Forum des Handiablées

Bienvenue sur le forum des supporters de l'équipe féminine de Metz Handball

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Pages:  << [1-10] 11 12 13 14 15 16 17 18 19 >>

Re: Revue de Presse 2016 - 2017

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 13/08/2017 à 10:16 (Lu 2202 fois)
Répondre
Citer

rl du 13/08/2017

Metz Handball tient le choc face à Rostov

L’affiche a tenu ses promesses. Séduisant et impérial en défense, Metz a tenu tête aux stars de Rostov, ce samedi en amical à Bitburg (21-21).

Perdu dans la banlieue de Bitburg, à une trentaine de kilomètres de Trèves, l’endroit ne paie pas de mine. Derrière les murs de ce gymnase sans éclairage ni tribune, sans tableau d’affichage ni table de marque, s’échauffent quelques-unes des plus grandes joueuses de la planète handball.

Anna Viakhireva, reine de Jeux Olympiques 2016, Katarina Bulatovic, quadruple vainqueur de la Ligue des Champions, référence mondiale au poste d’arrière droit, ou Siraba Dembélé, capitaine de l’équipe de France, pour ne citer qu’elles, détonnent dans ce décor surprenant, qui se prêterait parfaitement à une rencontre de troisième division régionale. Devant une poignée de spectateurs installés sur des… chaises de jardin, disposés pour l’occasion le long du terrain, ce sont pourtant bien deux formations de calibre européen – Metz et Rostov – qui se sont affrontées dans un match amical prestigieux, ce samedi.

Le match

Le quart de finaliste de la dernière Ligue des Champions face au vainqueur de la Coupe EHF 2017… L’affiche a tenu toutes ses promesses. Face au casting de stars de l’équipe russe, Metz a fait valoir son tout nouveau statut continental. Sous les yeux du sélectionneur national Olivier Krumbholz, le double champion de France en titre a livré un match « abouti » et prouvé qu’il avait bien avancé depuis sa première sortie en Allemagne, le week-end dernier, lors du tournoi de Wittlich.

Rostov, entraîné par le Français Frédéric Bougeant (champion de France 2015 avec Fleury), n’a mené qu’une seule fois au score : 2-3, 8e. Portées par Ana Gros et Laura Flippes (sur l’aile droite), auteurs à elles deux de la moitié des buts messins, les joueuses d’Emmanuel Mayonnade ont fait la course en tête pendant 50 minutes (9-6, 21e ; 19-17, 49e ) et ont tenu le choc en fin de partie devant le retour Rostov (21-21).

Le chiffre

Neuf, comme le nombre de buts encaissés en première période. Autour de Béatrice Edwige, Xenia Smits et Laurisa Landre, les Messines ont signé une belle prestation défensive. « On a des certitudes qu’on n’avait pas forcément avant. C’est très positif parce que c’est le niveau qu’on doit avoir tout le temps dorénavant , souligne Marion Maubon. Il faudra garder la même intensité en défense et en faire notre gros point fort. »

La joueuse

Sept arrêts en douze minutes, onze au total, Laura Glauser a parfaitement lancé ses coéquipières en début de partie, avant de laisser sa place à Marina Rajcic après la pause. La Monténégrine (6 arrêts dont un penalty) a quasi systématiquement mis en échec la redoutable Bulatovic.

La phrase

« Je ne sais pas si on a gagné , a reconnu Laura Glauser, perturbée par l’absence de tableau d’affichage. Mais on s’est très bien débrouillé face à cette grosse équipe. C’était plus qu’un match amical, parce qu’on peut les rencontrer en Ligue des Champions… On n’a pas été ridicule, loin de là. On a montré de belles choses et on a pris plaisir. On avance ! »

A Bitburg, Laura MAURICE.

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100650]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 16/08/2017 à 13:50 (Lu 2049 fois)
Répondre
Citer

RL du 16/08/2017

Nocandy, Tonds, Dos Reis, Keifer : elles en frissonnent encore
Dix jours après leur sacre inattendu, Méline Nocandy, Ophélie Tonds, Charlotte Kieffer et Manuella Dos Reis ont regagné leur club. Les Messines de l’équipe de France n’ont rien oublié de leur épopée en Slovénie.

Ce lundi, aux Arènes, retour à la vie normale. Méline Nocandy s’est entraînée avec les pros du Metz Handball. Ophélie Tonds et Manuella Dos Reis ont réintégré le centre de formation (N1). Charlotte Kieffer (ex-Achenheim), meilleur défenseur du championnat d’Europe juniors, y a fait son entrée.

Rassemblé en jaune et bleu pour la saison, le quartet est lié à vie par la conquête du titre continental -19 ans, le 6 août en Slovénie. La troisième pièce dans la vitrine du hand féminin français, après l’or mondial des A (2003) et celui des jeunes à l’Euro-2007.

« Extraordinaire et impressionnant », contemple la recrue alsacienne. « J’en ai encore des frissons », salive Tonds. « Ça dépasse ce que j’ai connu avec Metz », enchérit Nocandy. Un cran au-dessus du championnat et de la Coupe de France du printemps, « mes premiers titres avec un club professionnel ». À Celje, la demi-centre et capitaine des Bleuettes a ouvert son palmarès international, à l’issue d’un parcours de rêve.
« C’était magique ! »

En tout et pour tout, le collectif d’Eric Baradat n’est passé qu’au travers de la première période du premier match, face à la Serbie, et des six dernières minutes d’une rencontre de second tour, abandonnée 25-27 au Danemark. Le reste a été une surenchère dans l’enchantement, jusqu’à l’apothéose contre la Russie (31-26). « La deuxième mi-temps était interminable , rembobine Tonds. Le soulagement dans les dernières minutes, c’était magique ! »

« Notre force a été de ne jamais se reposer sur nos acquis , raisonne Méline Nocandy, 6/6 en finale. On cherchait toujours à faire mieux que la veille, car les matches se compliquaient. » « Chacune avait son rôle dans l’équipe, savait ce qu’elle devait apporter », précise Kieffer.

Entrée « stratégiquement » entre les deux phases de groupe, Ophélie Tonds est ainsi passée d’observatrice à actrice. « Au début de la compétition, on m’avait donné la mission d’analyser le Danemark et le Monténégro », adversaires de la France sur la voie des demi-finales. À en juger par ses neuf parades devant la sélection balkanique, la gardienne a pris sa tâche très au sérieux.

La paire Camille Depuiset (Toulon)/Roxanne Frank (Besançon) inamovible dans la cage, c’est Manuella Dos Reis qui a fait les frais de la substitution. « Le changement était planifié, il n’y a pas eu d’énorme surprise , dit la Meusienne aux racines togolaises. Même si j’avais une position particulière à la fin, je me sens championne. On ne réalise pas tout de suite, malgré la médaille autour du cou. J’espère que cette expérience me permettra de progresser. »

Des émotions indélébiles, de l’or au palmarès. Le séjour à Celje fera date dans la biographie des Bleuettes de Metz. Feront-elles de la cité slovène un lieu de pèlerinage ? Méline Nocandy n’exclut rien. « Vu que c’est une belle ville, pourquoi ne pas y passer des vacances un jour ? J’attends qu’Ana Gros m’invite ! »

L. H.

les chiffres-clés des Messines de l’équipe de France à l’Euro juniors

7. La France a disputé sept matches en onze jours. Elle a dominé la Serbie (26-21), l’Allemagne (24-23) et l’Espagne (37-25) au premier tour, assommé le Monténégro (28-18) au tour principal, éliminé la Hongrie en demi-finale (31-26), et enfin vaincu la Russie sur le même score. Le Danemark lui a infligé son seul échec, en ouverture de la deuxième phase (25-27).

43. Selon les statistiques générales de l’EHF, Charlotte Kieffer a neutralisé quarante-trois attaques adverses sur l’ensemble de l’Euro. Personne n’en a fait autant que l’Alsacienne, tous pays confondus.

44. En minutes, le temps de jeu cumulé de Manuella Dos Reis au premier tour. La gardienne a cédé sa place à sa coéquipière Ophélie Tonds pour la suite de la compétition.

64. Le pourcentage de réussite au tir de Méline Nocandy. La demi-centre, quatrième meilleure buteuse des Bleuettes (derrière Blonbou, Ekoh et Mauny), a marqué 25 fois sur 39 tentatives.


Metz facile devant Fleury (36-19)Metz facile devant Fleury (36-19)

Après le tournoi de Wittlich (3 victoires, 1 défaite) et une opposition de prestige face à Rostov (21-21), les Messines retrouvaient des visages plus familiers ce mardi à Troyes en match de préparation. Les doubles championnes de France ont en effet pris la mesure de Fleury (36-19), 9e de Ligue féminine la saison dernière. « Je suis satisfait de la prestation globale même s’il reste des points à corriger. On a joué parfois par intermittence, il faudra trouver plus de constance, explique l’entraîneur Emmanuel Mayonnade. Je veux plus de fluidité en attaque et, en défense, ne pas laisser de deuxième chance sur les ballons. » La reprise du championnat est prévue le mercredi 30 août à Nice.

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100663]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 17/08/2017 à 09:20 (Lu 1921 fois)
Répondre
Citer

RL du 18/08/2017

L’équipe est compétitive

Les Messines ont surclassé Fleury (36-19), mardi en amical. Emmanuel Mayonnade, l’entraîneur, revient sur cet avant-dernier match de préparation.

M etz a largement dominé Fleury (36-19), mardi en amical. Que retenir de ce match ?
« C’était une prestation assez sérieuse dans l’ensemble. Je nous ai trouvés dans le rythme, avec une belle capacité d’impact. Il faut qu’on arrive malgré tout à avoir plus de constance dans l’effort. Il y a des séquences beaucoup moins bonnes que d’autres, ce n’est pas possible d’être aussi instable d’un ballon à l’autre. Je sais que ce n’est pas simple de faire preuve d’autant de concentration tout le temps, mais l’idée est d’avoir un vrai socle de base et un niveau de jeu en dessous duquel on ne descend plus. Et pour l’instant, il y a encore trop d’inconstance. »

• Le score final est pourtant sévère…
« Oui, mais cela reste un match amical et je ne sais pas dans quelle dynamique était notre adversaire. Est-ce qu’il s’était entraîné avant la rencontre ou la veille ? Est-ce qu’il était fatigué ? Je minimise vraiment cet écart au score, je me focalise surtout sur ce qu’on a pu montrer. Il y a eu des choses intéressantes, et d’autres moins. »

« Travailler les inégalités offensives »

• Quel est votre programme avant la reprise, le 30 août à Nice ? « On a quatre séances sur cette fin de semaine, qu’on veut denses en termes de contenu, d’intensité et de volume. Les filles auront leur dernier week-end de libre avant la tempête et l’enchaînement. Il nous reste plein de petites choses à voir, on veut travailler les inégalités offensives (à six contre cinq, à cinq contre six, etc) , s’articuler de la même façon défensivement. On va continuer à maintenir un niveau d’exigence conséquent, alterner les séquences de course, de musculation et de handball pour être prêt dans deux semaines à Nice. Est-ce qu’on le sera vraiment ? Je ne sais pas. Mais la vérité, c’est que l’issue de cette première journée ne déterminera pas l’issue de la saison. »

• Avez-vous le sentiment que le groupe est au complet, malgré l’absence d’une dernière recrue au poste d’arrière gauche/demi-centre ?
« Oui, bien sûr. L’équipe est compétitive et je n’avais aucun doute là-dessus. On a aisément les qualités pour faire quelque chose d’honorable. On pourrait être en difficulté, et un peu pénalisé, en cas de blessure. Mais l’effectif est largement au niveau des ambitions qui sont les nôtres. »

La. M.

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100700]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 25/08/2017 à 09:22 (Lu 1787 fois)
Répondre
Citer

RL du 28/08/2017

Metz contre Metzingen pour son dernier match de préparation

Metz retrouve, ce vendredi (18 h) au complexe Saint-Symphorien, Metzingen, dominé au tournoi de Wittlich. Pour son ultime match de préparation.

Metzingen avant Nice

Soixante minutes amicales avant le début du championnat, mercredi à Nice. Voilà comment Metz va terminer sa préparation. En retrouvant des visages bien connus ce vendredi soir au complexe Saint-Symphorien (18 h), le champion de France a l’occasion de finir son travail sur une bonne note.

Metzingen, solide équipe de Bundesliga, avait été dominé (27-19) lors du tournoi de Wittlich début août. « C’est une équipe qui court beaucoup, qui met de l’intensité. Elle compte dans ses rangs trois internationales allemandes, se rappelle l’entraîneur Emmanuel Mayonnade. Elles sortent d’une grosse tournée avec une rencontre contre Brest et la Panthera Cup organisée par Fleury. C’est un bon test. On va voir si on peut enchaîner une nouvelle bonne performance avant d’attaquer le championnat. »

Marion Maubon abonde en ce sens : « Nos matches de prépa ont été corrects dans l’ensemble, on a des situations à revoir, des affinités à trouver avec les nouvelles. Ces oppositions sont faites pour ça, explique l’ailière gauche. Metzingen est un bon dernier test. Il faut gagner ce match face à une équipe qui sera dans le même état d’esprit que nous. »

La préparation

Le bilan est positif. Le nouveau préparateur physique a découvert un groupe sain et soudé qui a « évité les bobos et bien travaillé durant ces six semaines ». Pierre Chenu a ainsi alterné « semaines chargées avec course à pied, exercices de renforcement, séances de musculation quand on ne jouait pas ou peu, et plus légères lors des tournois ».

« Maintenant, on sent que les filles ont hâte de retrouver la compétition officielle. »

« On a travaillé dur , glisse Maubon. Comparer avec la saison dernière est compliqué car on était seulement quatre au début de notre préparation (les internationales étaient retenues par les Jeux Olympiques de Rio). On est resté sur une prépa classique. Pierre n’a rien bouleversé par rapport à ce qu’on a fait l’an dernier. »

Les deux recrues

Manon Houette et Laurisa Landre font l’unanimité auprès de leur coach et de leurs nouvelles coéquipières : « Ce sont deux filles géniales humainement. Je n’avais aucun doute là-dessus. Elles se sont intégrées facilement, explique Emmanuel Mayonnade. Elles vont nous apporter leur expérience, leur talent. »

Metz - Metzingen complexe Saint-Symphorien (18 h)

Nicolas KIHL.

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100716]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 26/08/2017 à 08:52 (Lu 1702 fois)
Répondre
Citer

RL du 26/08/2017

Metz domine Metzingen pour son dernier match de préparation

Metz a bouclé sa préparation sur une victoire pleine de maîtrise (37-27) ce vendredi au complexe Saint-Symphorien devant les Allemandes de Metzingen. Bon pour la confiance avant de démarrer le championnat à Nice, mercredi.


Le match

Metz a démarré, comme souvent, en mode bulldozer (7-3, 11e puis 9-5, 15e ) son dernier match de préparation. La chaleur étouffante du complexe Saint-Symphorien ce vendredi n’avait pas l’air de gêner plus que ça le champion de France en titre qui débutera son championnat mercredi à Nice. Du costaud d’entrée. Il fallait prendre cette ultime représentation avec le sérieux nécessaire. Les Messines l’avaient bien compris en étouffant les ardeurs des Allemandes avec trente premières minutes très consistantes tant en attaque qu’en défense (12-7, 20e ; 26-19, 43e ). L’entame de seconde période, par contre, manquait de rythme, de concentration. Un relâchement certain. « C’est un problème, lâchait l’ailière gauche Marion Maubon. La saison dernière aussi, on attaquait mal nos débuts de seconde période. Il y a un relâchement, on doit vraiment régler ça. » Metz avait de la marge vendredi soir (comme au tournoi de Wittlich, victoire 27-19) et les Allemandes (14 balles perdues) n’ont jamais réussi à recoller au score (30-22, 50e ; 32-25, 56e ). Le plein de confiance est réalisé avant de voyager dans le sud.

La joueuse

Ana Gros est en forme. L’opposition athlétique des Allemandes n’a jamais gêné la Slovène. L’arrière droit est repartie sur ses standards de LFH. Avec huit buts sur onze tentatives et quatre penaltys qui ont fait trembler les filets, Gros a fini ce match amical meilleure marqueuse.

L’action

Grace Zaadi était inspirée de loin. Par trois fois, la capitaine a montré sa précision face au but vide. Metzingen, en difficulté dans la construction, avait fait le choix à plusieurs reprises de jouer la supériorité. Un choix peu payant puisque la demi-centre international s’est régalée en marquant trois buts plein de culot et de lucidité. La Messine finit d’ailleurs, avec 6 buts, deuxième meilleure marqueuse de la rencontre.

La déclaration

« Nous avons des choses à régler, c’est sûr, mais cette préparation nous met en confiance avant de démarrer le championnat mercredi. On termine sur une dernière rencontre pleine même s’il y a ce début de deuxième période qui ne va pas. On a marqué 37 buts, c’est une bonne chose, on s’est bien trouvé. Le retour des vestiaires par contre est catastrophique, on ne peut pas se permettre ça. Il va falloir régler cette situation, c’était déjà un gros point noir la saison dernière. » De Laura Flippes (5/7), ailière droit.

Nicolas KIHL.

METZ - METZINGEN : 37-27 (20-10)

Complexe Saint-Symphorien. 345 spectateurs.

METZ. Gardiennes de but : Rajcic (8 arrêts en 53 min), Tonds (1 arrêt en 7 min). Joueuses de champ : Edwige, Gros (8/11 dont 4 penalty), Zaadi (6/8 dont 1 pen.), Flippes (4/7), Houette (3/4), Landre (2/4), O. Kanor (1/1), Smits (4/5), Sajka (3/3), Maubon (2/3), Kieffer (1/1), Nocandy (3/4). Balles perdues : 9. Exclusions temporaires : Houette (34e ), Flippes (38e ), Zaadi (48e ).

METZINGEN. Gardiennes de but : Jankovic (4 arrêts), Roch (2 arrêts). Joueuses de champ : Zapf (0/2), Amega (3/4), Kobylinska (1/3), Loerper (4/6), Minevskaja (2/3), Igenpass (3/3), Grossmann (5/5), Weigel (2/6), Vollebregt (1/3), Beddies (2/3), Behnke (4/4). Balles perdues : 14. Exclusions temporaires : Minevskaja (32e ), Igenpass (45e ), Amega (54e ).

les réactions des Messines après leur victoire en amical

Emmanuel Mayonnade, entraîneur : « Cette préparation devait nous rapprocher de l’intensité des matches officiels. Notre entame de partie est positive, on a su mettre tous les ingrédients nécessaires. Ensuite, il y a ce point négatif au retour des vestiaires. On se relâche… Il faut remédier à ça mais je suis satisfait dans l’ensemble. »

Béatrice Edwige, pivot : « On a su être sérieuses et démarrer sur de très bonnes bases notre match. Il y a eu un peu de relâchement, c’est certain, en défense comme en attaque. La mise en route sur le retour des vestiaires n’est pas bonne. »

Xenia Smits, arrière gauche : « On est contente de gagner ce dernier match. Ça nous apporte de la confiance en plus avant le début du championnat. Mais il faut faire attention car, quand les matches seront plus serrés, notre entame de deuxième période peut nous causer des soucis. Les renforts nous apportent déjà beaucoup, Manon (Houette) et Laurisa (Landre) ont de l’expérience. On est prêtes pour une nouvelle aventure. »

Marion Maubon, ailière gauche : « On a tout mis de notre côté pour faire une bonne prestation à Nice, mercredi. Ce sera un gros match d’entrée, on en est toutes conscientes. Il n’y a pas de pression particulière, on a juste hâte de retrouver la compétition. L’équipe s’est bien renforcée, elle n’a pas beaucoup changé, ça doit être une de nos forces. »

N. K.

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100751]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 29/08/2017 à 08:41 (Lu 1619 fois)
Répondre
Citer

RL du 29/08/2017

Metz Handball : le défi permanent

Double champion de France en titre, Metz entame une nouvelle saison ce mercredi à Nice. Avec le statut de grand favori à sa propre succession et face à une concurrence toujours plus rude.

Au petit jeu des pronostics, les entraîneurs de Ligue féminine ne font pas vraiment dans l’originalité. Il y a un an déjà, tous avaient parié sur Metz, malgré l’entrée fracassante de l’ambitieux promu brestois dans l’élite.
Intouchable ?

Ce lundi, les acteurs du championnat français, réunis à Paris pour la conférence de rentrée, ont réitéré leur confiance au double champion en titre, dont l’appétit reste intact. « Tout le monde sera d’accord sur ce point : Metz est le premier candidat à sa propre succession. Il est entré dans le gotha européen et a l’expérience du plus haut niveau », tranche Roch Bedos, l’entraîneur du Havre, Petit poucet de ce nouvel exercice. Pas de changements, non plus, du côté des arguments : l’expérience et la continuité jouent en faveur des Messines. « Personnellement, je mets toujours une pièce sur Metz. C’est très costaud et l’effectif n’a beaucoup évolué », souligne l’entraîneur bisontine Raphaëlle Tervel, qui a subi la loi du club lorrain en demi-finale des play-off la saison dernière.

« C’est difficilement mesurable mais l’impact de la culture messine est bien réel. L’histoire de ce club est un vrai atout , renchérit Camille Comte, qui arrive en LFH avec Bourg-de-Péage et le statut de meilleur entraîneur de D2. Metz est bien sûr encore capable de gagner ce championnat. Même si ce sera peut-être de très peu… »

Brest, l’ennemi n°1

Car derrière, Brest s’avance une nouvelle fois comme un redoutable candidat, le seul peut-être capable de rivaliser durablement avec Metz. Les Bretonnes retrouveront Allison Pineau, opérée de la cheville, l’hiver prochain pour la dernière ligne droite du championnat et compteront un atout précieux avec l’ex-Messine Sladjana Pop-Lazic, meilleure pivot des deux dernières saisons. Et si les dirigeants brestois peinent encore à assumer leurs ambitions, Cléopatre Darleux a déjà annoncé sa volonté de jouer le titre. « Brest a un collectif plus large, peut-être un peu supérieur à celui de Metz », reconnaît Marjan Kolev, le technicien niçois. « Un peu plus expérimenté aussi. Reste à savoir si la sauce va prendre », nuance le Dijonnais Christophe Maréchal.

Les outsiders se bousculent

Le championnat de France aura rarement été aussi dense. Derrière Metz et Brest, les prétendants aux play-off sont nombreux. « Il y a cinq-six équipes qui peuvent rêver des play-off. Ce sera une chasse aux points chaque week-end ! Ça promet d’être passionnant », sourit Raphaëlle Tervel. « La concurrence est de plus en plus conséquente. Il y a beaucoup d’équipes qui peuvent nous faire tomber », reconnaît Emmanuel Mayonnade, qui pense particulièrement à Nice, premier adversaire des Messines ce mercredi, qui a attiré deux « stars » à l’intersaison, Carmen Martin et Linnea Torstenson.

Avec un effectif « renouvelé à 70 % », Issy-Paris entame l’après-Stine Oftedal avec ambition. Nantes, Besançon ou encore Chambray, fort d’un joli recrutement, seront aussi candidats.

A Paris, Laura MAURICE.


Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100752]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 29/08/2017 à 08:49 (Lu 1617 fois)
Répondre
Citer

Et aussi:

Metz et Brest sont les mieux armés pour le titre », estime Olivier Krumbholz

Premier observateur de la Ligue féminine, le Messin Olivier Krumbholz, sélectionneur de l’équipe de France, partage ses impressions avant le coup d’envoi de la saison ce mercredi.

• Que vous inspire ce premier championnat à douze ? « On continue de progresser dans toutes les dimensions et ça, c’est de bon augure. J’espère qu’il y aura encore un nivellement vers le haut, même si on peut penser que Metz et Brest sont effectivement les mieux armés pour se disputer le titre. »

• Quels seront les atouts messins ? « Metz a une belle stabilité et de beaux équilibres dans le jeu, avec ses deux arrières latéraux qui ont beaucoup de punch, dont Ana Gros qui, au tir, est au-dessus du lot. Mais le transfert de Sladjana Pop-Lazic à Brest plaide plutôt en faveur des Bretonnes. Metz pourra compter sur des recrues de qualité et des jeunes qui vont s’aguerrir. Il faudra qu’il ne souffre pas trop du départ de Sladjana, en attaque mais aussi et surtout en défense. Metz a deux postes 3 solides avec Béatrice Edwige et Xenia Smits, mais pour faire une grande saison, il en faut trois. Là, il y a une interrogation. »

• D’autres équipes ont-elles les moyens de se mêler à la lutte ? « Les Messines et les Brestoises (qui disputent la Ligue des Champions) seront à égalité de programme. Une équipe comme Nantes, qui ne joue pas de Coupe d’Europe et qui a un très bel effectif, a les moyens de faire une bonne saison. Issy-Paris a aussi une grosse équipe. Et Nice peut être un sérieux outsider. »



ET AUSSI
une recrue qui se fait désirer

Cinq trophées All-Star pour Metz. Les trophées All-Star LFH, qui récompensent les meilleures joueuses de la saison précédente, ont été remis ce lundi à l’occasion de la conférence de rentrée. Pour la troisième année consécutive, Ana Gros a été désignée meilleur arrière droit du championnat. Xenia Smits (arrière gauche), Ailly Luciano (ailière droit) et Laura Glauser (gardienne) ont également été récompensées. Sacré meilleur entraîneur en 2010 avec Mios et en 2016 avec Metz, Emmanuel Mayonnade a une nouvelle fois été plébiscité. Marion Maubon et Béatrice Edwige étaient nommées dans les catégories ailières gauches et défenseurs. À noter que l’ex-Messine Sladjana Pop-Lazic, partie à Brest, a remporté le trophée du meilleur pivot.

Objectif Final Four. À six semaines du début de la saison européenne, Metz a déjà l’esprit tourné vers la Ligue des Champions. Ambitieux, le quart de finaliste de la dernière édition convoite le dernier carré de la prestigieuse Coupe d’Europe. « Si on visait un quart de finale, on stagnerait. Le Final Four n’est plus un rêve secret, c’est notre objectif , annonce Thierry Weizman, le président messin. La saison dernière, on a battu trois des quatre équipes qualifiées pour le Final Four (Györ, Vardar Skopje et Podgorica) et on est tombé en quart contre le futur vainqueur… Cette année, je nous pense encore meilleur avec l’arrivée de deux internationales françaises (Landre et Houette). »

Une dernière recrue ? Metz n’a pas abandonné. À la recherche de la perle rare depuis de nombreux mois, le champion de France continue d’« agiter des pistes » pour attirer une arrière gauche/demi-centre expérimentée. « J’ai encore l’espoir d’un recrutement , reconnaît Weizman. C’est encore possible et ça le sera jusqu’à ce que la Ligue des Champions débute. On travaillera jusque dans les dernières minutes. Mais on ne prendra pas une joueuse moins bonne que celle qu’on a déjà (Nocandy notamment). On se donne encore un mois. » Le club est prêt à batailler et négocier car à ce stade, « il s’agira forcément d’une joueuse déjà sous contrat , précise le président. Mais il nous manque un élément d’expérience. On a besoin d’une quatrième joueuse sur la base arrière pour ne pas souffrir en cas de blessure. »

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100777]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 31/08/2017 à 09:52 (Lu 1454 fois)
Répondre
Citer

RL du 31/08/2017

Metz à sa main face à Nice

Les Messines n’ont pas manqué leur retour à la compétition, ce mercredi soir. Les doubles championnes de France ont tenu leur rang et pris le meilleur sur l’OGC Nice (24-20).

La défense du titre de champion de France a parfaitement débuté pour Metz, ce mercredi à Nice. Pour la première journée de la phase régulière, les joueuses d’Emmanuel Mayonnade ont tenu leur rang et signé une prestation consistante pour aller s’imposer sur la Côte d’Azur (24-20).

Pourtant, ce déplacement avait davantage les traits d’un piège à éviter que d’une tranquille villégiature aoûtienne dans le sud de la France. Dans une chaleur moite et étouffante, face à une formation surmotivée et renforcée durant l’été par des joueuses de premier plan, il fallait être vigilant. Les Messines l’ont été.

L’entame de match était favorable aux championnes de France, qui prenaient le meilleur départ (3-1, 3e ) avec deux réalisations de Xenia Smits. Les Niçoises ne se laissaient pas impressionner et revenaient à niveau grâce à Carmen Martin. Déjà dans le coup, la recrue star inscrivait les trois premiers buts de sa formation, avant que Sy ne permette à Nice de passer devant (4-3, 6e ).
Jamais inquiétées

S’instaurait alors un véritable chassé-croisé, où les défenses se montraient solides et lors duquel chaque équipe allait prendre les commandes à tour de rôle. Après 21 minutes de jeu, les Aiglonnes disposaient d’une courte tête (8-7). Mais la machine allait rapidement s’enrayer pour les joueuses de Marjan Kolev. Jusqu’à la pause, celles-ci n’allaient plus parvenir à marquer, coupables de plusieurs imprécisions dans la finition. Grace Zaadi, en verve, et ses coéquipières ne se faisaient pas prier et capitalisaient au maximum sur ce passage à vide pour basculer devant avec une marge importante (8-12, 30e ).

La pause mettait fin à la mauvaise passe des Niçoises, qui luttaient à nouveau à armes égales avec Metz. Mais le bloc défensif mosellan, très dense, ne laissait pas aux Azuréennes la possibilité de croire à un come-back.

Sans donner l’impression de trop forcer, Béatrice Edwige et sa bande creusaient même un peu plus écart (11-17, 46e ). Nice tentait alors son va-tout en sortant sa gardienne lors des phases offensives. Carmen Martin et ses copines revenaient à quatre unités (14-18, 52e ) mais n’allaient jamais parvenir à semer le trouble dans les esprits messins, portés par Ana Gros, meilleure buteuse de la soirée côté messin (7 buts).

Bien aidées par leur solide expérience et pleines de sang-froid, les coéquipières de Laura Glauser géraient tranquillement leur fin de match pour s’imposer (20-24) et s’installer d’entrée dans le peloton de tête.

De quoi satisfaire « pleinement » Emmanuel Mayonnade, l’entraîneur messin. « Il y a eu pas mal d’imperfections, quelques maladresses techniques mais on a fait ce qu’il fallait pour gagner le match. On a été plus discipliné que l’adversaire, plus cohérent peut-être dans ce qu’on a proposé , observe le technicien. On a laissé peu d’espaces à Nice, on n’a pas fait une seule erreur de concentration défensive. La prestation collective est intéressante. Beaucoup d’équipes, à mon avis, tomberont sur Nice cette saison… Maintenant, on a envie de bien terminer la semaine et montrer un visage séduisant pour notre première à domicile. »

Rendez-vous samedi (20 h) aux Arènes pour la réception du promu Bourg-de-Péage.


Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100778]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 31/08/2017 à 10:03 (Lu 1448 fois)
Répondre
Citer

Télégramme de Brest du 31/08/2017

Brest s'impose dans la douleur à Nantes

e mercredi soir à Nantes, les Brestoises du Brest BH ont énormément souffert pour remporter leur premier succès de la saison (19-21). Empruntées, toujours en rodage, elles doivent leur succès au fait de n'avoir jamais lâché et aussi à la superbe partie de leurs deux gardiennes, Darleux puis Idehn, ainsi qu'au réalisme de leur recrue feu-follet Louise Sand, intraitable au jet de 7 m. Mais que ce fut dur !

Laurent Bezeau (entraîneur de Brest) : " c'était un match tendu entre deux belles équipes. Tout n'a pas été parfait, il y a encore pas mal de choses imprécises après une longue préparation. On a mal géré le rythme du jeu, surtout en attaque. Mentalement, on n'a jamais lâché, c'est ce que j'ai envie de retenir. La culture de la gagne, ça va se chercher au fond des tripes. C'était le cas ce soir, c'est ce qu'il faut retenir. La victoire était importante pour commencer la saison au contraire de l'an passé (NDLR : défaite à Brest contre Nice). Quelques joueuses ne sont pas encore au maximum. La défense a été une réelle satisfaction avec uniquement sept buts encaissés en seconde période. Les deux gardiennes ont aussi une belle part dans ce succès. sans grandes gardiennes, on ne peut pas faire de résultats".

Marta Mangué (joueruse de Brest) : " Je crois que c'est toujours difficile de gagner ici. La clé du match, c'est le combat. Et nos gardiennes ont été magnifiques. En attaque, on va se trouver petit à petit. Ça va venir, je le sens. La défense a été une satisfaction. Nantes est clairement plus fort que la saison passée. Ce soir, on a gagné sur nos qualités de combat. C'est ça aussi le hand ! ".


Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100791]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 01/09/2017 à 10:10 (Lu 1337 fois)
Répondre
Citer

RL du 01/09/2017

Grace Zaadi : « Metz a beaucoup d’ambitions »

Séduisant à Nice mercredi (20-24), Metz a réussi sa rentrée. Ambitieuse pour la saison à venir, la capitaine Grace Zaadi revient sur cette première victoire et sur la réception de Bourg-de-Péage ce samedi aux Arènes.

G race, quelles sont vos impressions après ce premier match officiel de la saison ? « Je suis satisfaite. On a récupéré les trois points, on est entré correctement dans notre championnat. Mais on est perfectionniste et on sait qu’il y a eu plein de petites imperfections. Il nous reste beaucoup de choses à travailler. »

• Ce déplacement à Nice, qui a frappé fort avec le recrutement de Martin et Torstenson, avait tout du piège…
« On connaissait les qualités de cette équipe. L’an dernier, déjà, elle avait montré qu’elle en avait dans le ventre. On savait à quoi s’attendre. Mais c’était notre premier match et les conditions n’étaient pas idéales avec la chaleur. C’est là qu’était le piège. Mais dans l’ensemble, on a signé un match sérieux, constant. On a évité les trous d’air, ce qu’on n’avait pas réussi à faire contre Metzingen (en préparation, vendredi dernier). »

« Exploiter notre jeu rapide »

• Quels secteurs du jeu vous ont laissée sur votre faim ? « Il nous a manqué de l’agressivité en défense. Il y a aussi quelques petits réglages à faire en attaque, encore et toujours. On a seulement marqué 24 buts et on en prend quand même 20… Il faudra aussi continuer à exploiter notre jeu rapide. Mais il y a des points positifs : l’envie est là, et les nouvelles se sont vraiment bien débrouillées (5/5 pour l’ailière Manon Houette ; 2/2 pour le pivot Laurisa Landre). Je suis satisfaite, aussi, du jeu collectif. On a toujours de bons repères. »

• Vous sortez d’une saison quasi parfaite, avec deux titres, une seule défaite en championnat et un quart de finale européen. Comment abordez-vous ce nouvel exercice ?
« Ce n’est pas compliqué de se dire qu’il va falloir faire aussi bien, voire mieux. On l’a réussi une fois, pourquoi pas deux ? On a mis la barre haut, c’est vrai. On a gravi les échelons et c’était un peu inattendu. Il y a peut-être une certaine pression, on attend plus de nous. Mais ça ne nous fait pas peur parce que c’est faisable. On a goûté à tout ça et comme on est gourmandes, on a envie de le revivre. Metz a beaucoup d’ambitions. »

• Après Nice, vous enchaînez très rapidement avec la réception du promu Bourg-de-Péage ce samedi…
« C’est surtout notre premier match à la maison. Et que ce soit cette équipe ou une autre, on prépare la rencontre avec la même envie : celle de proposer un beau spectacle, un beau jeu. Le groupe de Bourg-de-Péage s’est construit sur trois ans, donc les filles se connaissent très bien, ça joue bien au handball. On aura l’avantage de l’expérience. »

• Sur le papier, l’écart est abyssal. Comment gérez-vous ce statut d’immense favori ?
« On sait qu’on ne peut pas se permettre de lâcher ou d’en faire un peu moins. Ce ne serait pas Metz Handball. Et surtout, ça nous porterait préjudice. On n’est pas une équipe qui fonctionne à l’économie, on essaie toujours de jouer à notre niveau, de se donner à 100 % à chaque fois. »

Laura MAURICE.

« On a une seule envie : faire un 2/2 cette semaine »

« C’est une belle victoire d’ensemble, d’équipe, construite de façon assez sereine », s’est félicité l’entraîneur messin Emmanuel Mayonnade mercredi à Nice.
« Maintenant, on a une seule envie : faire un 2/2 cette semaine, même si
on sait que ce ne sera pas forcément très simple. »


Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100808]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 02/09/2017 à 09:37 (Lu 1237 fois)
Répondre
Citer

RL du 02/09/2017

Laurisa Landre (Metz Handball) : « On a une petite revanche à prendre »

Un mois et demi après son arrivée, l’internationale française Laurisa Landre revient sur ses premières fois à Metz avant de découvrir les Arènes, ce samedi (20 h), avec la réception de Bourg-de-Péage.

Premières impressions

« J’ai été étonnée en découvrant Metz, je ne me faisais pas du tout cette image de la ville. C’est plus grand et plus joli que je ne le pensais. J’ai été agréablement surprise. Et j’ai été particulièrement bien accueillie par le club et les filles. »

Premières copines

« Les filles de l’équipe de France ! Ça m’a fait vraiment plaisir de les revoir. On a un super groupe chez les Bleues. Les retrouver ici, ça n’a été que du bonus pour moi. J’ai eu de la chance d’intégrer un groupe dans lequel je connaissais déjà beaucoup de filles et avec lesquelles j’ai de très bonnes relations. Je n’ai pas eu besoin de temps d’adaptation. Même les jeunes, Orlane (Kanor) , Mahé (Marie-Hélène Sajka), avaient déjà fait un stage national avec nous. Quant aux étrangères, elles sont géniales aussi ! »

Premier restaurant

« Au T’chiz, à Saint-Julien, avec l’équipe. C’était très sympa. Je trouve qu’ici, les gens sont plus agréables que dans d’autres villes. Vraiment bien ! »

Première surprise

« Les routes ! Je ne pensais pas qu’il y avait autant de relief ici. J’habite à Saint-Julien-lès-Metz et il faut monter, monter, monter… Ça n’en finit pas, ma voiture n’a pas l’habitude (rires). Au début, je me demandais : mais ça va s’arrêter quand ? Ça m’a surprise. »

Premier fou rire

« On en a tout le temps ! Aux entraînements, quand quelqu’un se casse la gueule par exemple… Je ne me souviens plus du premier, on en a très, très souvent. Avec les filles, avec le coach aussi. Lui, c’est un malin parfois, il aime bien rigoler gentiment de ses filles. »

Premier objectif

« Il est atteint : c’était de gagner le premier match (à Nice, 24-20). Les conditions n’étaient pas idéales, la chaleur était insupportable. La balle était mouillée, dès qu’on prenait le ballon dans les mains, on recevait une flaque dans le visage… On est un peu déçu de la manière dont on l’a emporté. C’est une victoire quand même, mais j’aimerais que la prochaine soit plus belle dans le jeu que l’on va produire. »

Premier match à domicile

« J’espère qu’on va montrer un beau visage. Qu’on va réussir à mettre les choses en pratique, après la préparation et tout le travail effectué. Quand on regarde la rencontre à Nice, on se rend compte qu’on a encore beaucoup de choses à travailler. Ce sera un bon exercice pour nous. On a une petite revanche à prendre après ce premier match. J’ai hâte aussi de rencontrer le public, j’ai beaucoup entendu parler de lui… Je connais les Arènes, j’y ai joué souvent, mais cette fois j’y serai à domicile. Avoir le public de Metz pour moi, c’est une première ! »

Laura MAURICE.

Ana Gros sera absente


Touchée par un deuil familial, Ana Gros ne disputera pas la rencontre face à Bourg-de-Péage ce samedi aux Arènes.
L’arrière droit messine est rentrée chez elle, en Slovénie, pour quelques jours…
Ailly Luciano, elle, réintègre le groupe.


Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100809]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 02/09/2017 à 09:40 (Lu 1236 fois)
Répondre
Citer

Et aussi dans le RL

Metz, la loi du plus fort ?

Comme Metz, Bourg-de-Péage mise sur la continuité. Le champion de D2F débute son aventure en LFH avec un groupe quasi inchangé et des affinités bien ancrées. « C’est une similitude entre les deux équipes. Et à part la couleur du maillot, il n’y en a pas beaucoup d’autres », sourit Camille Comte, l’entraîneur drômois.

Car sur le papier, un monde sépare le double champion de France sortant et le promu, qui côtoie l’élite pour la première fois de son histoire. Camille Comte ne se fait pas d’illusion : l’opposition entre les deux clubs, ce samedi soir aux Arènes, ne devrait pas offrir beaucoup de suspense. « L’espoir de gagner est extrêmement mince. Et l’écart au score, ce sont les Messines qui le décideront », prédit-il. Un privilège que n’a pas eu Issy-Paris, mercredi, dans la bouillante salle péageoise. Le troisième du dernier championnat a été malmené pendant 45 minutes avant de s’imposer à l’usure (28-35). « On sait que ce ne sera pas forcément très simple , reconnaît Emmanuel Mayonnade, le technicien messin. Bourg-de-Péage a fait un match honorable et reste sur une dynamique intéressante. »

Un jeu fluide, « atypique et entreprenant » dixit Camille Comte, un « vécu collectif » important et une poignée de joueuses rodées à la première division (dont l’ex-Messine Eva Turpin) sont autant d’arguments en faveur des coéquipières de Marija Janjic, élue meilleure joueuse de D2F. « C’est une équipe qui a pris le temps de se construire, qui met beaucoup de rythme, qui court tout le temps, qui joue tous les engagements rapides… », note Mayonnade.

Au-delà de sa défaite en ouverture du championnat, Bourg-de-Péage a gagné en confiance avant d’affronter le grand prétendant au titre. « On sait qu’on va pouvoir accrocher les plus belles formations françaises et qu’on aura les armes pour s’imposer quand le niveau sera un peu moins élevé qu’Issy-Paris , estime le coach. Face à Metz, j’attends juste de mon groupe qu’il apprenne, qu’il sorte grandi de cette opposition avec l’une des meilleures équipes d’Europe. »

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100840]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 03/09/2017 à 09:42 (Lu 1135 fois)
Répondre
Citer

RL du 3/09/2017

Metz part du bon pied

Il n’y a pas eu de suspense, ce samedi soir aux Arènes. Les championnes de France ont logiquement surclassé le promu Bourg-de-Péage, qui fait ses premiers pas dans l’élite. Sans briller, Metz remporte sa deuxième victoire.

Le match

Pas de suspense, pas de surprise… Le double champion de France en titre a surclassé le promu Bourg-de-Péage (37-25), ce samedi pour sa rentrée aux Arènes. Il y avait une classe d’écart entre les deux formations et ni le jeu audacieux des Drômoises, ni leur soif d’apprendre n’aura permis d’inverser le rapport de force. Après 13 minutes, Metz était déjà hors de portée (12-6). Les joueuses d’Emmanuel Mayonnade débutaient un festival offensif (22-12, 31e ; 31-21, 52e ), alors que les championnes de D2 avaient besoin de trente minutes pour balayer la peur et jouer enfin décomplexées. Ce sont elles, au final, qui ont fait le spectacle à l’image de ce joli kung-fu conclu par Cindy Champion. Le collectif messin, pas vraiment flamboyant, avait déjà assuré l’essentiel… « Il va falloir qu’on apprenne à mieux gérer ces matches où on est au-dessus dès le départ , reconnaît la recrue Laurisa Landre (3/4). Car après, on a du mal à rester concentrées et cela se voit par moments. Je ne suis pas satisfaite de ce qu’on a montré, il y a encore trop de choses à améliorer mais c’est une victoire et elle est bonne à prendre. On doit maintenant bonifier ces succès pour les rendre plus beaux. »

La joueuse

Les applaudissements et les nombreuses sollicitations des supporters à la fin de la rencontre ne trompent pas. C’est bien elle, la nouvelle protégée du public messin. Manon Houette est une star montante et elle l’a prouvé, hier. Meilleure buteuse de la rencontre (9), l’internationale française a fait sensation en première période (6/6) et pris ses responsabilités au penalty en seconde (2/2). Prometteur !

Le chiffre

4, comme le nombre de joueuses du centre de formation sur le terrain dès la 20e minute de jeu. Metz avait déjà fait le plus dur et Orlane Kanor, Méline Nocandy et Ilyah Belgareh rejoignaient sur le terrain Marie-Hélène Sajka, titularisée en l’absence d’Ana Gros, retenue en Slovénie pour raisons familiales.
Le fait

Deux temps mort en quatre minutes et une attaque sans gardienne pour tenter le tout pour le tout dès le quart de jeu : Bourg-de-Péage, qui dispute sa première saison parmi l’élite, a semblé désemparé face à la mécanique messine. Avant de retrouver ses esprits - et son jeu - après la pause.

La phrase

« Ce ne sont pas des matches forcément très simples à appréhender , reconnaît Emmanuel Mayonnade, l’entraîneur messin. On est très vite dans le match, on met des buts assez facilement et on se met sur un rythme qui n’est pas convenable. On a fait ce qu’on avait à faire malgré tout. Je regrette les ballons perdus, les maladresses, les erreurs défensives qui font qu’à la fin on prend 25 buts. J’ai pu faire tourner l’effectif mais je trouve qu’on perd un petit peu pied dès qu’on fait des rotations, donc il faudra que cela change très très vite. »

Laura MAURICE.

Pour la Messine Marie-Hélène Sajka, ce premier match aux Arènes est : « loin d’être parfait »

Marie-Hélène Sajka, arrière droit de Metz : « On ne s’attendait pas à un match facile, elles ont mis 28 buts à Issy-Paris mercredi, là elles nous en mettent 25. On savait que ce serait accroché et on s’est préparé pour cela. L’objectif était de ne jamais relâcher ou baisser d’intensité malgré l’écart au score. Ce match est loin d’être parfait mais on a essayé de rester concentrées. Il reste des choses à régler en défense, on perd des ballons en attaque… C’est le début de saison, on a encore beaucoup de travail. »

Manon Houette, ailière gauche de Metz : « J’étais un peu tendue à l’échauffement, je me suis libérée petit à petit. On ne fait pas un très, très bon match malheureusement, mais il y a la victoire. On va débriefer pour pouvoir faire des performances un peu plus propres par la suite. Je suis contente que ce premier match aux Arènes soit passé et d’avoir été si bien accueillie. »

Xenia Smits, arrière gauche de Metz : « On est contente d’avoir mis 37 buts, un peu moins d’en prendre 25. On ne voulait pas en prendre autant. On n’a pas mis assez de profondeur en défense, on n’a pas toujours bien géré les contres. La difficulté de ces matches, c’est que souvent on s’adapte à l’autre équipe alors qu’on devrait toujours jouer à notre meilleur niveau et mettre le tempo. Ce n’est pas évident mais on a gagné et je crois que c’était une belle prestation de l’équipe ! »

Camille Comte, entraîneur de Bourg-de-Péage : « C’est un match intéressant parce qu’on a été confronté à ce qui se fait de meilleur. On a été un peu tétanisé en première période. Les filles avaient peur de prendre 60 buts. Et quand on joue avec la peur, on n’est plus dans le présent. Il faut réussir à faire le vide et oublier le score. C’est ce qu’on a réussi à faire. Cela va nous faire grandir. »

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100892]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 06/09/2017 à 11:05 (Lu 996 fois)
Répondre
Citer

RL du 06/09/2017

Yutz : et maintenant ?

En proie à de sérieuses difficultés financières, Yutz ne compte plus qu’une joueuse professionnelle. Et devra s’appuyer sur des jeunes novices à ce niveau. Un immense défi qu’a accepté de relever Christophe Fratini.

Entre eux, la relation a parfois été orageuse. Après six ans, l’idylle s’était terminée à l’automne dernier pour « divergences sportives ». Sans que ni l’entraîneur, ni le club ne tournent complètement la page… « Une histoire de je t’aime, moi non plus », résume Christophe Fratini, dont la décision vaut plus que toutes les déclarations d’amour.

L’ancien adjoint a accepté de prendre les rênes d’une équipe en pleine tourmente. Le collectif qui s’était difficilement maintenu en Division 2 féminine la saison dernière a été décimé cet été. En proie à de sérieuses difficultés financières, Yutz s’est séparé de toutes ses joueuses professionnelles – à l’exception de la gardienne Ghada Zarrai –, misant sur de jeunes espoirs novices à ce niveau. Un sacrifice nécessaire pour « remettre le club à flot et repartir sur des bases saines ».

« On croise les doigts »

Sur le terrain, la tâche s’annonce excessivement compliquée. « Et maintenant ? Et bien, on croise les doigts , sourit le technicien, conscient de l’immensité de la tâche qui l’attend. Le plus grand défi de Yutz cette saison sera avant tout de se maintenir. A priori, ce sera très, très difficile. » Avec une moyenne d’âge d’à peine 20 ans et une majorité de joueuses issues de N1 voire de N2, le président Francis Manneau n’a pas fixé d’objectifs extravagants : « Si on reste en D2, tant mieux. Sinon, ce n’est pas grave », disait-il cet été.

« Il fallait trouver des joueuses qui acceptent d’entendre ce discours. Ce n’est pas un manque d’ambition. Il faut juste s’adapter à la réalité », souffle Christophe Fratini. Lui-même a été rappelé vers ses premières amours par l’ampleur de l’exercice. « Il y a eu des désaccords par le passé, mais je suis avant tout un passionné. Et le projet m’intéressait : reconstruire un groupe sur 2-3 ans, former des jeunes. C’est un vrai challenge, pour elles comme pour moi. »

Par son expérience, par sa philosophie aussi, l’ex-adjoint de Gilles Boutiali était l’homme de la situation. « Les joueuses professionnelles, ce n’est pas mon credo , reconnaît celui qui a un temps évolué en D1 masculine. Je suis persuadé qu’avec du travail et du talent, on peut y arriver. Maintenant, dans le sport, il faut des pros, des étrangères, de l’argent. Ce sera mon défi : expliquer à des gamines qu’avec nos moyens, on peut garder cette place en D2. »

Reste une question majeure : la formation yussoise, en pleine transition, sera-t-elle compétitive ? Une victoire « laborieuse » sur Montigny (N2), une défaite devant Metz (N1), deux revers contre Trèves… La préparation n’a pas apporté beaucoup de certitudes. « J’ai été agréablement surpris par l’investissement, la motivation des filles, leur capacité à encaisser les efforts. J’ai été très déçu, en revanche, des matches amicaux.. La D2 demande rigueur et concentration et nous, on est branché sur courant alternatif », grimace Christophe Fratini. Ce samedi à Mérignac, Yutz « repart de zéro ». Le chemin est long.

Laura MAURICE.

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100893]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 07/09/2017 à 09:32 (Lu 817 fois)
Répondre
Citer

RL du 07/09/2017

Yutz n’était pas au complet

Des erreurs s’étaient glissées dans la revue d’effectif des Yussoises publiée mercredi. Ainsi, les départs de Sarah Vukovac (Dijon (2), N1), Soha Nagazi (Clermont, N2) et bien sûr de l’entraîneur Gilles Boutiali (arrêt) n’avaient pas été mentionnés. Bonne nouvelle, une arrivée vient un peu les compenser ! Il s’agit de Frédéric Massias, devenu entraîneur adjoint de la formation de Division 2 après avoir ½uvré à Montigny-lès-Metz. Enfin, l’effectif doit être complété par Julie Sias, Marie Garaudel, Amélie Gran, Pauline Roussel, Manon Entringer, Alice Tomé, Léa Adams, Arielle Grenu, Ninon Pora, Victoire Contadin et Jena Kassouh.

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100894]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 08/09/2017 à 09:30 (Lu 671 fois)
Répondre
Citer

RL du 08/09/2017

Rugissantes Messines

Les Messines sont montées sur scène, ce jeudi soir au zoo d’Amnéville, pour leur traditionnelle présentation d’avant-saison. Prêtes à dompter la concurrence.

Plus un bruit, plus un souffle. Les yeux rivés sur la scène et cette cage remplie de fauves. La nuit s’est invitée ce jeudi au zoo d’Amnéville. En prélude, un spectacle rugissant : Tiger World. Avec ses coups de cravache, le dompteur Rémy Flachaire a chauffé la salle. Les bêtes ont ensuite laissé place aux belles pour le traditionnel défilé de début de saison des championnes de France. De quoi se lécher les babines. Ne les surnommez plus les Dragonnes. C’étaient les tigresses hier soir.

GRAND ANGLE

« 370 espèces au zoo d’Amnéville mais pas encore de Dragonnes. » Le volubile président Thierry Weizman s’en est donné à c½ur joie, lui qui a tenu à participer à la fête malgré sa récente opération de l’appendicite. « Excusez-moi mais je vais rester assis, je suis sorti de l’hôpital mercredi. »

Nouveau lieu, nouvelle atmosphère. Metz Handball a innové lors de la présentation officielle d’une saison que son président veut « encore plus belle ». Entendez par là avec des objectifs toujours plus poussés… « Conserver notre titre de champion, représenter la ville à Bercy pour garder la Coupe de France et viser un Final Four en Ligue des Champions. Ce n’est pas un rêve complètement fou : l’équipe s’est renforcée cet été avec les arrivées de deux internationales, Laurisa Landre et Manon Houette. Metz a gagné en maturité, les filles étaient tristes, déçues à Györ. Elles ont envie de prendre leur revanche après leur élimination en quart de finale de la Ligue des Champions la saison dernière. » Pour résumer, « un club qui n’avance pas, recule ».

Voilà pour le sportif. Place quelques minutes plus tard à plus de légèreté avec, au micro, Nina Kanto.

Landre n’a pas tenté les talons

Intronisée animatrice de la soirée, l’ancien pivot n’a pas lésiné sur le show. « Metz Handball c’est l’esprit de famille, on perpétue la tradition » , a d’abord lancé la nouvelle chargée de communication du club, remplaçante d’Aurélien Klein.

Puis c’était aux « chéries » de Nina Kanto d’entrer en scène pour leur défilé de mode. Pêle-mêle, Laurisa Landre ne s’est pas risquée aux talons-aiguilles. Pieds nus, elle a préféré les porter à la main. Il aurait été bateau de se blesser avant de jouer à Fleury samedi soir… Ana Gros, elle, avait pris le risque et a semblé moins à l’aise qu’avec un ballon en main ! Finalement, c’est la capitaine messine qui s’est montrée la plus brillante sous les sunlights des projecteurs. Grace Zaadi a même avoué être « comme dans un rêve » en étant acclamée pour son élégance.

Après le défilé de mode, il était temps de revenir aux tenues habituelles du terrain. L’occasion aussi pour Nina Kanto de rappeler les distinctions glanées par les Messines durant la dernière saison pleine de bonheur. Sur le podium, les Mosellanes ont brillé de mille feux. Pour lancer une année remplie de défis, rien de mieux. Elles sont prêtes à rugir !

Nicolas KIHL.

les Messines étaient « un peu de stress avant de défiler
Marion Maubon, ailière gauche de Metz : « C’était sympa cette présentation ! Les tigres ? C’est dommage, j’avais déjà vu le spectacle il y a deux semaines donc je n’ai pas été trop surprise. Pour le défilé, chaque fille a choisi sa tenue. Mais je crois qu’on ne les garde pas… C’est regrettable car on a toutes sué dedans ! »

Emmanuel Mayonnade, entraîneur de Metz : « Eh non, moi je n’ai pas eu droit d’aller choisir mes habits chez Naf Naf, c’étaient mes fringues ! La soirée était agréable, les filles ont joué le jeu et ça a créé un bon moment de rapprochement avec les gens. Et ça ne nous a quand même pas empêchés de nous entraîner deux fois aujourd’hui. »

Manon Houette, ailière gauche de Metz : « Je n’avais jamais vécu ça dans mes précédents clubs. J’ai été très surprise par le lieu insolite, toute l’organisation mais aussi le nombre de personnes qui sont venues nous voir. J’avais un peu de stress avant de défiler mais ça a été. »

Nina Kanto, ancien pivot de Metz et animatrice de la soirée : « J’étais super contente de présenter. Je l’avais déjà fait l’an dernier à Waves et si on a de nouveau fait appel à moi, c’est bon signe ! Mon poste de chargée de communication au sein du club ? J’ai appris ça il y a un mois. J’allais ouvrir ma boîte de coaching sportif quand Thierry (Weizman) m’a appelée. Je n’ai pas hésité trois secondes à accepter le poste. Je vais gérer le business club, les réseaux sociaux, les déplacements des supporters etc. C’est stimulant ! J’espère pouvoir mettre ma patte. »

Marie-Hélène Sajka forfait à Fleury
Emmanuel Mayonnade ne pourra pas compter sur Marie-Hélène Sajka à Fleury, samedi soir. L’arrière droit a pris une béquille à l’entraînement et est donc forfait pour ce match de la troisième journée de Ligue féminine. Les Messines partiront ce vendredi après-midi en bus en direction de la région orléanaise, pour un retour samedi juste après la partie.

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100895]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 08/09/2017 à 10:26 (Lu 651 fois)
Répondre
Citer

La république du centre du 08/09/2017

Raïssa Dapina (Fleury) : « Le mot-clé, ce sera solidarité »

Au sortir d'un premier succès contre Le Havre (27-21) et d'une superbe résistance à Issy-Paris (30-31), les handballeuses de Fleury-les-Aubrais (LFH) accueilleront, demain, au palais des sports d'Orléans (19 heures), l'équipe de Metz, championne de France, une formation taillée pour la Ligue des champions.

Un sacré challenge pour Raïssa Dapina, ailière droite du FLHB, qui retrouvera son club formateur lorrain.

Raïssa, que dire de votre adversaire ? Metz, c'est un cran au-dessus, voire deux. C'est une équipe dangereuse à tous les postes. Avec les titulaires ou les filles sur le banc, les rotations sont bonnes. Il faudra être sérieuses pendant tout le match. Costaudes défensivement. Et s'appliquer, aussi, au niveau du repli défensif, parce que, devant, on sait déjà que cela va courir beaucoup. Il ne faudra pas oublier de prendre du plaisir. De se dire que c'est un jeu. Le mot-clé, chez nous, ce sera solidarité.

Ce sera indispensable… Il faudra se situer au niveau d'une équipe qui se déplacera pour gagner absolument. Nous, on cherche encore à savoir comment on peut évoluer tactiquement et collectivement. Pourquoi ne pas accrocher quelque chose de positif.

Fleury, toutefois, ne sera pas favori… C'est le meilleur moyen de jouer en étant libérées. De ne pas se mettre de pression. C'est bien, aussi, de jouer de tels matches avec beaucoup d'intensité.

Face au Havre, on a senti beaucoup de stress dans l'équipe. Ce qui s'est passé, en première période contre Le Havre, ne nous ressemblait pas, avec beaucoup de pertes de balle… Contre Metz, il va falloir se mettre dans notre bulle dès le début, pour que l'on puisse clairement attaquer la rencontre par le bon bout. Avec de l'agressivité en défense, parce que c'est l'un de nos points forts. Contre Issy-Paris, on n'a pas pu monter beaucoup de ballons et c'est ce qui a manqué, au final. Bien jouer contre Metz, ce serait une revanche pour moi, par rapport au match de préparation, en août, quand on n'était pas encore au point.

Pratique. Fleury - Metz, ce samedi, à 19 heures, au palais des sports d'Orléans.

Laurent Coursimault

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100902]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 09/09/2017 à 10:43 (Lu 522 fois)
Répondre
Citer

RL du 09/09/2017

Metz à Fleury pour signer la passe de trois

Après leur soirée de présentation au milieu des tigres du zoo d’Amnéville jeudi, les Messines jouent ce samedi à Fleury. Où il sera question de dompter les Panthères afin de conforter leur place de leader.

Hasard ou coïncidence ? L’enchaînement, en tout cas, est plutôt amusant. Après les tigres du zoo d’Amnéville jeudi dans le cadre de leur soirée de présentation, les Messines passent ce samedi aux Panthères de Fleury. Soit bien des animaux féroces à tenir en respect en seulement trois jours…

D’autant que les deuxièmes sont bien plus dangereuses ! Et ce soir, les joueuses d’Emmanuel Mayonnade ne bénéficieront pas d’un dompteur professionnel pour les aider, tout juste du retour d’Ana Gros. Absente pour raisons personnelles face à Bourg-de-Péage samedi dernier (victoire 37-25), la Slovène est du voyage dans la banlieue orléanaise, au contraire de Marie-Hélène Sajka (béquille). C’est le seul changement pour un groupe lorrain qui a réussi son début de championnat avec deux succès en deux journées et déjà une place de leader.

« Dans le jeu, on doit encore améliorer certains points , nuance le technicien mosellan. Il faut par exemple qu’on arrive à être plus discipliné défensivement. On a accepté trop de choses qui ne doivent plus passer. Il y a eu trop de petites conneries par-ci, par-là. Je nous trouve aussi trop perfectible dans le jeu sur grand espace… Mais tout n’est pas à refaire hein ! »
Paule Baudouin en feu

Non, mais avant de basculer sur les échéances européennes début octobre, les Messines auraient une bonne idée de monter progressivement en puissance. « Je ne suis pas dans l’optique de me dire qu’il faut faire le plein avant la Ligue des Champions, coupe Mayonnade. Ce n’est pas parce qu’on aura ou non des points d’avance qu’on fera tourner ou qu’on lâchera des matches. Nous, on a juste envie de gagner tout le temps. »

Dont évidemment ce samedi sur le terrain d’une formation fleuryssoise qui réalise un prometteur début de championnat. Après leur succès face au Havre (27-21), les coéquipières de Paule Baudouin (18 buts en 2 matches !) sont ainsi passées tout près d’une victoire à Issy (31-30). Pas mal pour une équipe en souffrance la saison dernière (9e sur 11)…

« L’effectif a peu bougé et a passé un an de plus ensemble, ça n’a pas de prix , justifie le coach mosellan. Sans oublier qu’il y avait déjà des joueuses intéressantes comme Agathe, De Paula, Baudouin, Le Bihan etc. » En y ajoutant le retour du pivot Kamdop et les arrivées des internationales Placzek (gardienne) ou Craciun (arrière gauche), il a encore gagné en expérience. Et peut-être même en talent puisque l’arrière gauchère brésilienne Dias Minto est enfin qualifiée et devrait effectuer ses débuts ce soir.

De quoi déstabiliser des championnes de France qui ont étalé leur potentiel offensif depuis le début de la saison (61 buts en 2 matches) ? Pas sûr, d’autant que la dernière confrontation entre les deux équipes, le 15 août en amical, avait été à sens unique (36-19). « Ce ne sera pas du tout le même match », conclut Emmanuel Mayonnade.

T. G.

Fleury « monte en puissance » d’après son entraîneur
L’entraîneur fleuryssois est satisfait du début de saison de ses joueuses.

C hristophe, u ne victoire et une défaite : comment jugez-vous votre début de championnat ? « Je trouve l’équipe très en progrès par rapport à ce qu’elle avait réalisé en préparation. On montre de la qualité et on franchit à chaque fois des paliers malgré ce revers dans les dernières secondes à Issy-Paris (31-30). »

• Votre effectif s’est étoffé par rapport à la saison passée… « Oui, l’équipe est plus équilibrée. Nous sommes contents de nos recrues (Kamdop, Placzek, Craciun etc) mais aussi de celles qui sont restées. »

• Et vous pourrez compter sur un nouvel élément samedi… « Oui, Carolina Dias Minto sera là. Elle n’a signé que le 15 août, c’est normal qu’elle soit qualifiée tardivement, nous le savions. »

• Qu’attendez-vous de ce match contre Metz ? « On veut rivaliser et gagner encore en précision. Face aux Messines, il faut être disciplinées car elles font très mal dans le jeu sur grand espace. »

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100903]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 09/09/2017 à 10:47 (Lu 520 fois)
Répondre
Citer

Et dans la république du centre

Premier match des Panthères au palais des sports d’Orléans, ce soir, dès 19 heures

Les Panthères ne seront pas favorites face aux championnes de France, candidates à leur propre succession. Il faudra résister d’entrée, afin de pouvoir espérer…

À la pêche aux gros, en cette troisième journée de Ligue féminine ! Le Fleury Loiret Handball (FLHB) tentera, ce samedi soir, à partir de 19 heures, au palais des sports d'Orléans, de piéger dans ses filets le club de Metz, champion de France en titre, candidat à sa propre succession. Un adversaire taillé pour les joutes européennes et au sein duquel on retrouvera l'ailière Manon Houette, ex-Panthère, championne de France avec Fleury en 2015. Une soirée analysée en amont par Christophe Cassan, le coach du FLHB.

1 Quel objectif, ce soir ? Ce sera de « franchir un nouveau palier », répond Christophe Cassan. « Et de progresser. C'est ce que les filles ont fait au cours de la préparation, et lors des deux premiers matches de championnat ». Bien sûr, ajoute-t-il, « il y a un peu de frustration, parce qu'on a perdu des points importants à Issy-Paris. Il y avait la possibilité pour gagner là-bas ». Et Christophe Cassan d'ajouter : « Nous ne sommes pas étonnés de notre niveau et on a vraiment à c½ur de gravir, encore, un nouvel échelon contre Metz. Après, on ne fait pas de pronostic ».

2 Metz, deux matches, deux victoires, déjà. Un favori logique ? « Ce sera un beau challenge à la maison », admet l'entraîneur fleuryssois. « À Metz, il y a des joueuses internationales à tous les postes. Mais, nous, on a des atouts aussi. Des atouts à faire valoir ». Gagner, ce soir, ce serait un exploit. « Il nous faudra montrer beaucoup d'entraide et de combativité ». Deux valeurs à « développer et maintenir ». Comme le niveau d'exigence dans le jeu et la discipline. Dimanche dernier, les Panthères n'ont perdu que 8 ballons. C'est bien, mais « il faut confirmer cela ». Et éviter de prendre des buts « en contre-attaques et en montées de balle ». Car Metz, on le sait, est « armé pour être efficace sur les grands espaces ».

3 La clé du match. Où sera-t-elle ? « Metz, c'est une équipe bâtie pour finir dans le Top 8 européen. Pour accéder aux quarts de finale de la Ligue des champions », insiste Christophe Cassan. « Nous, nous sommes très loin de ce niveau-là. Mais, on est à domicile, dans une bonne dynamique de travail et de progrès. Les joueuses sont hyper concernées par le projet de jeu individuel et collectif. Il y aura une carte à jouer. À nous de mettre les ingrédients, en termes de combat et de solidarité, pour faire jeu égal, au moins pendant 45 minutes. Et pour, ensuite, mettre un peu de folie dans le dernier quart d'heure ».

Fleury - Metz, ce soir, à 19 heures, au palais des sports d'Orléans,

Re: Revue de Presse 2016 - 2017 [100929]

françoise

Voir son profil

françoise

Activité : 3.5 / 5
10407 messages postés


Posté le : 10/09/2017 à 11:57 (Lu 412 fois)
Répondre
Citer

RL du 10/09/2017

Metz en patron à Fleury-Loiret

Après une première période poussive, les Messines n’ont laissé aucune chance à Fleury-Loiret, signant ainsi un troisième succès de rang (27-37).

Poussives en première période, les Messines ont passé la vitesse supérieure, ce samedi, pour remporter leur troisième succès de rang en Ligue Féminine, à Fleury-Loiret (27-37). Après deux victoires convaincantes – à Nice (20-24) et contre Bourg de Péage (37-25) –, la formation lorraine prenait très au sérieux ce déplacement dans le Loiret. Surtout parce que les Fleuryssoises avaient embêté Issy-Paris lors de la dernière journée. Sérieux et application, telles ont été les maîtres mots des Lorraines, qui ont fait souffrir les Loiretaines au prix d’un 7-0 à cheval sur les deux périodes.
Baudouin assure

Le début de match était enlevé entre deux formations qui se rendaient coup pour coup, où Ana Gros répondait du tac au tac aux assauts des Fleuryssoises, qui pouvaient compter sur la grande forme de Paule Baudouin pour rivaliser (4-5, 6e ). Indiscipliné, Metz se laissait malmener par l’euphorie loiretaine, où Mélissa Agathe offrait l’avantage pour la première fois à sa formation (6-5, 9e ).

Après dix minutes à trouver son équilibre, la bande à Manu Mayonnade commençait alors à prendre son envol. Une défense nettement plus entreprenante ajoutée à une base arrière enfin performante assénaient un premier gros temps fort ponctué d’un 4-0 (6-9, 16e ).

Si les Fleuryssoises limitaient les dégâts par son duo Agathe-Baudouin, Metz affichait du sérieux et de la rigueur pour garder ses distances dans le sillage de Grace Zaadi (10-14, 23e ). Alors que tous les signaux étaient au vert du côté des Messines, ces dernières étaient coupables d’un relâchement quand Kamdop, à deux reprises, trouvait la faille pour ramener sa formation à -1 (14-15, 28e ).

Le recadrage juste avant la pause d’Emmanuel Mayonnade était salutaire puisque, à cheval sur les deux périodes, Metz prenait la poudre d’escampette en signant un 7-0 (14-22, 39e ). Ce départ tambour battant mettait les Lorraines sur une voie royale surtout que le show Laura Glauser se mettait en place. Après un 4/4 aux jets de sept mètres en première période, Fleury ratait coup sur coup deux penaltys, perdant soudainement de sa confiance.
« Un bon match »

Après dix minutes de disette, Fleury stoppait l’hémorragie par la jeune Sankharé, mais le mal était fait. Puisque, les Lorraines maîtrisaient alors sans sourciller leur pécule malgré les tentatives des Fleuryssoises d’emballer le match. Profitant des erreurs adverses, Maubon, sur contre-attaque, enfonçait le clou (18-29, 46e ).

Dès lors, Emmanuel Mayonnade tirait profit de l’écart pour laisser les cadres au repos, sans toutefois que ça n’occulte leur festival offensif, auquel la jeune Belgareh contribuait (26-37, 57e ).

Avec une seconde période de très belle facture et un sans-faute après trois journées, Metz est dans de bonnes dispositions pour aborder le derby du Grand Est contre Besançon : « On a su accélérer au bon moment pour l’emporter sans trop de frayeurs. C’est un bon match dans la lignée des deux précédents », résumait l’entraîneur messin.

"pour aborder le derby du Grand Est contre Besançon" A moins d'un changement Besançon ne fait pas partie du Grand'Est. Bon je lui pardonne c'est un journaliste orléanais.

Pages:  << [1-10] 11 12 13 14 15 16 17 18 19 >>

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationRecharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Ajouter une réponse

Vous écrivez en tant que :  Login :   Password :
Titre de votre message :
Corps de votre message :

 [citation] [image]

 [gras] [italique] [souligné]
 [barré] [exposant] [indice]
 [grandir] [reduire] [code]

 [noir]
 [rouge] [violet] [bleu] [vert]

   Prévisualiser le message

12345678910
AA1A2A3A4A5A6A7A8A9A10
BB1B2B3B4B5B6B7B8B9B10
CC1C2C3C4C5C6C7C8C9C10
DD1D2D3D4D5D6D7D8D9D10
EE1E2E3E4E5E6E7E8E9E10
FF1F2F3F4F5F6F7F8F9F10
GG1G2G3G4G5G6G7G8G9G10
HH1H2H3H4H5H6H7H8H9H10
II1I2I3I4I5I6I7I8I9I10
JJ1J2J3J4J5J6J7J8J9J10
KK1K2K3K4K5K6K7K8

Valider

Obtenez votre forum Aztek sur http://www.forum-aztek.com - Administration - MyStats
Aztek Forum V4.00 Copyright (C) 2003 - Liens - Page générée en 0.2141 seconde avec 11 requêtes