Forum des Handiablées

Bienvenue sur le forum des supporters de l'équipe féminine de Metz Handball

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Pages:  << [21-30] 31 32 33 34 35 36 37 38 >>

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [106435]

rem29

Voir son profil

Activité : 2.5 / 5
446 messages postés


Posté le : 15/05/2018 à 17:43 (Lu 1431 fois)
Répondre
Citer

Citation : Hazel18
Citation : françoise
rl du 15/05/2018

Lot de consolation pour Amandine Leynaud

La Ligue des Champions de handball se refuse obstinément à Amandine Leynaud, mais la gardienne du Vardar Skopje s’est consolée avec le trophée de la meilleure joueuse du Final Four, ce dimanche, à Bucarest. L’ancienne Messine s’est en effet inclinée en finale, après prolongation (27-26), contre les Norvégiennes de Györ et une vieille connaissance, Yvette Broch. « Doudou » Leynaud rejoindra d’ailleurs ce club la saison prochaine. Pour le titre, cette fois ?


Les HONGROISES de Györ*

Combien de hongroises dans le 7 majeur de gyor la saison prochaine ?

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [106438]

gilles meyer

Voir son profil

Activité : 3 / 5
1768 messages postés


Posté le : 16/05/2018 à 07:43 (Lu 1281 fois)
Répondre
Citer

que des brestoises l'année prochaine

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [106441]

nachadel

Voir son profil

Activité : 3 / 5
515 messages postés


Posté le : 16/05/2018 à 08:02 (Lu 1271 fois)
Répondre
Citer

Rem 29 6/15 actuellement si eva miss fait les frais de l arrivée d amandine ce sera 5/15.

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [106442]

rem29

Voir son profil

Activité : 2.5 / 5
446 messages postés


Posté le : 16/05/2018 à 08:30 (Lu 1251 fois)
Répondre
Citer

Citation : nachadel
Rem 29 6/15 actuellement si eva miss fait les frais de l arrivée d amandine ce sera 5/15.


on joue pas dans la même cour...


Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [106447]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11089 messages postés


Posté le : 16/05/2018 à 10:28 (Lu 1211 fois)
Répondre
Citer

rl du 16/05/2018

Metz est si près du but
Metz retrouve Nantes, ce mercredi, en demi-finale retour de Ligue féminine. Avec 7 buts d’avance, les joueuses d’Emmanuel Mayonnade ont un pied en finale. « Le plus dur sera d’y mettre le second », prévient l’entraîneur.

E mmanuel Mayonnade, dans quel état d’esprit abordez-vous cette demi-finale retour, après cette longue interruption ?

« J’ai toujours essayé de concevoir ces deux matches, aller et retour, comme deux rencontres distinctes. On a eu beaucoup, beaucoup de temps entre les deux échéances (18 jours) et aujourd’hui, on repart presque dans une dynamique différente. Charge à nous de garder l’état d’esprit affiché à Nantes, fin avril (25-32) , où j’avais trouvé les filles vraiment superbes, très dynamiques, engagées, investies. »

Vous comptez sept buts d’avance avant cette deuxième manche. Que peut-il vous arriver ?

« En prendre huit ! Le danger, ce serait de penser que les choses sont déjà entendues, qu’on est en finale. On y a mis un pied, le plus dur sera clairement de poser le second. Ma conception des matches aller-retour a définitivement changé depuis que j’ai vu la force de conviction que nous avons mise dans notre quart de finale retour face à Bucarest (en Ligue des Champions). On était tous convaincus qu’on pouvait le faire et on avait 13 buts à rattraper ! Pourquoi Nantes serait moins impliqué ? »

Comment avez-vous gardé vos joueuses mobilisées pendant ces deux semaines et demi ?

« J’ai répété qu’il fallait penser à Nantes, tout le temps. On a beaucoup travaillé, beaucoup couru aussi, avec des séances assez complexes. Avant de relâcher un peu sur la fin pour garder un peu de jus. On ne s’est accordé qu’une demi-journée de repos depuis le match aller. Maintenant, on va essayer de remettre les compteurs à zéro dans nos têtes, de faire un début de match soigné, sérieux, discipliné pour espérer refaire la même prestation qu’à l’aller. »

Au regard de la saison quasi parfaite que vous avez accomplie en championnat, avez-vous imaginé une seconde que ce titre puisse vous échapper ?

« Bien sûr. C’est le jeu. J’imagine tous les scénarios possibles. Je ne me suis pas plus vu en train de soulever le trophée que de pleurer dans le vestiaire. Je sais que ça peut arriver, comme chaque année, comme il y a deux ans, quand nous avions déjà été éliminés des autres compétitions. Il ne nous restait plus que ça, comme aujourd’hui. Il faudra faire les efforts pour minimiser nos regrets ou, mieux, ne pas en avoir du tout. »

Brest ou Besançon en finale, vous avez une préférence ?

« Aucune. Déjà, il faudra me reposer la question à 20h30 ce mercredi, une fois qu’on sera qualifié. Mais non, je n’ai pas de préférence, les deux ont leurs qualités, leurs défauts. Les deux nous ont posé des problèmes. On veut aller au bout du bout, à nous de faire en sorte d’y arriver. »

Laura MAURICE


Re: Revue de Presse 2016 - 2017

steveshark

Voir son profil

Activité : 0.5 / 5
1 messages postés


Posté le : 16/05/2018 à 11:43 (Lu 437 fois)
Répondre
Citer

Bonjour. Pourquoi vous dites que la penalite de 4 minutes a ete justifiee???? 2 fautes probables a distance de qq minutes et une penalite qui cumule les fautes???? Non mais c'est ecrit ou ca dans le reglement du handball? Bon...je rentre pas dans les details....Amorim qui avait completement fracasse Ana et les arbitres n'ont rien vu. Et apres Ana rentre sur le terrain mais l'observateur n'a pas arrete le match! Elle ou la faute??

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [106470]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11089 messages postés


Posté le : 17/05/2018 à 08:44 (Lu 433 fois)
Répondre
Citer

rl du 17/05/2018

C’était une évidence...
Metz disputera une troisième finale d’affilée, la semaine prochaine, face à son grand rival brestois. Invaincues cette saison en Ligue féminine, les joueuses d’Emmanuel Mayonnade ont éc½uré Nantes à domicile ce mercredi (37-23).

Metz est en finale et ce n’est une surprise pour personne. Pouvait-il vraiment en être autrement, au terme d’une saison maîtrisée de bout en bout ?

Samedi prochain, les joueuses d’Emmanuel Mayonnade pourront soulever un troisième titre de champion de France d’affilée. Un trophée qui leur revient presque de droit, récompense d’une supériorité écrasante, d’une invincibilité inédite depuis quinze ans.

Si les Messines ont manqué deux de leurs grands objectifs, en Coupe de France et en Ligue des Champions, on voit mal ce qui pourrait les priver du troisième, le dernier capable sauver leur saison au moment du bilan. Seul Brest, qui n’a laissé aucune chance à Besançon hier dans l’autre demie (33-21), peut y prétendre. Et encore…
Mayonnade : « C’était parfait »

La dérouillée infligée à Nantes, ce mercredi en demi-finale retour (37-23), a encore prouvé la suprématie du tenant du titre, mais surtout son sérieux, son humilité. Après la demi-finale aller, Metz comptait sept buts d’avance sur une formation qui n’avait de toute façon pas les armes pour lutter. À la pause, hier, l’écart avait atteint 18 unités ! En 15 minutes, Grace Zaadi et ses coéquipières ont éteint les maigres espoirs nantais (7-5, 10e ; 10-5, 15e ).

Pour sa première dans le dernier carré de Ligue féminine, le groupe de Jan Basny s’est fait manger, plombé par les contre-attaques et le récital offensif messin.

Porté par la détermination de Gros et Zaadi en attaque, la maîtrise de Smits en défense, Metz a marqué 21 fois en une seule mi-temps. Pour seulement 10 buts concédés, malgré l’absence de Béatrice Edwige, l’un de ses piliers. Ensuite, les Nantaises ont trouvé le temps bien long. Elles ont d’ailleurs vite renoncé, déjà tournées vers le match pour la troisième place. Un match à leur portée.

Côté messin, la fête aurait pu être belle encore avec davantage d’opposition, de suspense, d’ambiance. Mais dans une rencontre à sens unique, sans grand enjeu, les tenantes du titre ont réussi à (se) régaler au fil des exploits personnels des jeunes Nocandy et Kanor, de la belle prestation de Smits, d’un bout à l’autre du terrain, ou encore des parades de Csapo dans les buts. « Je nous ai trouvés spontanés, frais, agressifs. C’était parfait », retient l’entraîneur Emmanuel Mayonnade. « On a pris ce match par le bon bout, on n’a pas entre-ouvert la porte à une éventuelle qualification de Nantes. » À 120 minutes d’un 22e titre de champion de France, Metz attend Brest de pied ferme.

Laura MAURICE

« La finale, c’était le minimum »
Laurisa Landre, pivot de Metz : « Tout le monde a participé à cette victoire, les cadres, les jeunes et c’était important. On n’a pas beaucoup d’anciennes dans l’équipe, mais plein de jeunes talents. Après la déception, en Coupe de France et en Ligue des Champions, des objectifs que je voulais atteindre avec cette équipe, j’ai vraiment envie de gagner cette finale. Y être, c’est bien, mais l’essentiel c’est de la remporter. On a l’avantage de recevoir au match retour mais on a encore en tête le souvenir de Bucarest et il ne faut pas se laisser prendre deux fois bêtement. Il faudra fournir deux gros matches, à l’aller et au retour. On n’a plus le droit à l’erreur cette saison. »

Xenia Smits, arrière gauche de Metz : « On était vraiment excité et motivé à l’idée de jouer ce match, après ces deux semaines d’interruption. On a attendu ce moment ! On avait sept buts d’avance après le match aller, je suis contente d’avoir pu valider cette place en finale à la maison. On a bien attaqué, bien joué, on a mis le rythme et le tempo. On a trouvé plein de solutions sur chacun de nos enclenchements. Ça fait plaisir ! Maintenant, il nous reste deux matches et ce sont les plus importants de la saison. »

Méline Nocandy, demi-centre de Metz : « On a essayé de jouer le plus sérieusement possible. Cela faisait plus de deux semaines qu’on n’avait pas eu de match et ça nous a faits comme un choc, on avait l’habitude d’enchaîner tous les trois jours. On a essayé de reproduire ce qu’on a fait à l’entraînement ces deux dernières semaines. Je retiens surtout qu’on est en finale, après une saison où on a énormément travaillé. C’était le minimum, on devait y être. Maintenant, il faut jouer et gagner. Il faut qu’on soit récompensé de cette saison. »

Laura Glauser, gardienne de Metz (en congé maternité) : « Je suis heureuse d’avoir vu les filles prendre du plaisir et être sérieuses jusqu’au bout. Ces matches-là peuvent être piégeux, mais elles ont été concentrées du début à la fin. Le titre de championnes de France ? Il n’y a pas de risque zéro et il y aura deux très gros matches à fournir mais je suis persuadée qu’elles vont le gagner. »








Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [106491]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11089 messages postés


Posté le : 18/05/2018 à 08:30 (Lu 426 fois)
Répondre
Citer

rl du 18/05/2018

Emmanuel Mayonnade raconte ses finales

Metz n’a perdu aucune finale sous l’ère Mayonnade. L’entraîneur en a gagné six (sur huit) dans sa carrière. Il revient sur les faits marquants de chacune d’entre elles, avant celle face à Brest, la semaine prochaine en Ligue féminine.

Coupe de France 2009, victoire de Mios face à Metz. « C’est la première, la plus belle de toutes. Elle est surtout liée à mon parcours de vie, en tant qu’homme et entraîneur, dans un club familial On avait battu Metz, en plus. C’était fou parce que Mios devait arrêter, faute de moyens, et le président de la Région était passé en direct à la télé pour dire qu’il nous accompagnerait ! C’était incroyable. »

Challenge Cup 2011 (3e Coupe d’Europe), victoire de Mios face à Muratpasa. « Beaucoup de souvenirs magnifiques se rattachent à cette finale. On avait une équipe avec beaucoup d’étudiantes, peu de joueuses pro. C’était quelque chose d’assez fort aussi, avec mon papy, président du club. Il avait fait le voyage en Turquie. Malgré l’environnement hostile, on avait fait une entame de match incroyable. Je me souviens aussi d’une belle et grosse fête après coup. »

Coupe de la Ligue 2012, défaite de Mios face à Arvor 29. « En demie, on avait tapé chez lui Le Havre, qui avait plein d’ambitions et qui se voyait aller au bout du bout. À l’époque, en Coupe de la Ligue, on jouait trois matches en trois jours… C’était sans doute un peu trop. On avait explosé en finale contre le futur champion de France. »

Coupe de la Ligue 2015, défaite de Mios face à Fleury. « Le scénario est dramatique. On mène presque tout le match. Elles repassent devant sur la fin et on ne les revoit plus jamais. On perd d’un but… »

Challenge Cup 2015, victoire de Bègles-Mios face à Szczecin. « On était en galère en championnat, dernier de la saison régulière, et pourtant, on était sûr de nous, de notre capacité à nous maintenir. On avait survolé les play-down et puis il y a eu cette belle finale, en Pologne puis chez nous au retour. C’était encore une belle fête, mais peut-être émotionnellement un peu moins fort que la première ! »

Championnat de France 2016, victoire de Metz face à Fleury. « Cette finale arrive au bout d’une saison un peu similaire à celle-ci : on avait été éliminé des Coupes de France et de la Ligue, mon prédécesseur (Jérémy Roussel) avait été sorti de la Coupe d’Europe. Celle-ci arrivait tout à la fin, face à Fleury qui avait déjà gagné un titre, à l’image de Brest cette année. Je n’avais pas ressenti de pression particulière, je n’en avais pas rajouté aux autres. Après la victoire, je me suis dit : au moins, une fois dans ma vie, j’aurai été champion de France. Et j’avais très vite pensé à la Ligue des Champions, ça m’avait fait rêver ! »

Doublé Coupe de France-championnat 2017, victoires de Metz face à Issy et Brest. « Bercy reste un souvenir incroyable, avec une finale assez stressante. Et puis deux rencontres complexes contre Brest, un penalty raté à la toute fin du match aller. Ça avait été un vrai gros combat de 120 minutes ! »

Championnat de France 2018, Metz-Brest. « Pourvu que l’histoire se répète ! Cette finale à venir est superbe, elle récompense les deux meilleures équipes de la saison régulière. Deux belles formations, aux caractéristiques différentes, pour une finale que j’imagine engagée et serrée. »

Laura MAURICE


Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [106492]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11089 messages postés


Posté le : 18/05/2018 à 08:32 (Lu 426 fois)
Répondre
Citer

Et aussi:

un voyage à Brest en avion privé ?

Le club de Metz étudie la possibilité de se déplacer en avion privé, mercredi pour la finale, afin d’éviter les aléas de la grève des trains et/ou la fatigue d’un retour en bus. À suivre…


Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [106523]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11089 messages postés


Posté le : 19/05/2018 à 09:27 (Lu 423 fois)
Répondre
Citer

rl du 19/05/2018

Un peu de hand masculin

Nationale 2 masculine Handball : Metz - Folschviller, l’heure de vérité
Qui de Metz ou Folschviller accédera à la Nationale 1 en fin de saison ? Les deux rivaux historiques devraient être fixés, ce samedi soir, au terme d’un derby qui n’aura jamais été si dramatique.

Il est dans toutes les têtes et toutes les bouches depuis des mois. Personne n’imaginait qu’il serait finalement si important, si dramatique. Le derby mosellan de Nationale 2 devrait désigner, ce samedi soir, le grand vainqueur de la poule. Et briser les rêves de son adversaire. « Toute une saison de 22 matches se joue sur ces 60 minutes », résume le capitaine de Folschviller, Benoît Thiébaut. « C’est un match couperet. Celui qui gagne montera en N1 », insiste le Messin Jimmy Sibille.

Aujourd’hui, à trois journées de la fin du championnat, l’égalité est parfaite entre les deux rivaux historiques, coleaders avec 49 points. Intouchable depuis le 28 janvier, Metz a relancé le suspense en concédant 2 défaites en 3 matches.
Un scénario aussi « dingue » que « rare », qui offre une conclusion parfaite à cette saison palpitante. « Ça rajoute un vrai côté dramatique. Ce sera vraiment dur pour l’un de nous », sait Benoît Thiébaut.

Au-delà de l’enjeu crucial de la montée, ce derby – sans doute le plus beau de tous – est aussi une opposition de styles entre deux équipes qui ont tout partagé ces dix dernières années. Deux formations longtemps engluées dans le ventre mou du classement, qui règnent aujourd’hui sur leur groupe de Nationale 2. La confrontation d’un groupe bâti pour la montée et d’un autre, inattendu, qui s’est pris à rêver. « Metz est un collectif bien huilé, performant, très rapide, avec une belle défense et deux grosses individualités : Rahim (meilleur buteur de la poule) et Sibille. Ces deux-là peuvent jouer au niveau supérieur sans aucun problème », commente Martial Sgrazzuti, l’entraîneur est-mosellan. « Folschviller est une équipe mature, régulière et très pragmatique. Elle gagne là où il faut gagner », réplique Ambrosio Dos Santos, son homologue messin.

Là où Folsch’ impressionne par une attaque infaillible (641 buts marqués contre 534 pour Metz, meilleur bilan offensif de la poule) , les Messins, capables de renverser n’importe quel match, affichent une maîtrise émotionnelle frappante. « Si on en est là aujourd’hui, c’est grâce à nos valeurs collectives et de combat, on n’a que ça », insiste Ambrosio Dos Santos.

Il y a six mois, déjà inséparables en tête du classement, les deux candidats à la montée n’avaient pas réussi à se départager (31-31). La défense, la « fraîcheur physique », la « réponse tactique » et la « prestation des gardiens » seront essentielles dans ce nouveau choc, où la pression sera partagée. « Un derby, chez nous, on se doit de le gagner », tranche Jimmy Sibille. « Pour nous et notre génération d’anciens, c’est l’année ou jamais. On est tout proche, on y croit plus que jamais », répond Thomas Berceville, révélation de la saison du côté de Folschviller. « Le facteur émotionnel sera important. C’est toujours très particulier de jouer Metz, ça défend dur, ça se bat jusqu’au bout. »

Les frères ennemis se rejoignent sur un point : « On ne veut pas aller en N1 sans les battre. »

Metz - Folschviller 20h30 au gymnase du technopole


Laura MAURICE




Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [106527]

jee f

Voir son profil

Activité : 2.5 / 5
2006 messages postés


Posté le : 19/05/2018 à 10:38 (Lu 423 fois)
Répondre
Citer

Citation : françoise
rl du 19/05/2018

Un peu de hand masculin

Nationale 2 masculine Handball : Metz - Folschviller, l’heure de vérité
Qui de Metz ou Folschviller accédera à la Nationale 1 en fin de saison ? Les deux rivaux historiques devraient être fixés, ce samedi soir, au terme d’un derby qui n’aura jamais été si dramatique.

Il est dans toutes les têtes et toutes les bouches depuis des mois. Personne n’imaginait qu’il serait finalement si important, si dramatique. Le derby mosellan de Nationale 2 devrait désigner, ce samedi soir, le grand vainqueur de la poule. Et briser les rêves de son adversaire. « Toute une saison de 22 matches se joue sur ces 60 minutes », résume le capitaine de Folschviller, Benoît Thiébaut. « C’est un match couperet. Celui qui gagne montera en N1 », insiste le Messin Jimmy Sibille.

Aujourd’hui, à trois journées de la fin du championnat, l’égalité est parfaite entre les deux rivaux historiques, coleaders avec 49 points. Intouchable depuis le 28 janvier, Metz a relancé le suspense en concédant 2 défaites en 3 matches.
Un scénario aussi « dingue » que « rare », qui offre une conclusion parfaite à cette saison palpitante. « Ça rajoute un vrai côté dramatique. Ce sera vraiment dur pour l’un de nous », sait Benoît Thiébaut.

Au-delà de l’enjeu crucial de la montée, ce derby – sans doute le plus beau de tous – est aussi une opposition de styles entre deux équipes qui ont tout partagé ces dix dernières années. Deux formations longtemps engluées dans le ventre mou du classement, qui règnent aujourd’hui sur leur groupe de Nationale 2. La confrontation d’un groupe bâti pour la montée et d’un autre, inattendu, qui s’est pris à rêver. « Metz est un collectif bien huilé, performant, très rapide, avec une belle défense et deux grosses individualités : Rahim (meilleur buteur de la poule) et Sibille. Ces deux-là peuvent jouer au niveau supérieur sans aucun problème », commente Martial Sgrazzuti, l’entraîneur est-mosellan. « Folschviller est une équipe mature, régulière et très pragmatique. Elle gagne là où il faut gagner », réplique Ambrosio Dos Santos, son homologue messin.

Là où Folsch’ impressionne par une attaque infaillible (641 buts marqués contre 534 pour Metz, meilleur bilan offensif de la poule) , les Messins, capables de renverser n’importe quel match, affichent une maîtrise émotionnelle frappante. « Si on en est là aujourd’hui, c’est grâce à nos valeurs collectives et de combat, on n’a que ça », insiste Ambrosio Dos Santos.

Il y a six mois, déjà inséparables en tête du classement, les deux candidats à la montée n’avaient pas réussi à se départager (31-31). La défense, la « fraîcheur physique », la « réponse tactique » et la « prestation des gardiens » seront essentielles dans ce nouveau choc, où la pression sera partagée. « Un derby, chez nous, on se doit de le gagner », tranche Jimmy Sibille. « Pour nous et notre génération d’anciens, c’est l’année ou jamais. On est tout proche, on y croit plus que jamais », répond Thomas Berceville, révélation de la saison du côté de Folschviller. « Le facteur émotionnel sera important. C’est toujours très particulier de jouer Metz, ça défend dur, ça se bat jusqu’au bout. »

Les frères ennemis se rejoignent sur un point : « On ne veut pas aller en N1 sans les battre. »

Metz - Folschviller 20h30 au gymnase du technopole


Laura MAURICE




Ca risque de faire un peu petit au Technopole

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [106570]

Fabien

Voir son profil

Activité : 0.5 / 5
9 messages postés


Posté le : 22/05/2018 à 10:22 (Lu 1185 fois)
Répondre
Citer

2 articles sur Sladjana Pop-Lazic :

https://www.republicain-lorrain.fr/sports/2018/05/21/handball-sladjana-pop-lazic-se-confie-avant-la-finale-brest-metz

http://www.letelegramme.fr/handball/brest-bh-pop-lazic-brille-dans-l-ombre-22-05-2018-11966967.php

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [106578]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11089 messages postés


Posté le : 22/05/2018 à 17:14 (Lu 1060 fois)
Répondre
Citer

et aussi dans le rl

Les Messines partent à Brest en avion privé

Pour éviter les tracas du dernier déplacement à Brest, début avril, Metz a décidé de mettre la main au portefeuille. Pour la première fois, les joueuses se déplaceront en avion privé (le club avait fait un déplacement en jet à Oslo en Coupe d’Europe il y a… 20 ans !). « C’est un effort financier très, très important, cela représente environ quatre fois le budget habituel en train », précise le président Thierry Weizman. « Sans la grève des cheminots, nous ne l’aurions pas fait. Mais c’est le dernier match de la saison, on joue deux rencontres en trois jours, il fallait mettre toutes les chances de notre côté. »

Le champion de France en titre s’envolera pour Morlaix,depuis Louvigny, vers 13hce mardi, après la séance d’entraînement. Et repartira aussitôt après le matchmercredi soir. Sur ce terrain-là au moins, les Messines seront à égalité avec les Brestoises, qui se déplacent, elles aussi,en avion privé.



Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [106579]

nachadel

Voir son profil

Activité : 3 / 5
515 messages postés


Posté le : 22/05/2018 à 17:56 (Lu 1037 fois)
Répondre
Citer

Je me souviens de ce déplacement, j y étais.
Les filles avaient gagné contre byasen +6 .
Qui jouait pivot???

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [106580]

Hazel18

Voir son profil

Activité : 3 / 5
144 messages postés


Posté le : 22/05/2018 à 19:30 (Lu 989 fois)
Répondre
Citer

http://www.letelegramme.fr/handball/lfh-brest-metz-vu-de-l-etranger-22-05-2018-11967382.php

--------------------------------
Metz Handball

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [106581]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
11089 messages postés


Posté le : 23/05/2018 à 08:31 (Lu 833 fois)
Répondre
Citer

rl du 23/05/2018

Metz Handball : maintenant, c’est l’heure !
Metz entame la défense de son titre ce mercredi soir (20h30) à Brest en finale aller du championnat. Pour ne pas finir sa saison bredouille…

Il est l’heure de défendre son titre. Après une saison régulière parfaite, les Messines voyagent ce mercredi soir à Brest, l’ogre ambitieux qui bouscule les codes. Ce premier round de la finale du championnat de France promet son lot d’émotions. Comme à chacune des retrouvailles entre Mosellanes et Bretonnes finalement.

« Je nous sens sereins, déterminés, ambitieux, humbles mais aussi lucides », détaille l’entraîneur Emmanuel Mayonnade. « On sait qu’on peut clairement exister sur ces 120 minutes qui nous attendent, qu’on peut être mis en difficulté aussi. »

Que Metz soit présent en finale n’est une surprise pour personne dans le monde du hand féminin, tant le club a maîtrisé les débats de bout en bout sur la saison régulière. « On est détendu mais c’est notre quotidien. On travaille dur pour jouer des finales comme celle-là. On est heureuses de pouvoir défendre notre titre », lance l’ailière droit Ailly Luciano.

« Une finale, ça ne se joue pas : ça se gagne ». La citation n’a pas de plomb dans l’entraîneur messin ne peut s’empêcher de sourire à son évocation. « Je n’ai jamais compris cette citation », rigole Emmanuel Mayonnade. « Il faut s’investir, s’engager à fond, ça, ça ne se perd pas. Mais, dans l’idée, on est bien deux à la jouer cette finale. Donc, si je dis la même chose que Laurent Bezeau ( le coach de Brest ), on n’est pas cons quoi. Cette finale se joue en aller et retour pour la gagner. On passe ou on ne passe pas. »
« Elles vont se battre pour nous enlever notre titre »

Metz n’a pas oublié cette demi-finale de Coupe de France perdue aux tirs au but un soir d’avril dans la Brest Arena. Mais le double champion en titre ne s’est pas lamenté sur son sort… « On a travaillé sur les images du match à la vidéo mais on n’a pas pleuré dessus. », rappelle le coach qui s’attend à une première levée « hyper emballante. Il y aura une belle ambiance, dans une salle bouillante, c’est génial. ».

« Elles vont se battre pour nous enlever notre titre. Ce sera tendu, dur, peut-être pas tout le temps agréable à regarder et à jouer, mais on le sait. À nous de tout donner », ajoute Luciano.

Jouer les Bretonnes sur deux rounds ( le second samedi aux Arènes) est-il un avantage pour Ana Gros et ses partenaires ? « Je ne sais pas si c’est un avantage, je dirai ça à l’issue des 120 minutes. Dans la façon dont on a préparé notre match aller, on n’a pas envie de parler du retour. On se focalise à 200 % sur ce déplacement en Bretagne », répond Mayonnade.

Nicolas KIHL



Darleux : « Je marche à l’émotion »

Cléopâtre Darleux (gardienne de Brest), que ressentez-vous à quelques heures des retrouvailles avec Metz (elle y a joué de 2009 à 2011) ?

« C’est toujours un moment agréable et particulier. On revoit des filles avec lesquelles on partage des moments extras en sélection. Mais au moment de rentrer sur le terrain, on oublie… »

Vous êtes en pleine forme actuellement et toujours au rendez-vous des matches à enjeu, quel est votre secret ?

« Oui, c’est vrai que je suis en réussite, ça fait du bien lorsqu’on arrive sur une finale. Mon secret ? Aucun ( rires ). J’aime ces matches tendus, qui se jouent sur des détails. Je marche à l’émotion. Bien sûr, une monotonie peut s’installer sur certaines rencontres. On joue tellement de parties dans une saison. Je crois d’ailleurs que ce sera notre 45e match mercredi soir. »

Brest - Metz est devenu dorénavant un classique du championnat…

« J’espère que ça continuera encore longtemps ! Le club veut s’installer sur la durée, il nourrit de fortes ambitions, s’est donné les moyens. Pour le handball féminin, c’est une très bonne chose. Les regards vont être braqués encore plus sur notre sport. »

Peut-on parler d’un avantage psychologique après votre victoire en demi-finale de Coupe de France contre les Messines (à la séance de tir aux buts) ?

« Je ne sais pas trop. Ce sera encore une fois un match serré, tendu où les détails compteront. On s’est prouvé qu’on pouvait gagner ce genre de matches, ça nous apporte de la confiance c’est sûr. Après il y aura une double confrontation à gérer sur cette finale, ce sera plus compliqué pour nous, mais on a des cartes à jouer et on va les jouer à fond. On va faire le maximum pour finir la saison sur une note positive, ce serait super. »

N. K.

Et un petit rappel:
Metz a maîtrisé ses deux confrontations avec les Brestoises en saison régulière. Les championnes de France en titre ont d’abord dominé Allison Pineau et ses partenaires en novembre dans leur salle (30-26). Aux Arènes en mars, les joueuses du président Thierry Weizman avaient encore pris le dessus sur les Bretonnes (28-25). Qu’en sera-t-il ce mercredi ?

-18 ans : c’est déjà fini pour les Messines

Mauvaise surprise pour les -18 ans messines. Finaliste du championnat de France 2017, le collectif entraîné par Pascal Jacques a disparu dès les huitièmes. Devant le public effervescent du Technopôle, il a cédé en toute fin de match contre Kingersheim (30-34), samedi dernier. Dans la compétition Élite (places 17 à 32), les Yussoises de Francis Manneau sont en revanche qualifiées pourle dernier carré, programméle premier week-end de juinà Vendôme.


Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [106583]

jee f

Voir son profil

Activité : 2.5 / 5
2006 messages postés


Posté le : 23/05/2018 à 09:02 (Lu 820 fois)
Répondre
Citer

Peut être pas a sa place , mais ça c'est dit

https://mobile.twitter.com/beinsports_FR/status/999030049423605762/video/1

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [106587]

ml29

Voir son profil

Activité : 3 / 5
575 messages postés


Posté le : 23/05/2018 à 09:30 (Lu 808 fois)
Répondre
Citer

Un constat implacable qui a le mérite d'être clair !

--------------------------------
"L'utopie, c'est l'avenir qui s'efforce de naître. La routine, c'est le passé qui s'obstine à vivre" V. HUGO

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [106590]

olivier

Voir son profil

Activité : 2.5 / 5
1615 messages postés


Posté le : 23/05/2018 à 20:28 (Lu 665 fois)
Répondre
Citer

Citation : ml29
Un constat implacable qui a le mérite d'être clair !


+ 1000

--------------------------------
"Fuck Janteloven" Anja Andersen

Re: Revue de Presse 2016 - 2018 [106624]

ml29

Voir son profil

Activité : 3 / 5
575 messages postés


Posté le : 24/05/2018 à 08:11 (Lu 550 fois)
Répondre
Citer

https://www.lequipe.fr/Handball/Actualites/Lidl-starligue-olivier-girault-reagit-aux-propos-de-vincent-gerard/903984


"Notre maison brûle et nous regardons ailleurs " Jacques CHIRAC

--------------------------------
"L'utopie, c'est l'avenir qui s'efforce de naître. La routine, c'est le passé qui s'obstine à vivre" V. HUGO

Pages:  << [21-30] 31 32 33 34 35 36 37 38 >>

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Ajouter une réponse

Vous écrivez en tant que :  Login :   Password :
Titre de votre message :
Corps de votre message :

 [citation] [image]

 [gras] [italique] [souligné]
 [barré] [exposant] [indice]
 [grandir] [reduire] [code]

 [noir]
 [rouge] [violet] [bleu] [vert]

   Prévisualiser le message

12345678910
AA1A2A3A4A5A6A7A8A9A10
BB1B2B3B4B5B6B7B8B9B10
CC1C2C3C4C5C6C7C8C9C10
DD1D2D3D4D5D6D7D8D9D10
EE1E2E3E4E5E6E7E8E9E10
FF1F2F3F4F5F6F7F8F9F10
GG1G2G3G4G5G6G7G8G9G10
HH1H2H3H4H5H6H7H8H9H10
II1I2I3I4I5I6I7I8I9I10
JJ1J2J3J4J5J6J7J8J9J10
KK1K2K3K4K5K6K7K8

Valider

Obtenez votre forum Aztek sur http://www.forum-aztek.com - Administration - MyStats
Aztek Forum V4.00 Copyright (C) 2003 - Liens - Page générée en 0.0878 seconde avec 11 requêtes