L es points pris contre Larvik ne compteront pas. C’était tout le paradoxe de cette avant-dernière rencontre du premier tour : grâce à sa victoire samedi, Metz a réservé son fauteuil pour la phase principale de la Ligue des Champions. Mais il a aussi précipité l’élimination de Larvik… et donc perdu le bénéfice de ses deux succès sur les Norvégiennes. Car seuls les points acquis contre les équipes qualifiées compteront pour le tour principal.

Il faut (vraiment) battre Odense. Metz est toujours leader de son groupe. Un classement en trompe l’½il puisque Podgorica est déjà assuré de partir avec six points en janvier après son succès à Odense, hier. Le champion de France, c’est certain, n’en aura pas autant. Il a, pour l’heure, validé trois unités et devra à tout prix battre les Danoises, dimanche prochain à domicile. Une victoire dans ce choc final du premier tour lui permettrait d’aborder la suite en bonne position, avec cinq points, tout en reléguant Odense loin derrière (1 point). Capital pour une équipe qui rêve de disputer son premier Final Four… Pour rappel, les Messines s’étaient qualifiées avec 4 et 6 unités en 2016 et 2017, avant d’être éliminées par deux fois en quarts de finale.

Metz rejoint Brest et c’est une première ! Jamais deux clubs français ne s’étaient qualifiés pour le tour principal de la Ligue des Champions. Six mois après l’exploit du handball masculin tricolore, qui comptait trois représentants dans le dernier carré, les deux meilleures équipes féminines sont au rendez-vous. Les Messines disputeront leur troisième tour principal d’affilée, avec l’ambition de s’inviter une fois encore dans le Top 8 européen. Leur grand rival fera sa première apparition à ce stade de la compétition.


Un tirage corsé pour Metz ! Qui seront les adversaires du champion de France au tour principal ? Brest, justement, en fait partie, emmené par… Ana Gros, deuxième meilleure marqueuse européenne. Dauphin de Metz ces deux dernières années en Ligue féminine, le club breton s’est qualifié la semaine dernière, mais a perdu un précieux point à domicile samedi contre la surprenante formation de Copenhague. Les joueuses d’Emmanuel Mayonnade devront s’imposer au Danemark pour bien figurer dans ce second tour. Un déplacement plus accessible que celui, périlleux, qui les attend en Russie. Demi-finaliste en mai dernier et toujours invaincu cette saison, Rostov représente le plus gros danger de cette poule de six. À la tête de cette équipe : Ambros Martin, quadruple champion d’Europe avec Györ… Du lourd !

Lara Maurice

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109366]

Seb75

Voir son profil

Activité : 2 / 5
787 messages postés


Posté le : 12/11/2018 à 06:16 (Lu 2666 fois)
Répondre
Citer

L'ordre des matchs est déjà connus?

Le match en Russie n'est pas celui que je chercherais à gagner à tous prix

--------------------------------
Tueur de beilliste

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109368]

Mini V

Voir son profil

Activité : 3 / 5
607 messages postés


Posté le : 12/11/2018 à 11:17 (Lu 2581 fois)
Répondre
Citer

Citation : Seb75
L'ordre des matchs est déjà connus?

Le match en Russie n'est pas celui que je chercherais à gagner à tous prix


On peut l’ordre sur le site de l’EHFCL.

--------------------------------
Passion is becoming even more significant including any obstacles. Sometines passion turn us into nervous wrecks but it must not break what bind us.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109400]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11757 messages postés


Posté le : 13/11/2018 à 09:52 (Lu 2461 fois)
Répondre
Citer

RL du 13/11/2018

huit Messines appelées en équipe de France, combien à l’arrivée ?
Les Messines forment le plus gros contingent de la liste des 20 joueuses présélectionnées pour l’Euro. Qui y sera à coup sûr ? Qui peut craindre de rester à la maison ? Qui sera remplaçante ? Revue d’effectif.

Les évidences

Pour elles, la première quinzaine de décembre est déjà réservée. On ne voit pas comment le sélectionneur pourrait se priver de Grace Zaadi, Manon Houette et Béatrice Edwige. La première avait été la révélation du Mondial il y a un an, élue meilleure demi-centre de la compétition. La deuxième fait référence à l’aile gauche. Et la troisième est indispensable en défense, d’autant que les postes 3 (dans l’axe) ne sont pas légion.

Les incertitudes

Elles ne font pas (encore) partie des ‘‘irremplaçables’’ mais leur avenir ne fait pas beaucoup de doute. La gauchère Laura Flippes, précieuse par sa polyvalence, devrait être à Nancy le 29 novembre. Comme Orlane Kanor, malgré la concurrence au poste d’arrière gauche. « Elle alterne le très bon et le très mauvais mais il y a du punch ! Elle est bien partie », assure Olivier Krumbholz, le patron des Bleues. Astride N’Gouan, à la lutte avec Laurisa Landre, convalescente, devrait a minima avoir un siège de remplaçante. Mais son rôle défensif en poste 3 plaide clairement en sa faveur, en l’absence de Tamara Horacek.

Le cas Niombla

Elle n’a manqué aucune des six grandes compétitions internationales depuis 2013. Cet Euro en France pourrait marquer la fin d’une belle série pour Gnonsiane Niombla. À deux semaines de l’annonce officielle des 18, et depuis plusieurs mois déjà, l’arrière polyvalente est en ballottage défavorable. « Je ne la trouve pas spécialement convaincante à Metz, elle n’est pas décisive », consent Olivier Krumbholz. « Elle a fait un bon stage le mois dernier. C’était mieux, elle a pris ses responsabilités. Mais son cas est complexe », détaille le sélectionneur, qui ne devrait pas s’appuyer sur elle au poste très fourni de demi-centre. « Elle a des qualités mais on réfléchit où la faire jouer, c’est compliqué. Est-ce qu’on peut l’utiliser à droite comme le fait Metz ? Il faut que j’en discute avec elle… »

Le retour de Glauser ?

Absente du Mondial l’an passé, de retour de maternité depuis quatre mois, Laura Glauser est, pour l’heure, « loin devant » avec Amandine Leynaud. Qu’en sera-t-il si Cléopatre Darleux, touchée au genou, se remet à temps ? « Elle avance bien mais il n’y a pas d’intérêt à se poser la question aujourd’hui », tranche Olivier Krumbholz, qui convoquera une troisième gardienne en tant que réserviste et qui pourra faire appel à deux nouvelles joueuses à chaque tour. La liste définitive sera dévoilée le 27 ou 28 novembre.

LA LISTE DES 20

Gardiennes : Laura Glauser (Metz), Amandine Leynaud (Györ), Catherine Gabriel (Nantes). Demi-centres : Gnonsiane Niombla (Metz), Grâce Zaadi (Metz), Allison Pineau (Brest), Estelle Nze-Minko (Siófok). Arrières gauche : Kalidiatou Niakaté (Nantes), Orlane Kanor (Metz). Arrières droit : Camille Ayglon-Saurina (Nantes), Aïssatou Kouyaté (Besançon), Jannela Blonbou (Nice), Alexandra Lacrabère (Fleury). Ailières gauche : Manon Houette (Metz), Siraba Dembélé (Toulon). Ailières droit : Pauline Coatanéa (Brest), Laura Flippes (Metz). Pivots : Béatrice Edwige (Metz), Astride N’Gouan (Metz), Pauletta Foppa (Brest).

Laura MAURICE

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109434]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11757 messages postés


Posté le : 14/11/2018 à 09:06 (Lu 2310 fois)
Répondre
Citer

rl du 14/11/2018

Abdellahi (ex-Yutz) s’éclate à Aulnoye/Aymeries
Partie à Aulnoye/Aymeries cet été, l’ancienne Yussoise s’y est depuis épanouie. Sur le terrain, Sabrina Abdellahi est toujours aussi redoutable.

Une baraque à frites stationnée devant le portail d’entrée. Un lancer de frisbees à la mi-temps en guise de jeu-concours. Des supporters, sombreros bleus sur les têtes, tapant sur des bidons d’essence. C’est ça, le hand à Aulnoye/Aymeries, la nouvelle terre d’élection de Sabrina Abdellahi.

Quatre mois après la fin de son quinquennat à Yutz, descendu en Nationale 1, la pivot de 26 ans vit dans ce bourg nordiste de 9 000 habitants. Situé « à vingt minutes de Valenciennes », et trois grosses heures de route de la Moselle. « C’est cool, je peux me rendre assez souvent à Metz ! », glisse-t-elle.

Le déracinement fait moins mal qu’en 2012-2013, saison très éprouvante à Cergy-Pontoise. La présence d’autres anciennes Messines et/ou Yussoises (Ornella Dos Reis, notamment) dans ce coin des Hauts-de-France y participe. Les heureuses rencontres faites sur place, aussi. Rehab Gomaa, la meneuse de jeu égyptienne, « c’est mon amie, ma s½ur. On a une belle complicité sur le terrain et en dehors. » Matérialisée par des pelletées de passes décisives réciproques.
« Un peu fofolle »

D’autres preuves de bien-être ? À une heure et demie d’affronter Saint-Maur, samedi dernier, Abdellahi fait partager un morceau de Booba à ses coéquipières. Dans les gradins de la salle Lempereur, pas dans le hall de Roissy… Et à trois secondes du terme de cette 8e journée de Division 2, elle se dandine de joie sans attendre la conversion du penalty victorieux (31-30). Parce que « je ne nous voyais pas faire égalité… »

Ivan Markovski n’a pas happé la fille de Borny pour ses seuls dons de voyance. « C’est une joueuse d’expérience, très performante, qui peut jouer à plusieurs postes. » Tel Francis Manneau à Yutz, le coach macédonien d’Aulnoye la fait jouer tantôt pivot, tantôt arrière gauche ou demi-centre. Beaucoup, et avec succès. « Elle est au niveau auquel je l’attendais. Elle peut devenir l’une des leaders de l’équipe. » Offensivement, c’est déjà le cas, avec 58 buts en 8 matches. « Sabrina a toujours le sourire. Elle est un peu fofolle à l’entraînement. C’est très agréable », ajoute sa capitaine, Adeline Bournez.

Plébiscitée, la meilleure pivot de D2 est heureuse dans l’Avesnois, où elle s’est engagée pour un an renouvelable. À une réserve près. « J’aimerais vraiment trouver un travail dans mon domaine d’éducatrice spécialisée. Il n’y a pas beaucoup d’offres. Je suis pionne dans un collège, à Avesnes-sur-Helpe. » En attendant, ce sont les défenses adverses qui peinent à la surveiller…

58

Sabrina Abdellahi a marqué 58 fois en 8 journées de championnat. Son record : onze unités contre Lomme, pour ses débuts à Aulnoye/Aymeries. Elle est la deuxième meilleure marqueuse de la division, derrière Maëlle Chalmandrier (Noisy). La saison dernière, l'ex-Yussoise avait terminé troisième (140 buts).

3

La place d'Aulnoye/Aymeries (sur 8 équipes) dans la poule 1 de D2, après 8 journées. « Le bilan est positif, même s'il y a des matches qu'on n'aurait pas dû perdre », estime la pivot mosellane. La première phase du championnat marque une trêve jusqu'au 5 janvier. Les quatre premiers sont qualifiés pour la poule haute.

5

Cinq Sambriennes ont un passé en Lorraine : Sabrina Abdellahi, Ornella Dos Reis (arrivée cet été du centre de formation messin), Adeline Bournez (Yutz, 2006-07 en D1), Abiba Fofana (Yutz, 2009-10) et... la Croate Ivana Lovric, devenue coach de l'équipe réserve nordiste (Metz, 2008-09).

L. H.

Manifestation des Gilets jaunes samedi : comment les clubs lorrains s’organisent
« Samedi, on a un déplacement compliqué. » Chaque coach peut d’ores et déjà le dire, quel que soit l’enjeu. L’opération des Gilets jaunes contraint clubs et ligues à anticiper les blocages. Plusieurs options sont suggérées.
Tant qu’il s’agit du chasuble revêtu à l’entraînement ou d’un dossard enfilé pour un trail, le gilet jaune ne fait pas tiquer le sportif. Mais la prolifération, samedi, de ce vêtement a nécessité une gymnastique dont dirigeants et entraîneurs se seraient bien passés.

Mettant de côté leur avis personnel sur le bien-fondé ou non de ce mouvement de grogne, ils expliquent les mesures prises pour que joueurs et staffs atteignent à temps le lieu de leurs rencontres ou… pour qu’ils ne s’y rendent pas.

Football : tenter de reporter

La LGEF a anticipé dès la semaine dernière les risques de blocage et demandé que les matches de championnat de Ligue ou de Coupe du Grand Est soient décalés au dimanche, si le report était possible.

Si ce n’est pas le cas, il a été conseillé de « faire preuve de souplesse et de compréhension en cas de retard ». En cas d’impossibilité totale de rejoindre un stade, la Ligue a prévu d’étudier les situations au cas par cas.

« Nos 17 ans jouent à 15h30 à Magny. On ne sait pas s’il y aura un blocage réel, mais on partira trois heures plus tôt, au lieu de deux », annonce Jean-Jacques Bonnefois, président de l’Étoile Naborienne.

Handball : l’objectif du maintien

L’Euro féminin se jouant à Nancy dès la fin du mois, pas question pour les instances de reprogrammer une rencontre à cette date : « On veut que joueurs, entraîneurs et familles puissent assister aux matches des pros », souligne Patrick Clément, président du Comité de Moselle de handball.

Un report au vendredi ou au dimanche est autorisé, « mais en cas d’impossibilité, ce sera un souci. Il faut que les classements soient établis avant la seconde partie de saison pour que soient définies les poules hautes et basses ».

Une décision qui ne fait pas la joie de Francis Manneau, entraîneur de l’équipe fanion du Yutz Handball féminin : « On joue à 20h30 à Noisy-le-Grand, en région parisienne. Oui, on peut reporter au dimanche et on a fait la demande… mais si l’adversaire ne peut pas, on fait quoi ? On craint vraiment les blocages. »

Volley : on annule tout

« Une note invite les clubs à reporter les rencontres régionales de samedi, même si deux clubs sont géographiquement proches », souligne Albert Charpentier, président de la Ligue Grand Est. Les M13, M17, Prénationaux devraient rester à la maison, comme ceux ayant un match de championnat régional. Trois matches sont toutefois maintenus, (dont Terville-Florange face à Hagondange) car… programmés de longue date le vendredi ou le dimanche, un hasard qui fait bien les choses.

À côté des matches…

Marcel Schmidt, le président de l’ACSA, à Saint-Avold, ne tend pas le dos : « On n’a pas de compétition ce jour-là. »

Pour autant, lui et un autre éducateur de ce club d’athlétisme se rendront à Metz pour un colloque national du saut en longueur. « On se demande si on va devoir trouver des itinéraires bis mais surtout, comme les participants viennent de toute la France, si ce ne sera pas tout simplement annulé… »

Tant qu’il s’agit du chasuble revêtu à l’entraînement ou d’un dossard enfilé pour un trail, le gilet jaune ne fait pas tiquer le sportif. Mais la prolifération, samedi, de ce vêtement a nécessité une gymnastique dont dirigeants et entraîneurs se seraient bien passés.

Mettant de côté leur avis personnel sur le bien-fondé ou non de ce mouvement de grogne, ils expliquent les mesures prises pour que joueurs et staffs atteignent à temps le lieu de leurs rencontres ou… pour qu’ils ne s’y rendent pas.

Football : tenter de reporter

La LGEF a anticipé dès la semaine dernière les risques de blocage et demandé que les matches de championnat de Ligue ou de Coupe du Grand Est soient décalés au dimanche, si le report était possible.

Si ce n’est pas le cas, il a été conseillé de « faire preuve de souplesse et de compréhension en cas de retard ». En cas d’impossibilité totale de rejoindre un stade, la Ligue a prévu d’étudier les situations au cas par cas.

« Nos 17 ans jouent à 15h30 à Magny. On ne sait pas s’il y aura un blocage réel, mais on partira trois heures plus tôt, au lieu de deux », annonce Jean-Jacques Bonnefois, président de l’Étoile Naborienne.

Handball : l’objectif du maintien

L’Euro féminin se jouant à Nancy dès la fin du mois, pas question pour les instances de reprogrammer une rencontre à cette date : « On veut que joueurs, entraîneurs et familles puissent assister aux matches des pros », souligne Patrick Clément, président du Comité de Moselle de handball.

Un report au vendredi ou au dimanche est autorisé, « mais en cas d’impossibilité, ce sera un souci. Il faut que les classements soient établis avant la seconde partie de saison pour que soient définies les poules hautes et basses ».

Une décision qui ne fait pas la joie de Francis Manneau, entraîneur de l’équipe fanion du Yutz Handball féminin : « On joue à 20h30 à Noisy-le-Grand, en région parisienne. Oui, on peut reporter au dimanche et on a fait la demande… mais si l’adversaire ne peut pas, on fait quoi ? On craint vraiment les blocages. »
Volley : on annule tout

« Une note invite les clubs à reporter les rencontres régionales de samedi, même si deux clubs sont géographiquement proches », souligne Albert Charpentier, président de la Ligue Grand Est. Les M13, M17, Prénationaux devraient rester à la maison, comme ceux ayant un match de championnat régional. Trois matches sont toutefois maintenus, (dont Terville-Florange face à Hagondange) car… programmés de longue date le vendredi ou le dimanche, un hasard qui fait bien les choses.

À côté des matches…

Marcel Schmidt, le président de l’ACSA, à Saint-Avold, ne tend pas le dos : « On n’a pas de compétition ce jour-là. »

Pour autant, lui et un autre éducateur de ce club d’athlétisme se rendront à Metz pour un colloque national du saut en longueur. « On se demande si on va devoir trouver des itinéraires bis mais surtout, comme les participants viennent de toute la France, si ce ne sera pas tout simplement annulé… »

« Les matches sont maintenus. Si une équipe ne peut se déplacer, on compte sur la sagesse de chacun pour qu’il n’y ait pas de demande de sanction. Ce sera de toute façon étudié et réglé à l’amiable »(Sylvain Brosse)



Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109437]

Jacky

Voir son profil

Activité : 2 / 5
340 messages postés


Posté le : 14/11/2018 à 11:20 (Lu 2242 fois)
Répondre
Citer

A propos de Sabrina A.
Formée à MHB. Jeune joueuse, elle a souvent suivi l'évolution de ses partenaires depuis le banc. Son handicap (!) Arriver dans l'effectif à un moment ou l'entraîneur ne faisait pas confiance à la jeunesse.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109439]

Monsi

Voir son profil

Activité : 2.5 / 5
76 messages postés


Posté le : 14/11/2018 à 12:06 (Lu 2210 fois)
Répondre
Citer

Citation : Jacky
A propos de Sabrina A.
Formée à MHB. Jeune joueuse, elle a souvent suivi l'évolution de ses partenaires depuis le banc. Son handicap (!) Arriver dans l'effectif à un moment ou l'entraîneur ne faisait pas confiance à la jeunesse.


Exact! ... de plus elle a eu la malchance d'évoluer pendant le meilleur de la période Kanto et l'arrivée d'Yvette qui nous a montré ensuite,chez nous et à Gyor ,toute sa classe ! Mais pour ce qui me concerne,et compte tenu de ce qu'elle avait laissé entrevoir,j'ai ressenti une sorte de frustration lors de son départ !même si jusqu'il y a peu,on a été très gaté à ce poste (en phases d'attaques ) !

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109440]

gilles meyer

Voir son profil

Activité : 3 / 5
2133 messages postés


Posté le : 14/11/2018 à 12:06 (Lu 2210 fois)
Répondre
Citer

et surtout à un poste ou il y avait déja yvette et nina

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109441]

FABRE 83000

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
6171 messages postés


Posté le : 14/11/2018 à 13:04 (Lu 2179 fois)
Répondre
Citer

Citation : gilles meyer
et surtout à un poste ou il y avait déja yvette et nina


Et un gabarit qui ne correspond pas aux critères actuels pour le poste ce qui est dommage car je la voyais bien être comme Laurisa Landré

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109443]

Monsi

Voir son profil

Activité : 2.5 / 5
76 messages postés


Posté le : 14/11/2018 à 13:22 (Lu 2162 fois)
Répondre
Citer

Citation : FABRE 83000
Citation : gilles meyer
et surtout à un poste ou il y avait déja yvette et nina


Et un gabarit qui ne correspond pas aux critères actuels pour le poste ce qui est dommage car je la voyais bien être comme Laurisa Landré


???Que sont ces critères ?Si ma mémoire est bonne la concernant,et si je veux comparer (taille, gabarit )avec quelqu'un qui réussit super bien, Pop Lazic, c'est du même ordre !et donc ???

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109444]

Corsaro

Voir son profil

Activité : 2 / 5
166 messages postés


Posté le : 14/11/2018 à 13:39 (Lu 2144 fois)
Répondre
Citer

Citation : Monsi
Citation : FABRE 83000
Citation : gilles meyer
et surtout à un poste ou il y avait déja yvette et nina


Et un gabarit qui ne correspond pas aux critères actuels pour le poste ce qui est dommage car je la voyais bien être comme Laurisa Landré


???Que sont ces critères ?Si ma mémoire est bonne la concernant,et si je veux comparer (taille, gabarit )avec quelqu'un qui réussit super bien, Pop Lazic, c'est du même ordre !et donc ???

Pour l'avoir vu jouer à plusieurs reprise, Sabrina n'a peut être pas le gabarit "répondant aux critères !", mais son sens du placement, sa prise de balle et son adresse dans le duel avec le gardien lui permettent d'être très performante.
Ce n'est pas un hazard, si même l'an passé dans une équipe en perdition elle est arrivé à tirer son épingle du jeu et à être élue meilleure pivot de D2F.
Je pense effectivement qu'au départ avec les joueuses en place à Metz, il était difficile pour elle de s'imposer. Le choix de Cergy fut un mauvais choix dans un moment clé de sa carrière.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109446]

Monsi

Voir son profil

Activité : 2.5 / 5
76 messages postés


Posté le : 14/11/2018 à 14:50 (Lu 2109 fois)
Répondre
Citer

Citation : Corsaro
Citation : Monsi
Citation : FABRE 83000
Citation : gilles meyer
et surtout à un poste ou il y avait déja yvette et nina


Et un gabarit qui ne correspond pas aux critères actuels pour le poste ce qui est dommage car je la voyais bien être comme Laurisa Landré


???Que sont ces critères ?Si ma mémoire est bonne la concernant,et si je veux comparer (taille, gabarit )avec quelqu'un qui réussit super bien, Pop Lazic, c'est du même ordre !et donc ???

Pour l'avoir vu jouer à plusieurs reprise, Sabrina n'a peut être pas le gabarit "répondant aux critères !", mais son sens du placement, sa prise de balle et son adresse dans le duel avec le gardien lui permettent d'être très performante.
Ce n'est pas un hazard, si même l'an passé dans une équipe en perdition elle est arrivé à tirer son épingle du jeu et à être élue meilleure pivot de D2F.
Je pense effectivement qu'au départ avec les joueuses en place à Metz, il était difficile pour elle de s'imposer. Le choix de Cergy fut un mauvais choix dans un moment clé de sa carrière.


Totalement d'accord avec çà !et encore aujourd'hui,je ne serais pas malheureux de la retrouver à Metz !


Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109460]

crocogrenat

Voir son profil

crocogrenat

Activité : 2.5 / 5
1880 messages postés


Posté le : 16/11/2018 à 07:27 (Lu 1967 fois)
Répondre
Citer

R.L. du 16-11

AVANT METZ-ODENSE DIMANCHE EN LIGUE DES CHAMPIONS

Les premières fois d’Ivana Kapitanovic

Arrivée cet été, la gardienne croate Ivana Kapitanovic revient sur ses premières fois à Metz avant le choc européen contre Odense, dimanche aux Arène (15 h), en Ligue des Champions.

« Je suis fière tout le temps de jouer à Metz ! Après chaque match, chaque victoire, parce qu’on fait vraiment du bon boulot », reconnaît Ivana Kapitanovic. Photo Karim SIARI
« Je suis fière tout le temps de jouer à Metz ! Après chaque match, chaque victoire, parce qu’on fait vraiment du bon boulot », reconnaît Ivana Kapitanovic.

Premières impressions
« Je suis arrivée à l’aéroport et je n’avais pas mon sac, ni mes affaires ! Je me suis dit : oh mon dieu, ça ne commence pas bien ! Mais quelques jours plus tard, après les premiers entraînements, tout me paraissait si normal. J’avais l’impression de ne pas avoir changé de club et je pense que c’est surtout grâce à la gentillesse des filles. C’est comme si je vivais ici depuis quatre ans ! »

Première amie
« Je suis dans les buts et depuis le début, je me suis sentie très proche de Laura Glauser, avec qui je passe beaucoup de temps. Et ça continue comme ça depuis… À partir du premier jour, quand elle est venue vers moi, on a vraiment connecté très rapidement. »


Premier restaurant
« Vapiano ! La première semaine, on avait une après-midi de libre, Marion (Maubon) nous a emmenées en ville, nous a fait visiter. On voulait manger des pâtes ! »


Premiers mots en français
« Je suis fatiguée ! » C’est très important de savoir le dire… Avant d’arriver, je ne savais dire que « bonjour, merci ».

Première fierté
« Je crois que je suis fière tout le temps de jouer à Metz. S’il y a une première fois, cela voudrait dire qu’il pourrait y en avoir une dernière. Et je me sens fière de toute l’équipe et de toutes les filles après chaque match, chaque victoire, parce qu’on fait du bon boulot ! »

Première déception
« La météo, peut-être… En Croatie, dans ma ville natale, Split, il fait beau et chaud toute l’année, c’est au bord de la mer ! Mais dans mon ancien club (Koprivnica) , c’était différent. Il faisait très froid, jusqu’à -20° parfois, avec beaucoup de neige. Ici, c’est mieux parce que je n’aime pas ça ! »

Premier temps libre
« J’aime dormir, beaucoup. Quand on a un jour de repos, j’essaie aussi d’en profiter pour aller me promener, faire du shopping, boire un café, surtout s’il fait beau. »

Premier objectif
« Bien sûr, on veut toutes gagner le championnat de France. En Croatie, je remportais le titre tout le temps et j’ai envie de continuer et d’accomplir toujours plus de choses. Je veux aller au Final Four de la Ligue des Champions, aussi. J’aimerais évidemment la gagner, c’est notre rêve à toutes, mais pour l’instant, un Final Four, ce serait bien ! »

Laura MAURICE

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109461]

pierre57

Voir son profil

Activité : 1 / 5
140 messages postés


Posté le : 16/11/2018 à 11:35 (Lu 1864 fois)
Répondre
Citer

Vous avez l’article sur NINA KANTO qui part de ce jour dans le RL svp ??

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109462]

Hazel18

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
629 messages postés


Posté le : 16/11/2018 à 11:58 (Lu 1851 fois)
Répondre
Citer

Metz Handball : Nina Kanto et Estelle Vogein s’en vont...mais pas le reste

--------------------------------
Metz Handball

Pages:  << [31-40] 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 [51-60] >>

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Ajouter une réponse

Vous écrivez en tant que :  Login :   Password :
Titre de votre message :
Corps de votre message :

 [citation] [image]

 [gras] [italique] [souligné]
 [barré] [exposant] [indice]
 [grandir] [reduire] [code]

 [noir]
 [rouge] [violet] [bleu] [vert]

   Prévisualiser le message

12345678910
AA1A2A3A4A5A6A7A8A9A10
BB1B2B3B4B5B6B7B8B9B10
CC1C2C3C4C5C6C7C8C9C10
DD1D2D3D4D5D6D7D8D9D10
EE1E2E3E4E5E6E7E8E9E10
FF1F2F3F4F5F6F7F8F9F10
GG1G2G3G4G5G6G7G8G9G10
HH1H2H3H4H5H6H7H8H9H10
II1I2I3I4I5I6I7I8I9I10
JJ1J2J3J4J5J6J7J8J9J10
KK1K2K3K4K5K6K7K8

Valider

Obtenez votre forum Aztek sur http://www.forum-aztek.com - Administration - MyStats
Aztek Forum V4.00 Copyright (C) 2003 - Liens - Page générée en 0.1267 seconde avec 10 requêtes