Forum des Handiablées

Bienvenue sur le forum des supporters de l'équipe féminine de Metz Handball

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Pages:  << [21-30] 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 [41-43] >>

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [107754]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 29/08/2018 à 10:47 (Lu 2623 fois)
Répondre
Citer

rl du 29/08/2018

Metz Handball n’a plus de marge
Les Messines, dont l’hégémonie est contestée par des rivaux aux dents longues, entament leur championnat face à Toulon, l’un des outsiders, ce mercredi soir aux Arènes (20h30).

Metz saura-t-il rester maître d’un championnat qu’il domine depuis vingt-cinq ans ? Pourra-t-il retarder l’ascension de Brest et Nantes ? Seul l’épilogue de la saison, le 19 mai prochain, semble en mesure de tuer le suspense. Mais le défi, immense, commence aujourd’hui.

Au cours d’une longue saison, que l’on imagine étourdissante, jalonnée de coups d’éclat et de rebondissements, le triple champion de France devra défendre une couronne de plus en plus convoitée. Et reconstruire un groupe, une identité, après « les bouleversements » estivaux de l’effectif. « On essaie de s’offrir un maximum de réponses tous les jours. Les filles m’ont aidé à en trouver certaines, d’autres sont encore en suspens », résume Emmanuel Mayonnade.
« Avoir du caractère »

Le technicien s’est attaché, depuis la reprise il y a six semaines, à définir des solutions et un rôle à chacune. À tirer le meilleur d’un groupe remodelé. Le Metz d’aujourd’hui grandit autour de l’expérience de Gnonsiane Niombla, de la fiabilité d’Ivana Kapitanovic, de l’autorité d’Astride N’Gouan. Et marche dans les pas des cadres d’hier, Béatrice Edwige, Grace Zaadi et Xenia Smits, en attendant la confirmation d’Aleksandra Zych. « Cette équipe est sympa, dynamique, bien équilibrée, remplie de compétences, ambitieuse. Elle devra avoir du caractère. »

Il en faudra pour protéger l’hégémonie messine face à une concurrence exacerbée. « On s’apprête à vivre notre championnat le plus serré », prévient le président Thierry Weizman. « Il y a des équipes bien mieux pourvues que nous alors, on verra… On va essayer de travailler un peu plus que les autres, compter sur l’équipe plutôt que sur une star. Je fais confiance aussi à l’intelligence et la malice de mon entraîneur. » L’opposition tactique avec les Nantaises de Frédéric Bougeant, de retour en France, devrait être un sommet du genre, le 21 septembre.

Metz espère y arriver avec un statut de leader et une confiance intacts. Cela passe, bien sûr, par une victoire contre l’outsider toulonnais, ce mercredi en ouverture du championnat. « J’attends de nous qu’on s’amuse d’abord, et qu’on mette les ingrédients qui nous permettront d’exister au-delà de cette seule rencontre », anticipe Emmanuel Mayonnade. « C’est l’opportunité de marquer des points et de montrer l’état d’esprit qui correspond à nos ambitions. » En attendant la suite…


LES ÉQUIPES

METZ – Gardiennes de but : Glauser (1), Kapitanovic (12). Joueuses de champ : Edwige (3), Zaadi (7), Flippes (8), N’Gouan (9), Nocandy (10), Houette (11), Kanor (17), Zych (18), Smits (22), Maubon (27), Niombla (29), Luciano (30). Entraîneur : Emmanuel Mayonnade.

TOULON – Gardiennes de but : Depuiset (1), Jankovic (23). Joueuses de champ : Rittore (3), Julien (6), Kramer (7), E. Puleri (10), L. Puleri (14), Landre (15), Serdarevic (16), Dembélé (17), Catani (23), Abdourahim (24), Sajka (25), Jurisic (27), Zazai (31). Entraîneur : Sandor Rac.

À suivre en direct commenté dès 20h15 sur www.republicain-lorrain.fr

Laura MAURICE

Sandor Rac : « Si Metz fait un faux pas, on tentera d’en profiter »
Sandor Rac, l'entraîneur de Toulon, se confie avant les retrouvailles avec Metz ce mercredi
Sandor Rac, vous avez retrouvé le championnat de France en décembre dernier. Comment abordez-vous cette deuxième saison à la tête de Toulon ?

« Je suis ravi d’être de retour après trois ans d’absence et de jouer un championnat aussi dense. À mes yeux, il s’agit aujourd’hui du plus fort d’Europe, avec la Hongrie peut-être. C’est passionnant. »

Vous avez été cinq fois champion avec Metz. Qui est votre favori cette année ?

« Je ne peux pas parler de favori. J’ai vu la préparation des Messines, elles sont fortes, comme d’habitude. Mais Brest est une grande équipe. Et avec Nantes ou Fleury, il y a sept ou huit équipes qui peuvent se rapprocher du titre, je pense. Mais la gagne est une tradition ici à Metz. Ce club a les moyens de surmonter le départ d’Ana Gros. Je pense qu’il va prendre l’un des deux titres (championnat ou Coupe de France) mais je ne sais pas lequel ! »

Vous retrouvez Metz, après la lourde défaite subie en amical début août… Ce ne sera pas le même match !

« Non, parce qu’on sera au complet. On avait des blessées, qui sont revenues. On a fait une bonne préparation, huit matches amicaux au total et tous les autres résultats ont été plutôt positifs. Pour nous, ce déplacement est très important, c’est la prolongation de notre préparation. Mais je suis entraîneur et vous le savez bien à Metz, je joue chaque match pour le gagner. Emmanuel Mayonnade a la meilleure équipe mais si elle fait un faux pas, on tentera d’en profiter. Même si notre chance est vraiment minime… »

Avec deux championnes du monde à Toulon, quelles seront vos ambitions cette saison ?

« Dans l’effectif, on a sept joueuses d’expérience et sept jeunes. L’objectif est simplement de faire mieux que la saison dernière (Toulon avait terminé 9e ). On ne sait jamais comment le championnat peut se dérouler mais je suis optimiste. »

La. M.

(Billet d'humeur) Un scrutin à l’applaudimètre

Le petit monde de la Ligue féminine a été reçu en grande pompe, lundi à la Maison du handball, en région parisienne. Le point d’orgue de cette « conférence de rentrée » ? La remise des trophées All-Star, récompensant les meilleures joueuses de la saison passée. Tapis rouge, discours des lauréates, séances photo : la LFH avait vu grand… Mais la cérémonie s’est conclue par l’incongru double oscar attribué au Messin Emmanuel Mayonnade et au Brestois Laurent Bezeau pour le titre de meilleur entraîneur de l’année. Moment de flottement puis incompréhension dans l’assemblée. Au-delà des résultats sportifs de chacun et des critères objectifs, quelle est la probabilité d’une égalité parfaite sur les 110 000 votes récoltés en ligne ?

Auparavant, Allison Pineau, absente tout l’automne, avait raflé le trophée de meilleure défenseur à Béatrice Edwige… Finalement, peut-être faut-il voir ces All-Star pour ce qu’ils sont : un sondage internet qui récompense davantage l’activité des communautés de supporters qu’il ne valorise les performances.

La. M.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [107784]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 30/08/2018 à 10:50 (Lu 2432 fois)
Répondre
Citer

RL DU 30/08/2018

Metz Handball débute sa saison avec une victoire
Metz n’a pas changé ses bonnes habitudes : grâce à une superbe entame, le champion de France en titre a surclassé un Toulon décevant et parfaitement lancé sa saison (28-20), ce mercredi soir aux Arènes.

L’entame était presque trop belle… Face à Toulon hier soir, en ouverture du championnat, cette équipe messine a d’abord été épatante. De fluidité, de rapidité, de maîtrise. Difficile, alors, d’imaginer les bouleversements que vient de vivre cet effectif, ni son manque de vécu (4-2, 6e ; 8-2, 11e ). Metz était beau à voir. Le public se régalait des parades d’Ivana Kapitanovic, la belle pioche de l’intersaison, des inspirations de Xenia Smits ou de la détermination de Manon Houette. Et dans le même temps, une autre « équipe type » – Niombla, N’Gouan, Luciano, Glauser – patientait sur le banc…
Des solutions à foison

L’opération séduction a duré une dizaine de minutes. Et puis, les partenaires de Grace Zaadi ont perdu le fil offensivement. Un passage à vide qui s’explique peut-être aussi par la faible opposition toulonnaise. Et qui ne portait finalement pas à conséquences (9-6, 21e ).

Dans la foulée, Méline Nocandy a surgi. Orlane Kanor l’a suivie. Et les deux jeunes promesses du club, néo-professionnelles, ont inscrit trois buts magnifiques et confirmé la première impression laissée par ce nouveau Metz (14-7, 28e ). C’est l’une des certitudes messines à l’aube de cette saison : ces deux phénomènes n’ont pas fini de surprendre.

La victoire tranquille (17-11, 36e ; 24-17, 53e ; 27-18, 59e ) décrochée ce mercredi a apporté d’autres enseignements. « Je n’ai pas aimé notre organisation offensive, on a beaucoup trop dribblé. Dans les contenus, il y a des choses à faire, à refaire, à revoir. On a du travail », résume Emmanuel Mayonnade, le technicien messin.

Son collectif n’a pas été parfait, il se cherche encore des repères. Il n’a pas toujours évolué au niveau attendu et devra continuer à construire sa nouvelle identité. Mais face à la montée en puissance de ses plus grands rivaux, il a décidément tout pour rester le patron. La forme actuelle de certaines joueuses est prometteuse. Les premiers pas d’Ivana Kapitanovic sont emballants. Et la multitude de solutions à disposition d’Emmanuel Mayonnade, en attaque comme en défense, constitue la vraie bonne nouvelle de cette fin d’été.

« Il y a plein de binômes, plein de combinaisons possibles. C’est vraiment très intéressant. Et on arrive à garder une vraie stabilité dans toutes ces rotations », retient Orlane Kanor. Finalement, oui, cette équipe est belle à voir.


Laura MAURICE

le top Houette, le flop Zych

Manon Houette : 9/10

C’est simple, l’ailière gauche championne du monde n’a rien raté ce mercredi soir avec un délicieux 8/8 sur la feuille de stats dont deux jet de 7 mètres toujours plein de sang-froid. Elle a aussi chipé quelques précieux ballons pour partir en contre-attaque, comme elle adore le faire. Ultra précieuse.
Ivana Kapitanovic : 8/10

La nouvelle gardienne de Metz est déjà adoptée par le public des Arènes qui a scandé son nom à plusieurs reprises. Elle a dégoûté Toulon avec ses 12 parades avant de laisser sa place sur la fin à Laura Glauser. Le duo semble prometteur.

Orlane Kanor : 7/10

Elle impressionne toujours autant quand elle arrive lancée. Son bras, puissant, a encore fait des ravages. Difficile à arrêter.

Aleksandra Zych : 3/10

« Elle a besoin de travailler, il faudra trois ou quatre mois avant de tirer des conclusions », avait prévenu le président messin Thierry Weizman lors de la remise des trophées de LFH lundi. Ce mercredi, la recrue polonaise n’a pas donné satisfaction dans le jeu et dans ses intentions. Il faudra lui laisser du temps…

Le collectif toulonnais : 4/10

C’était un petit Toulon hier soir. Emmenée par sa championne du monde Siraba Dembélé (heureusement) et l’ancienne de la maison Marie-Hélène Sajka, l’équipe de Sandor Rac n’a pas vraiment séduit dans son ensemble, perdant notamment de trop nombreux ballons.


Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [107822]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 31/08/2018 à 10:00 (Lu 2305 fois)
Répondre
Citer

rl du 31/08/2018

"C’était génial"

J’ai l’impression d’être là depuis de longues années Ivana Kapitanovic gardienne de Metz Handball

« C’était génial ! Pour mon premier match officiel, j’ai adoré cette salle, ce public, notre défense était bonne. Cela fait vraiment plaisir de faire partie de Metz Handball, tout le monde a été si gentil avec moi depuis mon arrivée. C’est facile de s’adapter ici, tout le monde est content que je sois ici, j’ai l’impression d’être là depuis de longues années, mais ça ne fait qu’un mois et demi ! »

Ana Gros a réussi ses débuts officiels avec Brest. L’arrière droit slovène a inscrit sept buts lors de la victoire des Bretonnes à Bourg-de-Péage, mercredi (19-32). Pour son retour en LFH, l’ancienne Messine Lara Gonzalez Ortega (3/7 et 3 passes décisives), recrue de Besançon, a elle aussi gagné à l’extérieur (21-27 à Dijon). Avec son 11/17 (dont 4/5 penaltys) contre Fleury-les-Aubrais, Tamara Horacek (Paris) est la meilleure buteuse de la première journée. Elle a grandement contribué au succès des Parisiennes face à la nouvelle équipe d’Alexandra Lacrabère (26-22).

Si on veut parler des anciennes messines,Sladjana a marqué également 6 buts en jouant (ce qui a dû lui faire plaisir, contrairement à la saison passée plus de 50minutes)

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [107833]

nachadel

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
653 messages postés


Posté le : 31/08/2018 à 11:58 (Lu 2268 fois)
Répondre
Citer

je trouve un peu indecent de mettre une note a aleksandra.
tout le monde sait , enfin j'imagine, qu'elle ne sera jamais ana, elle vient d'un club du modeste championnat polonais. elle a besoin de beaucoup de travail pour parvenir au niveau de ses collegues.
et si tw et manu l'ont recrutée c'est qu'elle a un potentiel.
et elle le sait bien sur le terrain qu'elle n'est pas encore au niveau et elle joue avec 6 championnes du monde.
il faut arreter de lui mettre la tete sous l'eau.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [107848]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 31/08/2018 à 15:46 (Lu 2202 fois)
Répondre
Citer

rl du 31/08/2018

Ailly Luciano a toujours la même soif de titres

Ailly Luciano entame sa huitième saison sous le maillot de Metz. Avec toujours la même envie et des ambitions fortes pour l’ailière droit de 27 ans.

C omment va votre cheville ? « Cela va de mieux en mieux, j’ai encore des soins avec le kiné. Je suis restée deux semaines sans jouer. J’ai pu entrer deux fois dix minutes contre Toulon. »

Vous avez débuté par un large succès mercredi soir aux Arènes devant les Varoises (28-20). C’est un début de saison idéal ? « C’est toujours très important de commencer sur une bonne note. Tout le monde a pu jouer mercredi. Même si on gagne assez largement, il y a toujours des choses à revoir, des automatismes qui vont se faire petit à petit mais c’est déjà bien dans l’ensemble. »

Que retenez-vous de positif ? « Notre entame de match est intéressante. On fait la course devant pendant toute la rencontre, notre défense est bien en place et au niveau du jeu, on a quelques belles séquences. »
« À Metz, on aime gagner »

Vous êtes la plus ancienne de l’équipe ( l’ailière droit est arrivée au club en 2011 ) , comment abordez-vous cette nouvelle saison avec Metz ? « Comme avant chaque début de saison, avec de l’envie et de l’ambition. Des objectifs forts. Je pense que ce qui va se passer durant la saison dépendra de nous. Si on fait ce que l’on doit faire, on aura de belles récompenses. Bien sûr, je regarde les autres clubs qui se sont renforcés mais cela ne veut pas dire qu’ils vont forcément réussir. On ne parle pas beaucoup de Besançon cette année alors que le club a fini à une très belle 3e place l’an dernier. Il faut penser avant tout à nous. »

Comment trouvez-vous les quatre recrues (Niombla, N’Gouan, Kapitanovic, Zych ) ? « Je les aime bien, elles se sont bien intégrées. Depuis six semaines, elles apprenant à nous connaître et progressent petit à petit. Il faut leur laisser un peu de temps. Ce n’est jamais facile quand on est une joueuse étrangère d’intégrer une nouvelle équipe. Chacune apporte sa sauce et cette année, on jouera un peu différemment. »

De quoi rêvez-vous pour cette nouvelle saison, déjà votre huitième en Lorraine ? « Mes rêves n’ont pas changé par rapport à l’an passé. ll y a bien sûr ce Final Four en Ligue des Champions que j’aimerais connaître. Et puis remporter le championnat et la Coupe de France. À Metz, on aime gagner. »

Nicolas KIHL

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [107895]

crocogrenat

Voir son profil

crocogrenat

Activité : 2.5 / 5
1502 messages postés


Posté le : 02/09/2018 à 19:45 (Lu 2010 fois)
Répondre
Citer

Metz Handball voyage tranquillement

Très sérieuses, appliquées… et largement supérieures, les Messines ont plié la rencontre en un quart d’heure, ce samedi soir à Chambray. À l’exception des pivots, toutes les joueuses ont marqué.
VU 912 FOIS LE 02/09/2018 À 09:00
Dans la lignée de son match face à Toulon mercredi, l’ailière gauche Manon Houette a encore signé un sans-faute hier à Chambray : 10/10 dont 5/5 penaltys. Photo MAXPPP
Photo HD Dans la lignée de son match face à Toulon mercredi, l’ailière gauche Manon Houette a encore signé un sans-faute hier à Chambray : 10/10 dont 5/5 penaltys. Photo MAXPPP

Supérieures sur le papier, les Messines l’ont rapidement été sur le terrain, ce samedi à Chambray. Les joueuses d’Emmanuel Mayonnade ont fait la différence en un petit quart d’heure. Concentrées, appliquées, elles déroulaient leur jeu avec un froid réalisme.

Gnonsiane Niombla profitait la première des intervalles qui s’ouvraient devant elle (3-5). La capitaine Grace Zaadi la relayait (4-8, 9e ), en contre ou à 9 mètres, avant que Manon Houette (10/10) ne se lance dans son solo. Contres, jets de 7 mètres, tir au poste sur jeu rapide : l’ailière gauche messine mettait Chambray au tapis (5-13, 14e ).

Pleines de bonnes intentions en début de rencontre, les Chambraisiennes étaient dans les cordes. Pourtant, en défendant bien sur la première action et en comptant sur un jet de 7 mètres de Mouna Chebbah, le CTHB avait pris les commandes (1-0, 1re ). La seule fois de cette rencontre vite pliée.


Face à une défense lorraine appliquée et mieux armée physiquement, Chambray aura balbutié son handball pendant la quasi-totalité de la rencontre. Les ballons étaient cafouillés ou lâchés en route. Ivana Kapitanovic, dans les buts lorrains, prenait le dessus sur Szimonetta Planéta et, surtout, Marie François… Et comme ces erreurs se payaient cash à l’autre bout du terrain, les Tourangelles plongeaient mentalement et défensivement.

La belle série de Glauser
Un léger sursaut au quart d’heure de jeu, après un premier temps mort, leur permettait d’être un brin moins friables. Mais cela ne faisait pas long feu. D’autant que dépassées, les Chambraisiennes étaient sanctionnées d’une pluie d’exclusions temporaires. Le champion de France en titre déroulait donc sereinement son jeu jusqu’à la pause (9-21).

Presque assurées d’un deuxième succès en quatre jours, les Messines traversaient la seconde période sérieusement : sans rien lâcher, mais sans forcer non plus.

En faisant jouer deux pivots, en comptant sur la bonne entrée de Kamilla Kantor dans le but et en retrouvant une Mouna Chebbah inspirée, Chambray faisait jeu égal pendant une dizaine de minutes (13-25, 40e ). Mais un coup d’accélérateur de Grace Zaadi et la série de parades de Laura Glauser creusaient un peu plus l’écart (16-32, 52e ).

La fin de rencontre était définitivement anecdotique et Emmanuel Mayonnade en profitait pour travailler tactiquement. Score final : 22-39.

--------------------------------
“ Metz Handball à la fois étendard, fleuron et patrimoine reconnu de sa région" ( Handaction mai 2014 )

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [107913]

Seb75

Voir son profil

Activité : 2 / 5
527 messages postés


Posté le : 05/09/2018 à 13:44 (Lu 1762 fois)
Répondre
Citer

http://m.leparisien.fr/sports/ile-de-france/handball-paris-92-trouve-la-note-du-psg-trop-salee-04-09-2018-7876221.php

C'est vraiment mesquin de la part du PSG.

--------------------------------
Quel pays votre billet en euro a visité http://www.eurobilltracker.com/?referer=144361

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [107949]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 09/09/2018 à 10:52 (Lu 1529 fois)
Répondre
Citer

Juste une petite brève perso: je n'ai pu mettre les articles cette semaine, je me suis fais voler dans le coffre de la voiture mon ordi en me rendant sur mon lieu de vacances, et avec le téléphone ce n'est pas pratique.

rl du 09/09/2018

Metz en toute logique

Le 6 janvier dernier à Vercors, alors qu’elles découvraient ce niveau, les promues péageoises, battues 26-32, avaient été tout sauf ridicules face aux ogres messines. Hier, elles voulaient faire honneur aux caméras télévisuelles et à leur public face à des Dragonnes désireuses de rester au contact des Brestoises vainqueurs à Paris (25-36) en match avancé, malgré un complexe Vercors n’ayant curieusement pas fait le plein.

Les Péageoises connaissaient le deal : tout donner en défense et connaître une réussite maximale en attaque. Cela faisait beaucoup mais les partenaires de Lombardo, profitant des contres s’offrant d’entrée à elles et malgré l’efficacité inaugurale de l’internationale allemande Smits, prenaient la tête (6-4, 7e ). Maubon et Zych faisaient retomber l’euphorie (7-8, 11e ) alors que Glauser dans ses cages haussait le ton. Falcon n’était pas en reste détournant un penalty de Houette.

Mais Metz, mieux en place en défense, resserrait les boulons pour punir chaque imprécision et perte de balle des locales (8-15, 19e ) alors en sur-régime. Janjic stoppait enfin une série de sept buts encaissés mais preuve que les Mosellanes n’allaient plus négliger aucun détail, Edwige n’hésitait pas à elle-même essuyer le terrain. Et en dépit d’un but de Champion et un penalty d’Hansen, l’écart au repos se montait à dix unités (11-21).

Metz perd la deuxième mi-temps

Comment allaient réagir les Péageoises à la reprise ? Avec un but chanceux de Turpin entre les jambes de Kapitanovic et un superbe arrêt de Carretero devant Houette. Idéal pour réveiller le public (15-23, 38e ). Turpin et Houette touchaient tour à tour les montants. Un subtil lob de Praly répondait à un doublé de la capitaine Zaadi. Les Péageoises étaient bien revenues dans le match (21-28, 48e ). Revenu à six points (23-29), le BDPDHB entretenait le suspense pour finalement s’incliner 34-27 mais les Messines devront se méfier. Dominées, elles ont perdu la deuxième mi-temps 16 à 13.

le drôle de réveil des Messines

Mais que fait Gnonsiane Niombla ? L’internationale française de Metz s’est prêtée, avec ses coéquipières, à une série de jeux, hier à l’heure du réveil musculaire. Avant la rencontre à Bourg-de-Péage, sur la pelouse de leur hôtel, les joueuses d’Emmanuel Mayonnade se sont affrontées sur des exercices inattendus : parcourir une distance donnée, par deux, avec un ballon de baudruche collé au front, se déplacer avec un verre entre les dents… L’équipe « Alpha », composée notamment de Zaadi, Edwige, Niombla et Nocandy, s’est imposée !

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [108008]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 13/09/2018 à 15:55 (Lu 1379 fois)
Répondre
Citer

rl du 13/09/2018

Metz Handball en mode machine contre Dijon
Quatre à la suite pour Metz en championnat qui a détruit (40-23) Dijon ce mercredi soir au complexe Saint-Symphorien. Important avant de se rendre à Paris pour son premier test dimanche.

Emmanuel Mayonnade appréciera. L’entraîneur messin moyennement satisfait de la dernière sortie de ses joueuses à Bourg-de-Péage attendait une réaction ce mercredi soir. Metz n’a pas brillé de mille feux mais a répondu à la demande de son entraîneur qui voulait retrouver la manière égarée dans la Drôme.

Cette quatrième victoire (40-23) de la saison a été solidement construite devant Dijon. Et Metz ne s’est pas économisé pour y parvenir lors d’une semaine où il rendra visite au Paris 92 dimanche pour un premier test grandeur nature. « On a montré un beau visage mais je trouve qu’on s’est un peu trop excité sur le match à Bourg-de-Péage, relève l’ailière Marion Maubon. On joue une bonne première période et une seconde plutôt mauvaise, ça arrive. On a très bien défendu ce soir et on leur a fait du mal sur nos attaques sur grands espaces. Notre attitude était parfaite ».

D’abord un brin chahuté par un Dijon accrocheur et rentre-dedans (1-3, 5e ), il a fallu attendre cette dixième minute de jeu pour que le champion de France prenne pour la première fois les devants dans la partie (4-3) et ne plus jamais être inquiété par son adversaire du soir. Ce ne fut pas ultra brillant mais d’une efficacité diabolique. Metz s’est d’abord attaché à user les Dijonnaises (6-3, 11e ; 12-7, 20e ) pour en récolter les fruits après la pause (17-11 à la mi-temps). La suite ? Un cavalier seul des Mosellanes qui s’appliquaient à faire gonfler le tableau d’affichage d’un complexe Saint-Symphorien bien rempli dans la touffeur de la fin de l’été.
Maréchal : « C’est trop fort en face »

Après une prestation encore remarquable de sa gardienne croate Ivana Kapitanovic, Laura Glauser prenait sereinement sa place pour assister au jeu sur grand espace bien huilé de son équipe et commander une défense encore un peu plus agressive et gobeuse de ballons (23-14, 35e ). Metz passait ainsi un expéditif 12-4 à son hôte du soir qui ne s’en relèvera jamais (34-19, 48e ). Les rotations se succédaient pour le plus grand mal des joueuses de Christophe Maréchal, sans réponse face à la puissance déployée par Xenia Smits et ses partenaires. L’arrière allemande s’est particulièrement bien trouvée avec son pivot Astride N’Gouan. « On commence à avoir de bons enchaînements, apprécie l’aillière Ailly Luciano. Notre travail commence à prendre forme. » Dijon perdait son hand et de trop nombreuses balles. « J’ai une équipe jeune qui n’a pas pu tenir la comparaison car c’est trop fort en face ». Le coach dijonnais était implacable sur son constat.

Metz va maintenant penser à son voyage qui l’emmène défier ce dimanche le Paris 92. Sereinement.


Nicolas KIHL


Re: Revue de Presse 2016 - 2018

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 13/09/2018 à 15:59 (Lu 1376 fois)
Répondre
Citer

et encore

« Une belle prestation »

Ailly Luciano, aillière droit de Metz : « On a beaucoup marqué et peu encaissé de buts. C’est une belle prestation de notre part. On a montré un autre visage que face à Bourg-de-Péage, on a retrouvé la manière. On s’améliore même s’il reste encore des détails à régler. Notre début de championnat nous apporte une belle confiance avant ce déplacement à Paris où on nous attend… »

Marion Maubon, aillière gauche de Metz : « C’était important de gagner avec la manière ce soir. Il faudra user physiquement Paris dimanche car elles ont beaucoup joué ces deux dernières semaines. »


Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [108036]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 15/09/2018 à 09:39 (Lu 1221 fois)
Répondre
Citer

rl du 14/08/2018

la Néerlandaise Sharon Nooitmeer va jouer des coudes avec la réserve de Metz Handball
Un nouveau pivot est venu renforcer le groupe de Nationale 1 cet été. La Néerlandaise Sharon Nooitmeer arrive avec de fortes ambitions à Metz. Présentation avec son entraîneur, Yacine Messaoudi.

Son profil

« C’est une joueuse qui n’a pas de gros points forts mais pas de points faibles non plus. Elle a une marge de progression intéressante, elle est très motivée, elle a le respect de l’institution. Elle est venue avec beaucoup d’humilité, elle est très à l’écoute. Et ça, je pense que c’est son argument numéro un. C’est un pivot de taille moyenne, bien mobile, capable de s’adapter à différentes formes de jeu, de gagner une position. Elle peut s’adapter à différentes formes de jeu. »
Sa marge de progression

« À partir du moment où elle aura bien compris le projet de jeu car la langue est souvent un frein au début, je pense que ce sera plus facile. Il faut toujours un temps d’adaptation nécessaire. En défense et en terme de densité physique, elle peut encore progresser. Et puis tactiquement aussi. Elle est intéressante dans le duel avec la gardienne, elle a une belle prise de balle. »
Son recrutement

« Ailly ( Luciano ) a été un élément fondamental dans l’arrivée de Sharon. Elle a contacté Manu ( Mayonnade ) pour lui demander si on avait de la place. Manu voulait un n°3 sur le poste là. Elle a réussi des essais concluants. Dans un club comme le nôtre qui a l’habitude de jouer tous les trois jours, avec un calendier chargé, c’est bien de posséder un profil comme celui de Sharon. L’idée, avec notre centre de formation, c’est d’être en capacité de répondre à n’importe quel manque dans l’équipe première. C’est un bon recrutement car même si on a deux pivots dans le collectif du centre de formation, ça peut être une chance pour créer une émulation. On a du choix, c’est positif. »

Le programme de la 1re journée en N1(F)

Le calendrier de Metz HB (2)

Le point

Arrivées : Julie Le Blévec (Bouc Beller, N1F) Léa Ballureau (Montigny, N2F) Aaricia Smits (Trèves, Allemagne) Sharon Noitmeer (Dalfsen, Pays-Bas).

Départs : Ornella Dos Reis (Sambre Avenois, D2F) Ophélie Tonds (Plan-de-Cuques, D2F) Charlène Ndzengani (Gabon) Joy Wirtz (Stuttgart, Allemagne) Lilou Begon (Fleury-lès-Aubrais, N1F).

Effectif :Gardiennes de but : Laura Portes, Manuella Dos Reis. Joueuses de champ : Laura Godard, Laura Kanor, Charlotte Kieffer, Daphné Gautschi, Léa Ballureau, Ilona Di Rocco, Emma Jacques, Aaricia Smits, Julie Le Blévec, Ilya Belgareh, Anna Seguin, Sharon Noitmeer, Sarah Bouktit. Entraîneur : Yacine Messaoudi.

L’objectif : « Finir dans les deux premières places du classement. »

Classement de la saison dernière : 2e de N1F.

Nicolas KIHL

« Un rêve qui devient réalité »
Un sourire qui cache une légère timidité. La Néerlandaise Sharon Nooitmeer (1,80 m), pivot de la réserve, est presque surprise que l’on s’intéresse à elle. « Quand j’étais petite, j’entendais parler d’Ailly ( Luciano ), d’Yvette ( Broch ), deux grandes joueuses de Metz. Maintenant, je joue pour ce club. C’est un rêve qui devient réalité. J’ai choisi Metz pour son style de jeu, ses ambitions, ça joue vite dans ce championnat », avoue l’ancienne joueuse du HV Quintus et Dalfsen.

La Batave a « beaucoup apprécié la préparation avec l’équipe première. J’ai pu apprendre pas mal de choses pendant ces jours. » Son ambition ? « Je veux devenir une joueuse de l’équipe première et de la sélection néerlandaise. » C’est dit !

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [108086]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 17/09/2018 à 11:41 (Lu 1110 fois)
Répondre
Citer

RL du 17/08/2018

Metz Handball : c’est trop facile…

Le choc de la 5e journée n’a pas eu lieu. À Paris, les Messines ont tué le match en dix minutes et enfoncé une équipe qui n’était que l’ombre d’elle-même (24-35). Place à Nantes, vendredi prochain.

Mais où était Paris ? La belle surprise de la rentrée, celle que l’on pensait capable de perturber l’imperturbable Metz, était aux abonnés absents ce dimanche dans son Palais des Sports.

L’affiche, attendue, n’a pas eu lieu. Et ce lundi, le co-leader cherche toujours un adversaire à sa hauteur. Après Toulon et Bourg-de-Péage, après Chambray et Dijon, tous deux battus de 17 buts, les joueuses d’Emmanuel Mayonnade ont appliqué leur recette favorite dans la capitale. Elles ont défendu fort et réduit au silence leur ancienne coéquipière, Tamara Horacek, meilleure marqueuse du championnat avant cette 5e journée. Il ne leur restait alors qu’à dérouler sur grands espaces et se délecter de la confiance retrouvée d’Astride N’Gouan au poste de pivot (5/5).

« On n’a jamais souffert »

« Je suis content de notre dynamique de départ, de notre approche du match. Cela nous a permis d’envisager la suite avec plus d’assurance », reconnaît leur entraîneur.
En dix minutes, Metz avait tué le suspense (1-6). Son adversaire lui a grandement facilité la tâche, sacrifiant une vingtaine de ballons. Maladroit, il s’entêtait aussi à jouer sans gardienne. Grace Zaadi et consorts n’en demandaient pas tant. Des contre-attaques, des buts faciles, depuis leur propre moitié de terrain… Les championnes de France construisaient tranquillement leur cinquième succès de la saison (7-14, 23e ; 15-25, 39e ; 23-31, 55e ). Marqué par les rebondissements des derniers jours (lire par ailleurs) , Paris 92 n’était que l’ombre de lui-même… Passé le premier quart d’heure, il n’y eut plus de suspense, ni de spectacle d’ailleurs.

Dans ces matches gagnés d’avance, Metz devra apprendre à ne pas se laisser endormir, comme il l’a pu le faire lors d’un dernier quart d’heure un brin pénible. « On n’a jamais été mis en difficulté, on n’a jamais souffert mais on ne respecte pas le jeu », s’est agacé l’entraîneur Emmanuel Mayonnade. « On ne joue pas un handball que j’aime, celui que j’essaie de mettre en place pendant vingt heures chaque semaine à l’entraînement. C’est ça qui m’énerve. »

La confrontation ne restera pas dans les mémoires. Mais elle aura eu le mérite de confirmer la belle forme de Xenia Smits, le potentiel de Méline Nocandy, la marge de progression d’Aleksandra Zych ou encore la richesse de cette attaque en reconstruction. « J’ai essayé de relativiser dans les vestiaires en expliquant aux filles que quoique je puisse dire, on est quand même à +11 à la fin, face à une équipe qui en fera ch**** plus d’un cette saison », nuance le technicien. Pour la manière et pour l’affiche, il faudra attendre Nantes, vendredi prochain.

À Paris, Laura MAURICE

Béatrice Edwige (Metz Handball) : « C’est dur pour certaines équipes de nous suivre »

Béatrice Edwige, que pensez-vous de votre prestation ce dimanche à Paris ?

« Je suis très contente de notre match. On gagne, on prend peu de buts en première période, tout le monde réussit à s’exprimer… Je sais qu’on était attendues sur cette confrontation parce qu’on n’avait joué que des équipes plus ‘‘faibles’’ jusque-là. Je crois qu’on a prouvé que Metz était toujours là, malgré les départs, malgré ce nouveau statut d’outsider qu’on nous prête. On montre qu’on va continuer à se battre et à s’accrocher coûte que coûte. »

Malgré l’écart au score, tout n’est pas parfait. Dans quel domaine Metz peut-il progresser ?
« En attaque. Ce qu’on propose n’est pas aussi droit, aussi rigoureux que l’an dernier. Mais c’est normal, il y a eu des changements, des nouvelles filles qui sont arrivées. Il faut que tout le monde s’intègre et s’imprègne du jeu. Ça viendra petit à petit. On a encore un match avant la trêve pour corriger ce petit point faible. Ce qui me plaît, en revanche, dans cette équipe, c’est sa capacité à très vite se remettre en ordre de marche. Quand on est moins bien, il suffit de peu pour qu’on retrouve une ligne droite. »

Vous avez gagné vos cinq matches avec un écart conséquent, sans jamais être mises en difficulté. Avez-vous le sentiment d’avancer et de progresser malgré tout ?

« Je ne crois pas qu’on avance plus dans la difficulté, ce n’est pas ma philosophie. On avance parce qu’on travaille bien et parfois, c’est bien de récolter ce que l’on sème. Tant qu’on peut gagner comme cela, faisons-le. Cela traduit une belle mentalité. Être accrochées, parfois, pourrait nous aider aussi mais je me contente largement de ce début de saison. »

Comment expliquez-vous la faible résistance de vos adversaires et notamment de Paris ?

« Je crois que cela tient surtout à nous. Quand on est capable de jouer notre jeu, c’est-à-dire défendre fort et monter les balles, c’est très dur pour certaines équipes de nous suivre. On a un gros sept majeur et les filles qui rentrent sont aussi fortes que les “titulaires”. Ce soir, on n’a pas eu d’opposition parce qu’on a bien travaillé en amont et qu’on s’est donné les moyens d’être un rouleau compresseur. »



Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [108087]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 17/09/2018 à 11:44 (Lu 1106 fois)
Répondre
Citer

et également un petit mot sur Nina

Nina Kanto entraîne Montigny

L'attraction de la rentrée est montignienne. Dorénavant, c'est Nina Kanto qui entraîne l'équipe réserve. Sur un coup de c½ur. « Je n'avais pas envisagé devenir coach il y a un an. Le projet que le club m'a présenté correspondait à ma vision du hand. » Bonne humeur, perfectionnement, rigueur. Ophélie Sébéloué (8/9) et sa bande s'en sont imprégnées tout de suite pour contrôler le derby (3-0, 4e puis 10-6, 21e et 27-17, 52e).

« C'était une super soirée, une vraie bouffée d'oxygène, s'exclame l'illustre débutante. J'ai été agréablement surprise par ce niveau, que je ne connaissais pas du tout. Ca joue pas mal, l'atmosphère me plaît. Je suis retournée à mes débuts à Noisy-le-Grand ! » Après une année sabbatique, le Marlien David Marion a aussi endossé un costume d'entraîneur flambant neuf samedi. Ses joueuses n'ont pas réussi l'un des « jolis coups » devant les installer en milieu de tableau. « Nous avons eu du mal à rentrer dans le match, probablement à cause de la pression du derby et de la première de nouvelles joueuses.

La deuxième mi-temps a été bien meilleure. L'écart est logique. Montigny a été plus vif, plus combatif, plus en réussite. Nous ne sommes pas encore au point, mais il faut laisser du temps au temps. »

MONTIGNY (B) - MARLY : 30-21

Mi-temps : 15-7. Gymnase Bernanos. Arbitre : M. Sauvage.

MONTIGNY. O. Sébéloué 8/9 (2 penaltys), Marilly-Gérard 5/6, Louyat 4/5, Fidri 4/7 (3 penaltys), Mattes 3/3, Vaugard 3/6, Brard 2/4, Larivière 1/1, Chir 0/1.

MARLY. C. Martin 6/11 (3 penaltys), L. Leroy 4/4, Haeusser 3/7 (1 penalty), Probst 2/3, A. Staremberger 2/5, Joffin-Zidoun 1/1, Lezziero 1/2, Blaise 1/3, Ruzié 1/4 (1 penalty), Voisin 0/2.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [108091]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 17/09/2018 à 12:03 (Lu 1096 fois)
Répondre
Citer

et aussi

Les Messines et ex-Messines trustent les quatre premières places du classement des buteuses
Les Messines et ex-Messines trustent les quatre premières places du classement des buteuses de Ligue féminine. En tête avant cette 5e journée, Tamara Horacek (Paris 92) est désormais talonnée par Manon Houette : 44 buts chacune. Ana Gros, la Brestoise, habituée au podium depuis quatre ans, est troisième, à bonne distance (31 réalisations) juste devant Marie-Hélène Sajka, prêtée à Toulon (30).

Sans oublier en D2 Sabrina Abdellahi qui vient de marquer 11 buts

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [108131]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 21/09/2018 à 08:41 (Lu 866 fois)
Répondre
Citer

rl du 21/09/2018

Si j’étais Metz, je me concentrerais sur Brest

Frédéric Bougeant Entraîneur de Nantes

Quel est l’état d’esprit de Nantes avant ce déplacement à Metz ?

« On est dans une période désagréable, il faut le dire, avec un climat général tendu. C’est le plus mauvais début de saison que j’ai connu en 20 ans… Nos bons résultats en préparation ont masqué les lacunes qui étaient les nôtres. On a pris deux ou trois claques qui ont perturbé l’équilibre émotionnel de l’équipe. Aujourd’hui, on se retranche dans le travail, on bosse bien. Je ne peux rien reprocher aux joueuses en termes d’investissement. Mais on doit faire face à un climat de stress, d’anxiété auquel on n’était pas préparé. »

Comment expliquez-vous ces difficultés ?

« Il y a plusieurs éléments. D’abord, un manque d’expérience d’une partie du groupe. Le contexte est particulier, dans un club hautement surveillé. Cela demande un état d’esprit, une remise en question, une capacité à bien vivre les événements que tout le monde ne maîtrise pas. Notre stabilité émotionnelle n’est pas assez forte non plus et c’est perturbant pour l’équipe. Et puis, il y a l’assimilation d’une nouvelle façon de travailler. Tout cela fait qu’on est en difficulté dans plein de domaines sur les 60 minutes d’une rencontre. »

Le potentiel de cette équipe semble énorme, pourtant…

« On a surtout besoin de temps. Chaque petite étincelle peut rallumer le foyer. Il faut rester stable, lucide et calme, surtout. »

Dans ce contexte, quel sera votre objectif ce soir ?

« On veut gagner malgré tout. Mais il faudra faire le match parfait, comme on avait pu le faire en préparation contre des adversaires européens. On a été en incapacité à jouer à ce niveau-là ces trois dernières semaines. »

Metz-Nantes, c’est un choc entre deux favoris au titre ?

« Non ! Mon arrivée, et celles de Barbosa et Ayglon ont à elles seules parachuté le club favori… Au mieux, c’est un peu rapide. Au pire, c’est de la méconnaissance. Ou de la provocation. Aujourd’hui, le concurrent de Metz, c’est Brest et il faudrait bien le surveiller. Si j’étais à la tête de Metz, je mettrais toute ma concentration sur Brest ! »

La. M.

C’est, en moyenne 35

C’est, en moyenne, le nombre de buts inscrits par Metz depuis la reprise. Le co-leader affiche donc la meilleure attaque du championnat, juste devant Brest (33,6). Nantes, son adversaire du jour, fait figure de mauvais élève avec à peine plus de 22 réalisations par rencontre. Seul Saint-Amand, le promu, faire pire…

Comme le nombre de défaites concédées par Nantes lors des cinq premières journées de Ligue féminine

3

Comme le nombre de défaites concédées par Nantes lors des cinq premières journées de Ligue féminine. Le groupe de Frédéric Bougeant s’est incliné contre Fleury, Besançon et Brest. Il a décroché ses deux succès, face à Nice et Toulon,à chaque fois sur le plus petit des écarts (22-21).

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [108151]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 22/09/2018 à 08:54 (Lu 752 fois)
Répondre
Citer

rl du 22/08/2018

Nantes s’est révélé

Nantes : 7/10

On aurait presque envie de remercier cette équipe pour l’opposition et le spectacle qu’elle a offert au complexe Saint-Symphorien. Le temps d’une soirée, elle a chassé ses démons et affiché le potentiel, énorme, qu’elle n’avait pas exprimé jusque-là. A ceux qui n’y croyaient plus : Nantes jouera bien les premiers rôles cette saison. Et ce match superbe à Metz hier devrait enfin lancer sa saison.

Kapitanovic : 7,5/10

A l’image du groupe messin, la gardienne croate a su élever son niveau de jeu pour répondre au défi nantais. Plus que jamais, la recrue impressionne par la force et l’assurance qu’elle dégage. Ses parades, en début de seconde période, ont défini les grandes lignes de la victoire messine.

Flippes, Kanor et Niombla : 8/10

Difficile de les départager. Elles comptabilisent chacune quatre réalisations et ont toutes pesé sur le match, avec la même sérénité dans l’adversité.

L’arbitrage… et le public : 5/10

Le duo arbitral n’a pas toujours été à la hauteur de l’événement, peut-être dépassé par l’intensité de la rencontre. Et même si Saint-Symphorien n’avait pas connu si belle ambiance depuis un long moment, les spectateurs messins ont passé de longues minutes à blâmer chaque décision, là où ils auraient pu profiter de l’adversité ou du spectacle proposé (et donner l’image d’un public un brin plus fair-play).

La. M.

Laura Glauser : « On s’est battu »

Laura Glauser, gardienne de Metz : « Je suis très contente. Il y a eu de l’intensité, on s’est battu, on n’a jamais rien lâché. Je suis très fière de notre équipe parce que ça a été un très beau match. Notre défense a été vraiment très bonne et je pense que c’est ce qui a fait la différence. On a su serrer et enfermer les filles. Derrière, c’était plus facile pour faire des arrêts. Le mental a joué aussi. On a toujours mis la même intensité depuis le début de la saison, on ne dénigre jamais les autres équipes, même quand on donne l’impression de survoler le match. Et face à Nantes, il fallait beaucoup d’intensité, encore une fois, mais aussi de concentration et de vigueur. On a su répondre à tous ces critères-là. »

Kalidiatou Niakaté, arrière de Nantes : « Même s’il nous manquait Ayglon, on a su être solide en défense. On ne gagne pas, mais, pour nous, c’est un match référence. »

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [108362]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 05/10/2018 à 08:42 (Lu 526 fois)
Répondre
Citer

Avec un peu de retard le rl du 409/2018

Metz Handball tout en maîtrise à Saint-Amand-les-Eaux
À quatre jours de son premier match de Ligue des champions, Metz a assuré l’essentiel en infligeant à Saint-Amand- les-Eaux sa septième défaite de rang. Sans forcer son talent et en faisant tourner (24-30).

Deux minutes. C’est le temps qu’il aura fallu à Metz pour rentrer dans son match, ce mercredi soir à Saint-Amand-les-Eaux. Le temps pour le promu de mener au score, avant que le champion de France en titre ne remette les choses en place. Car le reste n’aura été qu’une formalité. Une défense de fer, une intensité supérieure, du tranchant offensivement. Les joueuses d’Emmanuel Mayonnade allaient trop vite pour leur hôte du soir.

Un sérieux maintenu tout au long de la rencontre, au gré des rotations. De bon augure, alors qu’il fallait composer avec les absences de d’Houette, Zaadi et Glauser. Si l’écart n’est jamais monté au-dessus des dix buts, il n’a jamais véritablement réduit non plus.

Au bout de dix minutes de jeu, les Lorraines avaient déjà fait le trou sous l’impulsion d’une Nocandy intenable du haut de ses vingt ans (3-8, 11e ). Solides en défenses, elles usaient leur adversaire, avant de les punir froidement. Une maîtrise qui permettait de maintenir l’écart à l’approche de la mi-temps, malgré le coup de boost apporté à Saint-Amand par l’autre internationale sur le parquet, Claire Vautier.

La seconde période n’a fait que confirmer l’impression laissée en première. Une maîtrise de Metz, illustrée par la propreté de Niombla (6/7 au tir) et Nocandy (6/6), permettant à l’équipe de gérer le rythme de la rencontre.
« Assurer l’important »

Accrocheur, Saint-Amand a profité de certaines séquences où les joueuses se sont rendues coupables « d’un léger manque de discipline », soulignait Mayonnade à la fin de la rencontre. Le seul petit point sur lequel il trouvait à redire. Car c’est surtout le contenu qui a plu à l’entraîneur lorrain. « On n’avait pas d’objectif de score ce soir, on voulait juste bien jouer. Et je vous avoue que je ne suis pas mécontent. »

L’écart de niveau entre les deux équipes laissant peu de suspens quant au résultat du match, l’essentiel était effectivement ailleurs. Et la soirée s’est passée sans encombres. « On avait l’effectif pour s’en sortir ce soir et on a pu faire jouer un peu tout le monde, en ménageant celles qu’il fallait. C’est positif avant dimanche », poursuit-il. Les Messines pouvaient sortir avec le sentiment du travail bien fait. Mais le plus dur se profile désormais.



Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [108363]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 05/10/2018 à 08:48 (Lu 520 fois)
Répondre
Citer

et également aujourd'hui:

Ranikova, heureuse maman


Vous souvenez-vous de Barbora Ranikova ? La Tchèque a gardé les buts de Metz Handball en 2013-2014. Championne de France, vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2014, elle avait quitté la Moselle pour jouer à Cannes, puis à Nantes où coachait le sélectionneur tchèque Jan Basny. Elle a, depuis, mis un terme à sa carrière et est rentrée en République Tchèque où elle a mis au monde ce jeudi un petit garçon prénommé Tonda. Félicitations aux parents.



Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [108367]

rick57

Voir son profil

Activité : 3.5 / 5
3069 messages postés


Posté le : 05/10/2018 à 11:07 (Lu 481 fois)
Répondre
Citer

Que du bonheur pour cette grande gardienne, Félicitations pour cette magnifique nouvelle!

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [108446]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11254 messages postés


Posté le : 07/10/2018 à 09:24 (Lu 334 fois)
Répondre
Citer

rl du 7/10/2018

Grace Zaadi se confie avant les débuts de Metz Handball en Ligue des Champions

Metz pourra-t-il compter sur sa capitaine cet après-midi ?

« J’étais blessée (au mollet) et arrêtée, je suis en phase de reprise. Je vais pouvoir être sur le terrain ce dimanche et c’est une satisfaction. Je suis impatiente de reprendre cette compétition. La Ligue des Champions, c’est une ambiance de folie, des matches serrés. On a toutes hâte de les vivre parce qu’on n’a pas trop été mises en difficulté depuis le début du championnat. On a envie de se tester. »

Larvik, cela vous évoque quoi ?

« C’est un grand club européen, vainqueur de la Ligue des champions (en 2011). C’était, à l’époque, le moteur de l’équipe nationale norvégienne. De grandes joueuses sont passées là-bas. J’en ai des souvenirs forts parce que j’avais joué contre cette équipe quand elle était encore au meilleur niveau. Certains pensent qu’elle n’est plus aussi impressionnante mais moi, ça me fait quelque chose de jouer contre Larvik. Ça reste un grand club dans l’histoire du handball. »

Où se situe Metz, aujourd’hui, à l’échelle européenne ?

« Je pense qu’on a clairement changé de statut ces deux dernières saisons. Avant, Metz était le petit poucet qui pouvait, à peine, titiller certaines équipes. Depuis, on a réalisé des matches qui ont imposé un certain respect. On fait partie aujourd’hui des meilleurs clubs européens. »

Vous prétendez donc légitimement au Final Four…

« C’est un objectif fort, oui. J’ai l’impression qu’on s’en rapproche d’année en année. Après deux quarts de finale, on devrait y accéder. Mais ça ne se fait pas comme ça en claquant des doigts. C’est un travail qui commencera dès dimanche. Chaque point est précieux. On a atteint un certain niveau, on progresse, on travaille dur au quotidien. Ce serait la suite logique. Dans tous les cas, cela passe par une victoire chez nous ce dimanche. »

Que pensez-vous de votre poule ? Est-elle plus relevée que ces deux dernières saisons ?

« Oui. Il y a une vraie homogénéité. En ce qui me concerne, l’adversaire que je regarde avec attention, c’est Buducnost Podgorica. On joue cette équipe pour la troisième année d’affilée. Je pense déjà au match chez elles, où on n’arrive pas à gagner… Ça va être un beau challenge. On a de bons matches qui nous attendent, ça ne va pas être simple ! »

La. M.

Metz Handball : le temps des frissons
Revoilà la Ligue des Champions ! Les Messines, qui prétendent au dernier carré, lancent leur campagne européenne ce dimanche (15h) face aux Norvégiennes de Larvik, lauréates de l’épreuve en 2011.

Metz-Larvik, c’est presque l’affiche parfaite. Suffisamment accessible pour bien entrer dans cette Ligue des Champions et prendre de la confiance avant les gros défis à venir. Extrêmement prestigieuse, aussi, de par la riche histoire des deux adversaires.

Le champion de France défie une légende du handball féminin, roi de Norvège depuis toujours (20 titres) et d’Europe en 2011. « C’est assez mythique pour moi de jouer contre Larvik », reconnaît Emmanuel Mayonnade, l’entraîneur messin. « Cette équipe a eu toutes les meilleures joueuses norvégiennes, Hammerseng, Mörk, Locke, Lunde... Je l’ai regardée soulever la Ligue des Champions, puis perdre en finale... Face à elle, ce sont des intentions encore plus belles qui m’animent. »
« Ne jamais accepter de perdre le moindre point à la maison »

Le rendez-vous pourrait avoir des airs de passation de pouvoir, entre l’ancienne gloire et le nouveau prétendant. Entre l’histoire passée de Larvik et celle promise à Metz.

« À l’échelon européen, notre adversaire pèse beaucoup plus lourd que nous. Même si on fait notre trou, progressivement, elles ont montré beaucoup plus de choses que nous », insiste le technicien. Metz a bien grandi et beaucoup appris depuis ce quart de finale inattendu en 2017. Au point de prétendre, avec Brest ou Buducnost, au fameux Final Four.

Grace Zaadi et ses coéquipières ont des arguments, comme cette invincibilité à domicile en Ligue des Champions qui s’étire depuis bientôt deux ans. « Györ ne perd jamais chez lui, Bucarest non plus. Si on veut égaler ces équipes-là, il ne faut jamais accepter de perdre le moindre petit point à la maison. Ce sera encore un enjeu fort pour nous », prévient Emmanuel Mayonnade.

Une constante encore plus importante que Metz entre en lice ce dimanche dans le groupe A, « le plus relevé qu’(il) ait jamais eu ». Face à deux « très bonnes équipes », deux vrais dangers, Buducnost et Odense. « On peut terminer premier, ou troisième. Je ne nous imagine pas quatrièmes... Il faudra prendre un maximum de points pour envisager les choses plus sereinement ensuite. »

Cela commence dès aujourd’hui face à Larvik, le maillon faible du groupe, emmené par Mari Molid, double championne du monde avec la Norvège. Finaliste malheureuse en 2015, la jeune formation scandinave a perdu de son aura depuis.

« Elle est au début d’un nouveau projet, n’a pas de star. Mais il faut se méfier de l’euphorie d’un retour en Ligue des Champions », prévient l’entraîneur messin. « Comme beaucoup d’équipes nordiques, elle a cette capacité à jouer vite sur grands espaces. Si on perd 17 ballons comme à Saint-Amand mercredi, ça ne passera pas. On est prévenu. »

LES ÉQUIPES

METZ – Gardiennes de but : Glauser (1), Kapitanovic (12). Joueuses de champ : Edwige (3), Zaadi (7), Flippes (8), N’Gouan (9), Nocandy (10), Houette (11) ou L. Kanor (21), O. Kanor (17), Zych (18), Smits (22), Maubon (27), Niombla (29), Luciano (30).

LARVIK – Gardiennes de but : Rundbraten (1), Gluic (12). Joueuses de champ : Moller (3), Bergum (4), Andenaes (5), Molid (8), Toft (9), Lund (10), Ramberg (15), Wolff (18), Figenschau (19), Berglie (21), Hjertner (23), Christensen (27).



Houette incertaine

Sur les quatre blessées de la semaine côté messin, une seule incertitude subsiste ce matin avant la rencontre face à Larvik. Houette, victime d’une entorse de l’épaule le week-end dernier en Golden League, est encore incertaine. Edwige, Zaadi et Kanor tiendront leur place.


Pages:  << [21-30] 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 [41-43] >>

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Ajouter une réponse

Vous écrivez en tant que :  Login :   Password :
Titre de votre message :
Corps de votre message :

 [citation] [image]

 [gras] [italique] [souligné]
 [barré] [exposant] [indice]
 [grandir] [reduire] [code]

 [noir]
 [rouge] [violet] [bleu] [vert]

   Prévisualiser le message

12345678910
AA1A2A3A4A5A6A7A8A9A10
BB1B2B3B4B5B6B7B8B9B10
CC1C2C3C4C5C6C7C8C9C10
DD1D2D3D4D5D6D7D8D9D10
EE1E2E3E4E5E6E7E8E9E10
FF1F2F3F4F5F6F7F8F9F10
GG1G2G3G4G5G6G7G8G9G10
HH1H2H3H4H5H6H7H8H9H10
II1I2I3I4I5I6I7I8I9I10
JJ1J2J3J4J5J6J7J8J9J10
KK1K2K3K4K5K6K7K8

Valider

Obtenez votre forum Aztek sur http://www.forum-aztek.com - Administration - MyStats
Aztek Forum V4.00 Copyright (C) 2003 - Liens - Page générée en 0.1542 seconde avec 11 requêtes