Forum des Handiablées

Bienvenue sur le forum des supporters de l'équipe féminine de Metz Handball

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Pages:  << [31-40] 41 42 43 44 45 46 47

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109964]

beillitse

Voir son profil

Activité : 2.5 / 5
843 messages postés


Posté le : 11/12/2018 à 07:15 (Lu 681 fois)
Répondre
Citer



Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109965]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11304 messages postés


Posté le : 11/12/2018 à 07:45 (Lu 669 fois)
Répondre
Citer

rl du 11/12/2018

L’irrésistible envol d’Orlane Kanor
Championne du monde à 20 ans, Orlane Kanor a des qualités physiques exceptionnelles et l’insouciance de sa jeunesse. Brillante depuis le début de l’Euro, l’arrière gauche incarne l’avenir de l’équipe de France.

Elle s’était apprêtée pour répondre aux sollicitations de la télévision, samedi à la veille de France - Suède. L’interview a été annulée et elle s’est amusée de ces artifices dans un éclat de rire. Orlane Kanor n’a pas besoin de cela pour éblouir.

La jeune internationale est une joueuse à part, spectaculaire, prodigieuse. De celles qui vous laissent étourdi, un court instant, après un but. « Ce serait mentir de dire qu’elle ne saute pas aux yeux », reconnaît Emmanuel Mayonnade, son entraîneur à Metz. « Aucune autre fille ne joue comme Orlane Kanor », enchérit sa coéquipière Grace Zaadi. « Elle est l’archétype de la joueuse exceptionnelle », résume le sélectionneur de l’équipe de France,
Olivier Krumbholz.

Il n’y a qu’à la voir sauter plus haut que tout le monde ou débloquer une situation huit secondes après son entrée en jeu pour comprendre. La France est tombée sur une « future très grande arrière gauche », selon la formule de Béatrice Edwige. C’est une évidence, désormais, mais ça n’était pas forcément écrit…

Orlane Kanor est devenue championne du monde à 20 ans, alors qu’elle n’était pas encore une joueuse professionnelle. Elle n’était même jamais passée par l’équipe de France juniors. « Il y a quatre ans, elle n’était pas forcément considérée comme un gros potentiel », rembobine le coach des Bleues. « Beaucoup pensaient qu’elle avait trop de retard sur le plan technique. »
« Elle a donné tout ce qu’elle pouvait »

Mais la jeune fille avait eu un « déclic », à 14 ans, en Guadeloupe… « On est rentré au Pôle Espoirs et pour elle, ça a été une évidence. Elle voulait jouer en équipe de France », raconte Laura Kanor, sa s½ur jumelle, ailière gauche en Lorraine. « Alors, elle a donné tout ce qu’elle pouvait, elle a travaillé comme personne. » Ses qualités hors norme ont fait le reste. « Elle a des capacités exceptionnelles, innées. C’est rare. Elle a une détente que la plupart des hommes n’ont pas », décrit Nicolas Jarzat, son préparateur physique en club. « Elle est longiligne, forte sans être lourde, elle va très vite, saute très haut. C’est une vraie athlète. »

Au prix d’un gros travail individuel au centre de formation de Metz, qu’elle a rejoint en 2015, Orlane Kanor (1,79 m) a fini par y arriver. Aujourd’hui, l’équipe de France a « besoin » d’elle, « une fille qui prend ses responsabilités, qui tape fort », explique Olivier Krumbholz, qui lui voue une confiance totale. « Une grande joueuse, c’est quelqu’un qui avance. Et elle fait des progrès tous les jours. »

« Bien dans sa tête », l’étudiante en Staps doit son ascension à son sérieux autant qu’à son culot. D’une humilité rare, elle évolue sans complexe et se contente de « ne pas se poser de questions ». Elle a 21 ans et l’avenir de l’équipe de France entre ses mains.

Orlane Kanor fascine par son explosivité, cette détente verticale ahurissante qui lui permet de survoler toutes les défenses. « Elle m’impressionne. Quand elle saute, elle me rappelle Daniel Narcisse (surnommé Air France) à ses débuts », comparait Jacky Bettenfeld, le vice-président de la Fédération, l’an passé. « Si elle continue comme ça, si elle est sérieuse, elle va monter tout en haut ! » Encore très « perfectible », la Messine est parfois trop tendre en défense ou coupable de « fautes un peu bêtes », souligne Emmanuel Mayonnade. « Mais elle a une gestion très intéressante de l’échec. Elle ne doute pas et repart de l’avant avec beaucoup d’entrain et d’engagement. Ce ne sont pas des qualités communes dans le handball féminin », expliquait en 2016 Yacine Messaoudi, qui l’a formée à Metz.

À Nantes, Laura MAURICE

Gnonsiane Niombla jouera contre la Serbie

Elle a été « excellente » en match amical avec Metz, samedi. Mercredi, elle portera le maillot bleu, dans le choc crucial face à la Serbie. Gnonsiane Niombla, qui se tenait à disposition des Tricolores depuis deux semaines, a été rappelée dans le groupe des 16 ce lundi, au lendemain du match nul concédé face à la Suède au tour principal de l’Euro (21-21). L’arrière messine, qui avait participé à toute la préparation avant d’être écartée, a rejoint l’équipe de France à Nantes. Elle remplace la Nantaise Kalidiatou Niakaté, en manque de rythme. « Elle n’a aucun passif dans la compétition, elle n’a vécu ni les bons ni les mauvais moments. Cette neutralité, cette fraîcheur peuvent faire du bien au groupe dans un moment intéressant », estime l’entraîneur messin Emmanuel Mayonnade, qui a travaillé avec elle ces dix derniers jours. « Elle va apporter sa polyvalence. Et puis, Gnonsiane est une joueuse du duel. À ce stade de la compétition, tout le monde est très fatigué, les défenseurs sont plus perméables. C’est là qu’elle peut faire la différence », complète le technicien.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109966]

ABTeam

Voir son profil

Activité : 3 / 5
444 messages postés


Posté le : 11/12/2018 à 11:11 (Lu 601 fois)
Répondre
Citer

Citation : beillitse


Z'ont voulu innover avec la formule "un billet/un match" .... j'dirai pas que c'est un fiasco mais apparemment.... c'est raté

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109968]

Mini V

Voir son profil

Activité : 1.5 / 5
44 messages postés


Posté le : 11/12/2018 à 12:55 (Lu 563 fois)
Répondre
Citer

Citation : ABTeam
Citation : beillitse


Z'ont voulu innover avec la formule "un billet/un match" .... j'dirai pas que c'est un fiasco mais apparemment.... c'est raté


C'est Nantes qui fait office de vilain petit canard... Dans les autres pays (par exemple en Allemagne pour le Mondial et la Croatie pour l'Euro masculin), on voyait souvent des salles aux 3/4 vide avec ce système de billets pour plusieurs matches car beaucoup venaient voir leur équipe puis repartaient après. Ici, on arrive à s'intéresser à toutes les nations. Et c'est vraiment déjà top avec une moindre communication et une moindre valorisation de notre championnat.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109969]

Alban70

Voir son profil

Activité : 2 / 5
485 messages postés


Posté le : 11/12/2018 à 13:22 (Lu 548 fois)
Répondre
Citer

" Orlane n'était pas considérée comme un fort potentiel" dixit OK. Alors pourquoi il y a 4 ans les centres de formation se sont-ils battus pour l'avoir ? Pourquoi le responsable bisontin du CF disait il que c'était une Jackson au féminin ? Une manière de dire que Metz aurait heureusement eu le nez creux ?


Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109970]

FABRE 83000

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
5813 messages postés


Posté le : 11/12/2018 à 15:39 (Lu 506 fois)
Répondre
Citer

Citation : Alban70
" Orlane n'était pas considérée comme un fort potentiel" dixit OK. Alors pourquoi il y a 4 ans les centres de formation se sont-ils battus pour l'avoir ? Pourquoi le responsable bisontin du CF disait il que c'était une Jackson au féminin ? Une manière de dire que Metz aurait heureusement eu le nez creux ?




Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109971]

PAPYHAND

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
5796 messages postés


Posté le : 11/12/2018 à 15:52 (Lu 497 fois)
Répondre
Citer

Citation : Alban70
" Orlane n'était pas considérée comme un fort potentiel" dixit OK. Alors pourquoi il y a 4 ans les centres de formation se sont-ils battus pour l'avoir ? Pourquoi le responsable bisontin du CF disait il que c'était une Jackson au féminin ? Une manière de dire que Metz aurait heureusement eu le nez creux ?


Pas du tout d'accord avec ce post !!!
On sait tous qu'elle n'etait pas en France jeune,et si ma (vieille) memoire fonctionne encore un peu,il me semble qu'a l'epoque,un forumiste du sud ouest dont le pseudo m'echappe pour le moment,et qui sait tout sur les equipes de France jeunes,avait fait rmarquer que les soeurs Kanor n'avaient pas ete retenues en selection.
Et pour ma part,mea culpa, lors de l'un des tous premiers matchs des jumelles en N1,j'avais dit a ma voisine,Francoise,pour ne pas la nommer,que je n'avais pas trop aime ce qu'elles nous montraient et que leur avenir pour etre pro me semblait plus qu'incertain!! Heureusement,je me suis trompe pour Orlane qui comme le dit son coach,fait des progres tous les jours ! Laura sera ,peut etre,plus tardive.
Tout cela pour dire que je suis sceptique sur le fait que 4 ,ou beaucoup de clubs ,etaient sur elle !
Par contre OUI,Messaoudi,le coach N1 et veritable tete chercheuse du club a le nez creux ,avec neanmoins l'avantage d'etre le talent scout du club le plus titre de France, ce qui,je le reconnais,est un gros avantage !!

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109972]

Alban70

Voir son profil

Activité : 2 / 5
485 messages postés


Posté le : 11/12/2018 à 18:05 (Lu 451 fois)
Répondre
Citer

Cher Papyhand, j'avais dû un peu trop fumer lorsque j'ai suivi de très près l'échec de Besançon à faire venir les soeurs. Ce que j'ai écrit est facile à vérifier.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109973]

PAPYHAND

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
5796 messages postés


Posté le : 11/12/2018 à 18:28 (Lu 435 fois)
Répondre
Citer

Citation : Alban70
Cher Papyhand, j'avais dû un peu trop fumer lorsque j'ai suivi de très près l'échec de Besançon à faire venir les soeurs. Ce que j'ai écrit est facile à vérifier.


Vous ne confondez pas avec les soeurs Etienne que peut etre votre ville a echoue a faire venir..... mais alors....la.... c'est encore plus ancien car j'etais encore jeune quand elles chantaient !!

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109976]

Jacky

Voir son profil

Activité : 2 / 5
274 messages postés


Posté le : 11/12/2018 à 20:11 (Lu 402 fois)
Répondre
Citer

Citation : PAPYHAND
Citation : Alban70

Vous ne confondez pas avec les soeurs Etienne que peut etre votre ville a echoue a faire venir..... mais alors....la.... c'est encore plus ancien car j'etais encore jeune quand elles chantaient !!


PRECISION pour les moins de 50 ans.
Les soeurs ETIENNE, étaient le pendant d'un autre duo de fort talent, PATRICE et MARIO (les années 50) L'une des soeurs avait épousé Marcel AMONT qui chantait avec son accent du sud ouest " Bleu, blanc, blond" repris en 1998 pour en faire un Black, Blanc, Beur. Souvenirs, souvenirs ...

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109978]

PAPYHAND

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
5796 messages postés


Posté le : 11/12/2018 à 20:28 (Lu 391 fois)
Répondre
Citer

Citation : Jacky
Citation : PAPYHAND
Citation : Alban70

Vous ne confondez pas avec les soeurs Etienne que peut etre votre ville a echoue a faire venir..... mais alors....la.... c'est encore plus ancien car j'etais encore jeune quand elles chantaient !!


PRECISION pour les moins de 50 ans.
Les soeurs ETIENNE, étaient le pendant d'un autre duo de fort talent, PATRICE et MARIO (les années 50) L'une des soeurs avait épousé Marcel AMONT qui chantait avec son accent du sud ouest " Bleu, blanc, blond" repris en 1998 pour en faire un Black, Blanc, Beur. Souvenirs, souvenirs ...


Ah...les souvenirs d'anciens combattants !!


Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109979]

FABRE 83000

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
5813 messages postés


Posté le : 11/12/2018 à 20:31 (Lu 387 fois)
Répondre
Citer

Citation : PAPYHAND
Citation : Jacky
Citation : PAPYHAND
Citation : Alban70

Vous ne confondez pas avec les soeurs Etienne que peut etre votre ville a echoue a faire venir..... mais alors....la.... c'est encore plus ancien car j'etais encore jeune quand elles chantaient !!


PRECISION pour les moins de 50 ans.
Les soeurs ETIENNE, étaient le pendant d'un autre duo de fort talent, PATRICE et MARIO (les années 50) L'une des soeurs avait épousé Marcel AMONT qui chantait avec son accent du sud ouest " Bleu, blanc, blond" repris en 1998 pour en faire un Black, Blanc, Beur. Souvenirs, souvenirs ...


Ah...les souvenirs d'anciens combattants !!



Et actuels courbatus ....!

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109984]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11304 messages postés


Posté le : 12/12/2018 à 10:15 (Lu 276 fois)
Répondre
Citer

rl du 12/12/2018

Euro féminin de handball : contre la Serbie, les Bleus vont savoir

C’est maintenant ! L’équipe de France peut remplir son premier objectif et rejoindre les demi-finales de l’Euro, à condition de battre la Serbie, déjà éliminée, ce mercredi à Nantes.

Dans le meilleur des scénarios, ce soir, Olivier Krumbholz ira « manger une entrecôte grosse comme ça », laissera ses joueuses se débrouiller seules face à la Serbie et fera « le buzz » avant de rejoindre Paris pour les demi-finales.

D’humeur taquine, le sélectionneur des Bleues s’est rêvé un moment de liberté, ce mercredi au c½ur de l’Euro… La France peut se qualifier sans jouer, si les résultats du Monténégro et de la Suède lui sont favorables. Mais rassurez-vous : le coach sera bien sur le banc à 21 h pour le choc face à la Serbie, à la Hall XXL de Nantes. Il ne croit que « très peu » à ce déroulé idéal et ne regardera probablement même pas les rencontres. « Garder un ½il là-dessus serait le pire des dangers. Une qualification ne tombe pas comme ça, il faut aller la chercher », insiste-t-il.
« L’envie, la rage doivent être de notre côté »

Et les Bleues y sont enfin, à l’instant de vérité, le tournant de leur Euro. Elles doivent écarter les Serbes d’Andrea Lekic pour voir Bercy et rêver d’un triomphe à domicile, un an après avoir mis le monde à leurs pieds. L’exploit serait exceptionnel. Il faudra d’abord franchir l’écueil balkanique. « Elles arrivent sûres d’elle et de leurs qualités, elles sont très fières et peuvent nous bousculer », prévient la capitaine Siraba Dembélé. « Elles sont déjà éliminées mais elles ne vont pas nous donner le match », ajoute la gardienne Laura Glauser.

« J’ai la conviction qu’elles vont jouer à fond », confirme le sélectionneur. « Elles vont jeter toutes leurs forces dans la bataille. Mais on ne va pas se mentir, l’envie, la rage doivent être de notre côté. On joue pour se qualifier, elles pour bien finir. »

Au-delà des motivations et de la qualité de cette Serbie « aux multiples visages », les championnes du monde penseront surtout à elles et à l’incroyable potentiel qu’elles n’ont pas toujours exploité contre la Suède dimanche. « On a moins bien joué, il faut l’accepter. Mais on ne doute pas », assure Siraba Dembélé.

« On a identifié certains maux. L’essentiel, maintenant, c’est de retrouver l’aisance des matches précédents », reprend Olivier Krumbholz. À l’exception d’Orlane Kanor, la prestation offensive avait été « largement insuffisante ». Mais comme souvent chez les Bleues, tout part de la défense. « C’est là qu’on a dévissé en premier. On a manqué d’audace, de profondeur. On s’est tassé. Or, l’équipe de France fait peur par cette capacité à avoir une grosse défense. »

Si elle retrouve sa force éternelle, elle aura déjà fait un grand pas vers les demi-finales. « Il nous faut un juste mélange de rigueur, de discipline et de malice. Les Serbes, elles, n’en manqueront pas », conclut le sélectionneur.



Les Bleues qualifiées si…

- Elles gagnent ou font match nul contre la Serbie.

- Le Monténégro fait match nul contre le Danemark.

- Le Monténégro perd contre le Danemark et la Suède perd contre la Russie.

Dans tous les cas, la France ne terminerait que deuxième du groupe, derrière la Russie.

À Nantes, Laura MAURICE

Niombla a eu « un choc » quand elle a été rappelée chez les Bleus


Nous suivre
dp73 S'abonner Johnny, 1 an déjà
Notre hors-série encore dispo !
Edition de Metz
Championnat d’Europe féminin Handball : Niombla a eu « un choc » quand elle a été rappelée chez les Bleus

Vu 33 fois
Le 12/12/2018 à 05:00

À peine rappelée chez les Bleues, Gnonsiane Niombla va jouer dès ce mercredi contre la Serbie. Photo AFP/Lise ASERUD
Photo HD
À peine rappelée chez les Bleues, Gnonsiane Niombla va jouer dès ce mercredi contre la Serbie. Photo AFP/Lise ASERUD

REAGIR

Rappelée en équipe de France lundi, Gnonsiane Niombla fait ses débuts dans l’Euro, ce mercredi. L’arrière messine, revancharde, revient sur quinze jours « difficiles ».

Comment avez-vous vécu ces quinze derniers jours ? Aviez-vous l’espoir d’être rappelée ?

« Sincèrement non. Pour moi, l’Euro était fini. J’avais tourné la page et j’ai été agréablement surprise par cet appel. Je n’aurais pas pu refuser une sélection, même si après avoir été évincée, je m’étais dit que je ne reviendrai plus. C’est toujours difficile d’être éjectée, surtout avant une compétition à la maison, qu’on attend depuis longtemps. Mais c’est le sport qui veut ça, il y a des émotions, des déceptions. »

C’est difficile de redevenir conquérante après la désillusion ?

« C’est juste une prise de conscience. Il faut se dire : le sélectionneur a choisi. Et après, repartir parce qu’il y a aussi le club, les vacances, la vie… Quand Olivier m’a rappelée, ça a été un choc. Mais je n’ai pas plus de pression que cela. Aujourd’hui, je suis très heureuse d’être là, très concernée. C’est une chance inouïe de pouvoir disputer ce petit quart de finale avec la France. Je vais tout donner pour être performante dès maintenant. »

Dans quel état de forme êtes-vous ?

« Je ne dirais pas que je suis en pleine confiance mais je n’ai jamais arrêté de m’entraîner, je ne pense pas être en manque de rythme. Je me sens bien. Je pense pouvoir apporter mes qualités de débordement, de passe. Je veux juste la gagne. »

Êtes-vous revancharde ?

« Oui, forcément, j’ai envie de prouver que j’avais ma place depuis le début, que le sélectionneur a eu tort. Mais attention, ce n’est pas un combat contre Olivier, c’est un combat pour lui, pour les filles, pour moi, pour aller battre la Serbie et, plus tard, d’autres équipes. Ce petit pic ne peut que m’aider. »

La. M.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [109985]

beillitse

Voir son profil

Activité : 2.5 / 5
843 messages postés


Posté le : 12/12/2018 à 10:19 (Lu 273 fois)
Répondre
Citer






Re: Revue de Presse 2016 - 2018

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11304 messages postés


Posté le : 13/12/2018 à 08:40 (Lu 149 fois)
Répondre
Citer

rl du 13/12/2018

L’équipe de France en demi-finale de son Euro

L’équipe de France féminine de handball s’est qualifiée pour les demi-finales de son Euro, mecredi à Nantes, après une victoire éclatante contre la Serbie (38-28). Les Bleues affronteront les Pays-Bas vendredi (21h) à l’AccorHotels Arena de Paris.

France : le début du rêve à l’Euro de handball
Les Bleues en ont rêvé. Après avoir ébloui face à la Serbie, ce mercredi à Nantes (38-28), elles disputeront la phase finale de leur Euro, à domicile, dans le mythique Bercy.

La scène qu’elles vivront peut-être dimanche, les Bleues l’ont imaginée cent fois. La ferveur de Bercy, les frissons et l’histoire du handball à écrire, devant 15 000 supporters… Peut-être Olivier Krumbholz y pensait-il aussi quand il a fermé les yeux pour entonner la Marseillaise, ce mercredi à la Hall XXL de Nantes. Ses joueuses, elles, ont chanté toute leur rage et ce matin, elles peuvent vraiment s’y voir. Elles se sont offert ce privilège hier au terme d’une démonstration magnifique devant la Serbie (38-28).

Les voilà à Paris, avec cette folle perspective : offrir au handball féminin français son premier titre continental, un an après leur sacre mondial, deux après celui des garçons, à Bercy déjà. Ces garçons qui gagnent tout, depuis longtemps, et qu’elles rattrapent peu à peu. Demain, les Françaises joueront leur quatrième demi-finale en quatre compétitions… Un nouveau record.
PUBLICITÉ
inRead invented by Teads

Elles ne le doivent qu’à elles-mêmes puisque la Russie, juste avant, avait entretenu l’espoir d’une qualification suédoise. Tant mieux, les joueuses d’Olivier Krumbholz voulaient de toute façon jouer ce petit quart de finale, avec tout ce qu’il réservait d’enjeu et de palpitations. C’était le premier moment fort de leur Euro, le premier jour du reste de leur aventure. « L’histoire de l’équipe de France ne s’est jamais faite dans la facilité. Avec nous, il faut savoir tenir ses nerfs », sourit Allison Pineau. « On ne nous a jamais rien donné et on avait envie d’aller chercher cette place en demi-finale. »

Estelle Nze Minko, brillante (9/12), a porté les promesses d’une victoire, avec cinq réalisations en un petit quart d’heure (9-8). Puis le coach a fait entrer Laura Glauser et la gardienne messine a confirmé un pressentiment : les Bleues ne s’arrêteraient pas là. Alexandra Lacrabère (4/4) et Manon Houette (7/9) ont été meilleures qu’elles ne l’avaient encore jamais été dans cet Euro et alors, il n’y avait plus aucun doute (12-13, 23e ; 18-14, 30e ). Il y avait bien trop d’envie et de talent dans cette équipe pour une Serbie déjà éliminée. « Je crois que l’équipe de France n’a jamais aussi bien joué en attaque », savoure Béatrice Edwige.
Le sourire de Niombla

L’affaire semblait entendue quand Gnonsiane Niombla est entrée en piste. Evincée il y a deux semaines, éc½urée, puis rappelée lundi, l’arrière gauche a inscrit un but incroyable et son sourire a contaminé toutes ses copines. Le coup de grâce. En un clin d’½il, la France s’est envolée vers Paris (21-15, 35e ; 26-16, 39e ; 23-33, 54e ; 27-38, 59e ), record de buts dans un Euro à la clé… La suite n’a été qu’une longue communion avec les 8 000 spectateurs nantais qui, pendant une semaine, ont illustré la nouvelle dimension de cette équipe de France.

Le rêve ne fait que commencer. Au c½ur de cet Euro qui les a vues tant briller, les Bleues en sont persuadées ce matin : elles ne peuvent pas s’arrêter là… « Une page se ferme, on est là où on voulait être », conclut Pineau. « Maintenant, on ne va pas se cacher. On est chez nous, on va aller chercher le titre. Forcément. »

À Nantes, Laura MAURICE

France - Pays-Bas : les retrouvailles

Les Bleues affronteront les Pays-Bas en demi-finale de l’Euro, vendredi (21h) à Bercy. La formation oranje est sortie en tête du groupe II, après sa victoire sur l’Allemagne hier (27-21). Impressionnante depuis le début de l’Euro, elle n’a concédé qu’une défaite en six matches. La France avait éliminé les Néerlandaises aux portes de la finale des JO de Rio, il y a deux ans, au terme d’un match épique.
La Norvège éliminée

Les doubles tenantes du titre ont livré deux impressionnantes démonstrations pour finir leur tour principal à Nancy. Cela n’a pas suffi. La victoire des Pays-Bas hier l’a définitivement mis hors course. En onze championnats d’Europe, elle n’avait manqué qu’une fois le dernier carré. C’était en 2000.

Krumbholz : « On va travailler plus que de raison »

Olivier Krumbholz, vous avez vécu une soirée idéale ?

« Ça a été une journée très particulière… On a préservé les joueuses des matches précédents mais je les ai suivis et quand j’ai vu la défaite du Monténégro, j’ai cru qu’on était quasiment en demi-finales. Et puis, la Suède nous a remis la pression. Mais je pense qu’on était prêt pour ce match. On est resté stable quand elles se sont accrochées. Et après, on a été brillant. Maintenant, on a un week-end parisien en perspective. »

Que retenez-vous de cette rencontre ?

« J’ai plein d’images positives en tête. D’abord, individuellement, on a eu des joueuses brillantes. Pas une, mais cinq, voire dix. Les buts de Pauline Coatanéa, d’Estelle Nze Minko, Laura Glauser dans les cages, le passage de Laura Flippes au poste d’arrière droit… Tout a bien fonctionné. On a perdu peu de ballons, on a fait preuve d’aisance, on a réussi des montées de balle extraordinaires. On sent que le physique de l’équipe de France prend le dessus sur les autres adversaires. »

Que ressentez-vous maintenant que la qualification est acquise ?

« Pour le coach, c’est bien sûr un grand soulagement. En tant qu’entraîneur, on pense toujours qu’on a déjà une bonne part quand on arrive en demie. C’est beaucoup pour elles, pour les joueuses, maintenant. On va les accompagner, on va travailler plus de raison. »

Vous aviez dit que l’aventure serait « déjà belle » si la France allait à Bercy. Vous n’allez pas vous en contenter ?

« Vu l’énergie qu’il y a dans cette équipe, on peut effectivement garder de l’ambition. Sur ce dernier week-end, il n’y aura pas la Norvège, qui remontait fort. Ça laisse des ouvertures pour les quatre équipes. »

La. M.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [110007]

beillitse

Voir son profil

Activité : 2.5 / 5
843 messages postés


Posté le : 13/12/2018 à 11:40 (Lu 103 fois)
Répondre
Citer




Pages:  << [31-40] 41 42 43 44 45 46 47

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Ajouter une réponse

Vous écrivez en tant que :  Login :   Password :
Titre de votre message :
Corps de votre message :

 [citation] [image]

 [gras] [italique] [souligné]
 [barré] [exposant] [indice]
 [grandir] [reduire] [code]

 [noir]
 [rouge] [violet] [bleu] [vert]

   Prévisualiser le message

12345678910
AA1A2A3A4A5A6A7A8A9A10
BB1B2B3B4B5B6B7B8B9B10
CC1C2C3C4C5C6C7C8C9C10
DD1D2D3D4D5D6D7D8D9D10
EE1E2E3E4E5E6E7E8E9E10
FF1F2F3F4F5F6F7F8F9F10
GG1G2G3G4G5G6G7G8G9G10
HH1H2H3H4H5H6H7H8H9H10
II1I2I3I4I5I6I7I8I9I10
JJ1J2J3J4J5J6J7J8J9J10
KK1K2K3K4K5K6K7K8

Valider

Obtenez votre forum Aztek sur http://www.forum-aztek.com - Administration - MyStats
Aztek Forum V4.00 Copyright (C) 2003 - Liens - Page générée en 0.0951 seconde avec 12 requêtes